Le temps est maussade en ce début de mois de juillet sur le Hainaut. Le ciel est gris et une pluie fine à vous décourager de mettre le nez dehors fouette le visage. Pourtant une poignée de fidèles carolos a bravé les intempéries pour venir assister à Marcinelle à l'entraînement de l'après-midi du Sporting Charleroi, l'un d'eux a même déjà sorti la vareuse du placard.
...

Le temps est maussade en ce début de mois de juillet sur le Hainaut. Le ciel est gris et une pluie fine à vous décourager de mettre le nez dehors fouette le visage. Pourtant une poignée de fidèles carolos a bravé les intempéries pour venir assister à Marcinelle à l'entraînement de l'après-midi du Sporting Charleroi, l'un d'eux a même déjà sorti la vareuse du placard. Auteurs d'une belle saison l'année dernière, les Zèbres entament leur deuxième session de la journée par un léger échauffement sous les ordres du préparateur physique, Frédéric Renotte. En plus des 22 joueurs de champ, les gardiens Parfait Mandanda et Maxime Vandermeulen triment en compagnie de Michel Iannacone, leur coach spécifique, et de deux autres jeunes portiers venus participer à la séance. De son côté, Jonathan Vervoort, qui souffre toujours de la hanche, se contente de trottiner seul autour des terrains avant d'entamer un travail spécifique avec les kinés. L'ambiance est au beau fixe dans l'équipe que l'entraîneur Felice Mazzu divise en quatre groupes pour des petites oppositions sur deux demi-terrains : Giuseppe Rossini décrète que les perdants payeront les pizzas pour tous ! Pourtant, le début de la compétition approche et Charleroi aura l'honneur d'ouvrir le bal le vendredi soir à Sclessin dans un derby qui sent déjà la poudre face aux rivaux standardmen. " Il faut que notre préparation se déroule normalement sans tenir compte du calendrier ", estime Mazzu. " On devra être prêt pour ce premier match mais il faut aussi que les joueurs prennent conscience qu'un début de championnat c'est difficile pour tout le monde ". Ardu, il le sera sans conteste pour les Zèbres qui, dans la foulée du déplacement à Liège, recevront Westerlo puis se rendront... au Sporting d'Anderlecht. Les deux premiers déplacements de la saison chez le champion et son dauphin, c'est du costaud ! " Bien sûr c'est important de prendre un bon départ ", reconnaît l'arrière droit Guillaume François. " Mais on peut aussi voir les choses autrement et se dire qu'en jouant d'emblée des prétendants au titre ça nous enlève une partie de la pression. Et puis, on garde un très bon souvenir de notre dernier passage à Sclessin : on avait été chercher le nul (2-2) là-bas et on les avait mis en difficulté ". " Qu'on prenne ces adversaires maintenant ou plus tard, on devra de toute façon jouer contre eux ", abonde le coach carolo. " Ils auront à coeur de démontrer dès le début qu'ils sont candidats au titre mais nous avons des ambitions aussi et on espère poursuivre sur notre lancée de la fin de saison dernière et nos bons play-offs 2 ". " Je pense même que c'est un mal pour un bien d'affronter des gros calibres directement ", estime Cédric Fauré. " Je remarque qu'au Standard il y a beaucoup de mouvements donc on peut espérer qu'ils ne seront pas encore à 100 % à l'entame du championnat, leur machine sera probablement mieux huilée après un mois ou deux. Nous, de notre côté, on a conservé la même ossature que la saison dernière, ça joue en notre faveur même si personnellement je serai suspendu pour le premier match (NDLR : tout comme Damien Marcq qui sera privé des deux premières rencontres en raison d'un dixième bristol jaune écopé à la 88e minute de la dernière confrontation de la saison précédente !) ". Les fans carolos n'auront pas trop de peine à reconnaître les leurs lors