Les jours de Sunday Oliseh à Dortmund sont comptés. Le Nigérian est en conflit avec Matthias Sammer depuis un moment et l'entraîneur lui a appris qu'il ne devait plus espérer jouer une minute. L'ancien international a également conseillé au Norvégien Jan Derek Sörensen, transféré de Rosenborg pour un million d'euros il y a deux ans, de se chercher un autre employeur.
...

Les jours de Sunday Oliseh à Dortmund sont comptés. Le Nigérian est en conflit avec Matthias Sammer depuis un moment et l'entraîneur lui a appris qu'il ne devait plus espérer jouer une minute. L'ancien international a également conseillé au Norvégien Jan Derek Sörensen, transféré de Rosenborg pour un million d'euros il y a deux ans, de se chercher un autre employeur. Le Borussia attendait beaucoup d'Oliseh, quand il l'a transféré de la Juventus pour six millions d'euros. L'ancien joueur du FC Liégeois et de l'Ajax n'a jamais répondu aux espoirs placés en lui, faute d'abattage dans l'entrejeu. Il est barré par Torsten Frings, Sebastian Kehl et le capitaine, Stefan Reuter. Même quand ceux-ci sont indisponibles, Sammer préfère d'autres éléments, comme Guy Demel, Leandro ou Florian Thorwart. Cette saison, le Nigérian (28 ans), n'est entré en action qu'à deux reprises, en remplacement et pour une durée totale de 21 minutes. Son collègue Sörensen n'a pas disputé une seule minute. La bombe a éclaté la semaine dernière: les deux joueurs ne se sont pas présentés pour un match avec les amateurs du Borussia. Sammer les a écartés du noyau sur le champ et a décrété qu'ils ne seraient plus retenus ni en Bundesliga ni en Ligue des Champions. "Dortmund me joue le même tour qu'à Thomas Hässler, Fredi Bobic et Sergei Barbarez. Il veut salir ma réputation et me briser", a déclaré Oliseh au Kölner Express. Il a été aussi virulent dans le Kicker: "Peut-être sont-ils trop malins pour moi. Je ne comprends pas leurs desseins". Le capricieux Nigérian déplaît également à ses coéquipiers. Son comportement provocateur suscite leur courroux. "Je suis sous contrat pour deux ans et demi. Si le BVB ne veut plus de moi, il doit m'octroyer un transfert libre ou me laisser partir contre une indemnité symbolique. Je préférerais un club allemand mais Dortmund ne veut pas que je rejoigne un concurrent potentiel. Pourtant, ce n'est pas à lui de décider de ma destination". Oliseh envisage d'achever son contrat et sa carrière à Dortmund pour revenir en Belgique en 2005. Il y habite toujours, à 200 kilomètres de Dortmund. A l'avenir, les navettes vont lui sembler encore plus fastidieuses. (F. Vanheule)