Une mission claire pour Philippe Saint-Jean : faire de Mons enfin une valeur sûre de D1. Une tâche a priori difficile, pour deux raisons : trois cadres de l'équipe sont partis ( Adriano Duarte, Benjamin Nicaise et Wilfried Dalmat) et la nouvelle donne (avec quatre descendants) est une menace directe pour les clubs du niveau de l'Albert. La campagne de préparation a toutefois rassuré : cette équipe a de la consistance, comme en témoignent ses victoires contre le Club Bruges et Lens. Les Montois ont tenté le 4-4-2 et ce système devrait être utilisé à l'occasion, mais le 4-3-3 semble plus probable dans la majorité des matches.
...

Une mission claire pour Philippe Saint-Jean : faire de Mons enfin une valeur sûre de D1. Une tâche a priori difficile, pour deux raisons : trois cadres de l'équipe sont partis ( Adriano Duarte, Benjamin Nicaise et Wilfried Dalmat) et la nouvelle donne (avec quatre descendants) est une menace directe pour les clubs du niveau de l'Albert. La campagne de préparation a toutefois rassuré : cette équipe a de la consistance, comme en témoignent ses victoires contre le Club Bruges et Lens. Les Montois ont tenté le 4-4-2 et ce système devrait être utilisé à l'occasion, mais le 4-3-3 semble plus probable dans la majorité des matches. Frédéric Herpoel n'a eu besoin que de quelques jours, en début de saison dernière, pour devenir le nouveau patron du vestiaire. Il n'a rien perdu de sa forme gantoise et fut un des grands artisans d'un maintien arraché in extremis. Sa place n'est évidemment pas menacée. Un autre vieux de la vieille doit cadenasser la défense : Roberto Mirri : 30 ans, à Mons depuis début 2004, jamais spectaculaire mais toujours efficace. Il est chargé d'accompagner l'autre défenseur central, le jeune Ludovic Buysens, qui utilise parfaitement sa grande taille. Ivica Dzidic a aussi été transféré pour jouer dans l'axe mais il est out sur blessure. Et Kevin Hatchi est toujours susceptible d'y dépanner. Fadel Brahami, qu'on a vu à toutes les sauces depuis son arrivée en Belgique (à La Louvière), semble partant pour occuper la place de back droit qu' AlbertCartier lui avait attribuée dès son arrivée au deuxième tour de la saison passée. Steven De Pauw est une alternative mais il s'est déjà blessé deux fois et on n'a pas encore pu le juger. Là aussi, Hatchi peut être une solution. Ces prévisions à droite obligent de nouveau le droitier Frédéric Jay à dépanner du côté gauche où Francesco Migliore a montré de bonnes choses durant l'été. Mais le club continue à chercher un vrai back gauche. Le départ de Nicaise est une perte à coup sûr. Sa hargne va manquer. Pour l'agressivité dans le jeu défensif en milieu de terrain, il reste Hocine Ragued mais il n'a pas une personnalité aussi affirmée et pas la même influence sur ses coéquipiers que Nicaise. Mons a transféré un joueur du même profil que Ragued : David Fleurival, qui a été bon en préparation. Avec Antti Okkonen, cela fait trois vrais milieux défensifs et le club est donc paré dans ce domaine. Okkonen peut aussi donner un coup de main en défense. Et il y a Jérôme Vanderzijl, qu'on doit encore découvrir mais qui peut également multiplier les casquettes défensives. Devant le pare-chocs du milieu, on trouve toujours Alessandro Cordaro. Il est régulièrement question de son départ mais il est toujours montois et c'est un énorme atout pour le club car il peut occuper tous les postes offensifs. Si jamais il partait prochainement, pas sûr que Mons achèterait un autre joueur car le jeune Cédric Collet semble plus ou moins prêt, avec des qualités plus ou moins similaires à celles de Cordaro. Mais il doit encore être dégrossi et apprendre notre D1. Et il y a toujours Romeo Seka-Affessi, très malheureux car souvent blessé la saison passée. Lui aussi peut déclencher l'étincelle vers l'avant. Mons a marqué énormément de buts en préparation. Et souvent, ça portait la griffe de Mustapha Jarju. Arrivé du Lierse, il pourrait être une révélation. On a aussi vu de très bonnes choses de Moussa Gueye, arrivé anonymement du Brussels. Le troisième homme est le pigeon voyageur du club : Mohamed Dahmane, qui a encore des envies de transfert mais semble s'être fait une raison et aurait de nouveau la tête à Mons. S'il reste, ce trio peut faire mal. En réserve, il y a Kevin Oris, que l'on présente comme une copie presque conforme de Cédric Roussel. Et Mohamed Amroune, blessé de longue durée la saison dernière. Roussel est toujours là mais toujours en transit : une vraie énigme. La greffe Saint-Jean semble avoir pris. Mais pour Mons, il sera impératif de ne plus bâcler le début de championnat comme il y a un an car des miracles comme ceux signés par Cartier ne se reproduisent pas nécessairement. Ce noyau est probablement trop juste pour viser la colonne de gauche mais on n'en demande pas tant : une place dans le Top 14 en mai 2009 et la saison serait réussie. par pierre danvoye