des premiers matches : seuls quatre nouveaux joueurs sont venus garnir le noyau hennuyer. Arrivé de l'équipe CFA du PSG où il a terminé meilleur buteur de la série, le Malien Kalifa Coulibaly est un beau bébé d'1m97 pour 84 kg. S'il trouve le chemin des filets assez facilement lors de la petite opposition du jour, ses premiers matches amicaux n'ont pas réellement convaincu et il y a peu de chances qu'il soit titularisé immédiatement par Mazzu. Clinton Mata, lui, vient d'Eupen où il a raté la montée de peu la saison dernière. Il connaît très bien Enes Saglik avec qui il a évolué chez les Germanophones et postulera à une place sur le côté droit de l'entrejeu voire au poste de latéral droit. Après une saison pourrie du côté de Mons, Cristophe Diandy fait son retour à Charleroi où il avait déjà été prêté par Anderlecht en 2012-2013. Habitué de la D1, le Sénégalais disputera la position de numéro 6 à Marcq. Enfin, recruté début de semaine dernière, le Français de 25 ans Lynel Kitambala atterrit au Mambourg avec un sacré CV. Formé à l'Institut National de Formation de Clairefontaine, cet avant est également passé par Auxerre et Lorient avant d'être transféré à Saint-Etienne pour 2,5 millions d'euros en 2011. Prometteur, il ne s'est pourtant jamais imposé chez les Stéphanois qui l'ont successivement prêté au Dynamo Dresde (deuxième Bundesliga) puis à l'AJ Auxerre pour le compte duquel il a inscrit quatre goals la saison dernière (deux en Ligue 2 et deux en Coupe de France). Il débarque donc à Charleroi avec la ferme intention de se relancer à l'image d'un David Pollet. Comme le prouvent ses stats, ce n'est pas un véritable tueur dans le rectangle mais plutôt un second avant qui a déjà séduit le staff par ses qualités physiques et ses déplacements lors des premiers entraînements. " On a beaucoup insisté sur la mentalité des joueurs qu'on engagerait ", souligne Mazzu. " J'ai été amplement satisfait du stage aux Pays-Bas et des premiers matches amicaux hormis une mi-temps ratée contre Dudelange au Luxembourg. Les nouveaux commencent à s'imprégner de la mentalité du groupe, ils trouvent leurs marques petit à petit. Il est encore tôt pour dire s'ils seront prêts pour le début du championnat mais je les laisse travailler tranquillement. S'ils ne sont pas aptes à être alignés d'emblée, ils le seront plus tard ". Question mentalité, il n'y a pas de souci à se faire pour Sébastien Dewaest. Le gladiateur de la défense hennuyère est un battant, parfois même un peu trop, et n'a visiblement pas l'intention de mettre la main au portefeuille pour les pizzas : un tacle appuyé de sa part arrive droit sur le pied du Français Fauré qui, heureusement, se relève rapidement, sans casse. Il faut dire que le Sporting aborde une saison particulière : après les bons résultats de la campagne précédente, les Carolos doivent confirmer. " Le premier objectif c'est d'assurer le maintien ", tempère François. " En espérant que cela arrive assez tôt pour pouvoir se fixer un second challenge dans la foulée ". " L'objectif c'est quand même toujours de faire mieux que l'année précédente ", renchérit Fauré. " On a parfois eu trop de hauts et de bas. Il faut qu'on devienne plus régulier et si c'est le cas, on terminera plus haut que la dixième place. Il y a beaucoup d'attentes mais on doit transformer cette pression en quelque chose de positif. Et puis donner du plaisir aux supporters pour que le stade vibre à nouveau ". Révélation au niveau du coaching la saison passée, Felice Mazzu sait qu'il sera attendu au tournant mais ça ne l'effraye pas le moins du monde : " L'année dernière, tout le monde me voyait être le premier coach qui allait passer à la trappe. Maintenant, on attend que je prouve que notre bonne saison