Cette année-là, le climat politique n'est pas drôle au Mexique. Entre 30 et 40.000 soldats veillent au grain. Craignant des actions terroristes, les autorités de Mexico ont consulté le célèbre Robert Broussard, policier français spécialisé dans la lutte antigang. Les stades s'enflamment pour le foot et le public mexicain fait connaître la Ola au reste du monde. La jeunesse belge monte en puissance après un match héroïque face à l'ex-URSS (4-3 à Leon). Après la rencontre, Guy Thys remballe Erwin Vandenbergh et René Vandereycken au pays. Officiellement, i...

Cette année-là, le climat politique n'est pas drôle au Mexique. Entre 30 et 40.000 soldats veillent au grain. Craignant des actions terroristes, les autorités de Mexico ont consulté le célèbre Robert Broussard, policier français spécialisé dans la lutte antigang. Les stades s'enflamment pour le foot et le public mexicain fait connaître la Ola au reste du monde. La jeunesse belge monte en puissance après un match héroïque face à l'ex-URSS (4-3 à Leon). Après la rencontre, Guy Thys remballe Erwin Vandenbergh et René Vandereycken au pays. Officiellement, ils sont blessés mais si c'est vrai pour VDB, la vérité est maquillée pour Vandereycken. Dans la presse du 19 juin 1986, il évoque le réveil d'une blessure au-dessus du genou. On entend plutôt des : " La situation avec Vandereycken devenait intenable ". Le Limbourgeois n'était d'accord avec rien ni personne, ne partageait pas les mêmes idées que... Frankie Vercauteren. Un départ valait mieux qu'une dispute avec Thys. Ce dernier devine que l'ambiance est au beau fixe entre les jeunes. Jean-Marie Pfaff multiplie les interviews et Christian Hubert rappelle des propos du numéro 1 belge dans son livre Le siècle des Diables Rouges (RTL Editions) : " Pendant Belgique-URSS, on a vu à l'£uvre les deux meilleurs gardiens du monde, et ceux qui me pissent sur la jambe en Belgique ont pu se rendre compte que je suis meilleur que Rinat Dassaev. " Les gamins ont fêté leur succès en sortant jusqu'aux petites heures. La légende raconte qu'ils ont enfermé leur interprète dans les toilettes afin qu'il n'écoute plus leurs conversations avec des beautés locales. Thys fait semblant de rien. Mais ce psychologue est ferme quand le travail reprend. Il emmène ses ados au match Espagne-Danemark dont le vainqueur sera notre adversaire en quarts de finale. L'Espagne s'impose facilement (5-1) et impressionne les Diables, pas Thys qui réplique : " Une équipe qui signe un grand match contre l'URSS peut avoir confiance. Les Diables Rouges n'ont rien à perdre contre l'Espagne. "Sa force tranquille fait la différence. Au départ, il aligne la même équipe que face aux Soviétiques. Le stade Cuauhtémoc de Puebla est acquis à 99 % à la cause de l'Espagne, qui gère mieux la circulation du ballon. Cela n'empêche pas Jan Ceulemans d'ouvrir la marque de la tête sur un service de Vercauteren. Caje revint vers le banc et dit sans rire et avec un zeste de mal du pays : " Nous allons devoir rester une semaine de plus au Mexique. " Le chemin menant à la demi-finale contre l'Argentine est encore long... " Un tir de Dany Veyt fut bien près d'aboutir aussi mais trois essais du Madrilène Michel ne furent écartés que de justesse, eux aussi ", écrit Henry Guldemont, envoyé spécial de Sport/Foot Magazine dans un de ses livres ( 100 ans de football en Belgique, Vif Editions). Et puis, à quatre minutes de la fin, Senor trompa Pfaff. A nouveau des prolongations donc mais elles ne donnèrent rien. Il fallut conclure par les tirs au but... En 1986, Francis Cabrel n'a pas encore écrit et chanté la Corrida mais à Toluca, Thys a obtenu la queue et les oreilles de l'impressionnant taureau espagnol. par pierre bilic