Lors de la montée d'Eupen en D1, en 2016, tout le monde pensait que le premier grand talent d'Aspire susceptible d'être vendu avec un sérieux bénéfice serait Eric Ocansey, un attaquant solide et tranchant.
...

Lors de la montée d'Eupen en D1, en 2016, tout le monde pensait que le premier grand talent d'Aspire susceptible d'être vendu avec un sérieux bénéfice serait Eric Ocansey, un attaquant solide et tranchant. Nul n'aurait imaginé que quatre ans plus tard, Ocansey évoluerait au poste d'arrière gauche à Courtrai. Ça témoigne de la disette à laquelle Yves Vanderhaeghe est confronté ces dernières semaines, comme des difficultés qu'Ocansey a rencontrées. Avant le coup d'envoi de cette saison, il n'a inscrit que quinze buts en 114 matches. Contre La Gantoise et Eupen, Ocansey a joué back gauche. Il sait comment un avant réagit et il est un exemple d'engagement. Ce week-end, on attend le retour de Kristof D'Haene, qui devrait être guéri. Ce changement tactique révèle qu'Ocansey, qui a rejoint Courtrai dans le courant de la saison passée après s'être retrouvé sur le banc à Eupen, n'est pas irremplaçable à droite de l'attaque. Quoi qu'il en soit, ses dernières prestations ont plu à l'entraîneur : " À son arrivée chez nous, Eric se cachait dans un recoin du vestiaire. C'est un garçon sensible. S'il rate ses premières actions, il a tendance à se battre avec le ballon. " Y a-t-il une solution à ce problème ? " Le mettre en confiance. Il a besoin de beaucoup de compréhension et d'empathie. C'est précisément ce qu'une équipe comme la nôtre peut lui offrir ". Vendredi, Ocansey a été un des meilleurs. Suite aux nombreuses blessures qui affectent le noyau, le Ghanéen, qui a fêté ses 23 ans samedi, aura sans doute l'occasion de montrer qu'il possède bien les qualités qu'on avait cru déceler en lui à son poste de prédilection.