n'était pas due au hasard. Pour moi, ça ne change rien et je ne vais pas modifier ma façon de travailler avec le groupe pour autant. Cela dit, je reste ambitieux pour le club. Je sais qu'on peut faire mieux. Pas seulement en termes de classement mais aussi en terme de cohésion de jeu. On a parfois perdu des points de manière ridicule et je veux gommer ces petits détails qui font la différence. L'objectif c'est de grandir, de mûrir en tant qu'équipe et d'être plus régulier pour éviter de traverser des moments plus difficiles comme ça a pu être le cas au mois de janvier par exemple ". La saison passée, le groupe est parvenu à combler les départs de Pollet, Onur Kaya et Danijel Milicevic, partis monnayer leur talent ailleurs durant le mercato d'hiver. Même si personne ne peut garantir qu'il n'y aura pas de nouveaux transferts sortants d'ici début septembre, le groupe carolo a été préservé jusqu'à présent. Rayon départs, seuls Mourad Satli et Ederson avaient obtenu un temps de jeu conséquent. L'absence du médian brésilien a tout de même ses conséquences : Mazzu a dû désigner un nouveau capitaine et il a choisi l'arrière gauche Francis N'Ganga. Ce dernier prend déjà son rôle à coeur : " la tête froide ", crie-t-il à ses coéquipiers lors de l'entraînement du jour. " Je l'ai choisi car il a de la personnalité, c'est un gars qui a beaucoup de caractère. Il peut parler calmement mais aussi s'énerver quand il le faut et ose dire les choses. Ça nous a peut-être un peu manqué par le passé et on avait besoin d'une personnalité comme lui sur le terrain comme dans le vestiaire ". Tout ne se déroule pas sans accrocs pour autant chez les Zèbres. Prévue le lendemain, la rencontre amicale face au club de D3 de Walhain est annulée : le terrain des Brabançons a été inondé suite aux fortes pluies et les autorités n'ont donc pas autorisé le déroulement du match. Charleroi a bien proposé de disputer la rencontre amicale sur un autre terrain mais Walhain a refusé de se déplacer. Une situation qui n'arrange pas Mazzu, fâché, qui comptait sur cette partie ainsi que celle du lendemain face au White Star pour faire tourner son effectif et donner du temps de jeu à chacun. Pris au dépourvu 24 heures avant la rencontre, la direction carolo a finalement trouvé une solution. Le noyau du White Star étant suffisament garni, les clubs ont décidé de s'affronter... deux fois en deux jours. Une première fois à Marcinelle sur les terrains d'entraînement du Sporting et le lendemain au Stade Edmond Machtens, la nouvelle antre des Etoilés. Finalement composée principalement de jeunes, l'équipe de JohnBico a défendu fièrement sa peau à Marcinelle face à une équipe carolo où les titulaires habituels étaient préservés pour la rencontre du lendemain. Placé en pointe au côté de Fauré, Rossini a ouvert le score en première mi-temps. Si la partie était équilibrée, Vandermeulen et Boom qui se sont succédé dans la cage hennuyère n'ont rien eu faire. Les quelques supporters présents n'ont néanmoins pas fait le déplacement pour rien puisqu'ils ont pu assister aux grands débuts de Kitambala. Entré à la 65e, il n'a fallu que 10 minutes à l'attaquant français pour faire mouche sur une action subtile où il a dribblé le gardien bruxellois et déjoué le retour d'un défenseur avant de placer la balle au fond des filets. Une chose est certaine, il a déjà laissé entrevoir de belles possibilités et il pourrait être une des agréables découvertes de la Jupiler Pro League 2014-2015. PAR JULES MONNIER - PHOTOS BELGAIMAGE" Le Standard ne sera peut-être pas prêt à 100 % pour l'entame de la saison. Tant mieux si on l'affronte directement ! " Cédric Fauré Lynel Kitambala a déjà séduit le staff par ses déplacements et ses qualités physiques.