Néo-promu parmi l'élite, le FC Molenbeek Brussels Strombeek, appelé plus couramment FC Brussels, ne nourrit pas d'autre aspiration que d'assurer son maintien. D'une saison à l'autre, le club a réussi à conserver l'essentiel d'un noyau qui lui avait permis de faire honneur à son statut de favori de la D2, tout en y ajoutant cette fois quelques éléments de pointure supérieure qui devraient en théorie lui permettre de vivre un exercice à l'abri des deux sièges basculants.
...

Néo-promu parmi l'élite, le FC Molenbeek Brussels Strombeek, appelé plus couramment FC Brussels, ne nourrit pas d'autre aspiration que d'assurer son maintien. D'une saison à l'autre, le club a réussi à conserver l'essentiel d'un noyau qui lui avait permis de faire honneur à son statut de favori de la D2, tout en y ajoutant cette fois quelques éléments de pointure supérieure qui devraient en théorie lui permettre de vivre un exercice à l'abri des deux sièges basculants. Les Coalisés s'appuyaient déjà, il y a un an, sur un portier de choix : Patrick Nys qui, fort d'une expérience acquise notamment au Lierse, à Lommel et même chez les Turcs de Genclerbirligi, s'est révélé un dernier rempart des plus fiables. Désireux de monnayer son talent, le Campinois avait à c£ur de tenter une nouvelle expérience en Asie, à Ankaraspor, mais le dossier ne fut jamais finalisé. Dans l'intervalle, le FC Brussels chercha à se prémunir en s'assurant les services d'un autre keeper tout aussi routinier, le Carolo Istvan Dudas. Ces deux valeurs sûres et stables détermineront entre elles la préséance au poste de titulaire. Derrière, le jeune espoir Isa Izgi, âgé de 19 ans à peine, semble, lui, promis à un très bel avenir. En défense, l'entraîneur Emilio Ferrera peut compter, en position latérale, sur trois hommes pour deux places : Fritz Emeran à droite et Nicolas Flammini à gauche avec Christ Bruno en tant que véritable passe-partout puisque l'ancien Zèbre et Dogue, droitier au départ, est capable de se tirer remarquablement d'affaire aussi dans l'autre couloir. Ce qui ne gâte rien, la polyvalence de ce joueur s'étend aussi à l'un des deux postes axiaux de l'arrière-garde, un secteur où les Bruxellois ne regorgent justement pas de solutions. Sammy Greven y fait figure de certitude, au côté du transfuge de l'AEC Mons, Alberto Malusci. Steve Colpaert entre en ligne de compte aussi pour l'un de ces postes mais il manque quelque peu de planches pour faire figure d'incontournable à ce niveau. En fin de campagne de préparation, le FC Brussels était toujours en quête de renforts sur cette portion du terrain, entendu que le doute planait toujours, à ce moment, concernant le futur du Hongrois Attila Dragoner, qui s'était engagé en bonne et due forme à la rue Malis mais qui avait aussi demandé à un manager de sonder les possibilités ailleurs. Ce qui s'est bel et bien produit sous la forme d'un deal avec les Portugais de Vitoria Guimaraes. En attendant que la FIFA tranche dans cette affaire, la direction molenbeekoise fit un premier appel du pied à l'ancien Anderlechtois Aleksandar Ilic, mais ce dernier ne se montra guère intéressé. Du coup, le président Johan Vermeersch songea à un autre ex-Sportingman, capable de tirer son épingle du jeu dans l'axe lui aussi : Bertrand Crasson. Affaire à suivre. Dans la ligne médiane, les Rouge-Noir-Blanc possèdent plusieurs éléments qui ont déjà un vécu appréciable parmi l'élite. C'est le cas de l'enfant de la maison, Alan Haydock, ex-RWDM, de l'ex-Gantois Davy Theunis, du Tchèque Richard Culek, qui fit les beaux jours de Lommel et, surtout, de Christophe Kinet, qui peut de surcroît se targuer d'une très belle expérience hors frontières, au Racing Club de Strasbourg d'abord, puis chez les Anglais de Millwall. Pour entourer ce trio rompu aux matches de haut niveau, le FC Brussels peut tabler sur quelques coming-men. C'est le cas de Björn Riise, cédé sur base locative par le Standard, ou encore du jeune Rwandais Musaba Selemani, âgé de 20 ans à peine. Le troisième homme concerne lui aussi un joueur qui a fourbi ses premières armes auprès de l'ancien RWDM : Maxence Coveliers, que le coach Emilio Ferrera a eu sous ses ordres au Lierse, la saison passée. Aux côtés de Saïd Makasi et d' Aloys Nong, qui faisaient déjà le bonheur des Coalisés en 2003-04, ceux-ci ont ajouté un renfort de choix en la personne de l'Ivoirien Venance Zézé Zezeto, qui s'était illustré au préalable sous la vareuse de Beveren d'abord, puis de La Gantoise au cours de la dernière campagne. A ce trio, il convient d'ajouter une autre réelle promesse : Fabrice Omonga. Au même titre qu'en défense centrale, le club était encore en quête, pendant l'été, d'un renfort supplémentaire pour meubler sa division offensive. Sans pouvoir briguer un rôle en vue, le FC Brussels nous paraît quand même susceptible d'assurer son maintien parmi l'élite. Pour ce faire, il peut compter à la fois sur l'expérience de ceux qui forment son ossature sur le terrain ainsi que sur un mentor qui a prouvé, chez l'ex-RWDM entre autres, qu'il ne manquait pas de compétences pour réussir les missions les plus difficiles. Bruno Govers