Entré au jeu à la 88e minute de la rencontre opposant le Standard à Eupen, samedi, ObbiOulare a effectué son retour sur les prés. Durant cinq petites minutes, il a pu reprendre un peu de pelouse, de rythme, dans un match déjà acquis pour les Rouches. En plus d'une prestation encourageante dans le chef d' Orlando Sá, le comeback du natif de Waregem, après un court passage au sein de l'Académie Robert-Louis Dreyfus, constitue l'un des points positifs de la soirée.
...

Entré au jeu à la 88e minute de la rencontre opposant le Standard à Eupen, samedi, ObbiOulare a effectué son retour sur les prés. Durant cinq petites minutes, il a pu reprendre un peu de pelouse, de rythme, dans un match déjà acquis pour les Rouches. En plus d'une prestation encourageante dans le chef d' Orlando Sá, le comeback du natif de Waregem, après un court passage au sein de l'Académie Robert-Louis Dreyfus, constitue l'un des points positifs de la soirée. " C'est sans doute un peu plus tôt que prévu mais c'est une progression normale. Il a travaillé à sa rééducation, s'est entraîné, a joué avec les U21. Il est disponible mais il doit d'abord retrouver ses sensations ", avait tempéré Michel Preud'homme, en conférence de presse, au préalable, dans des propos rapportés par Sudpresse. En vrai, le T1 de Sclessin est plutôt surpris du retour prématuré de son poulain, lancé à Bruges. MPH ne pensait pas voir Oulare opérationnel avant la fin de cette année. Débarqué en bord de Meuse fin août, l'attaquant qui toise les deux mètres signe quatre mois après une opération de la hanche. " Tous les spécialistes que j'ai vus m'ont confirmé que mes six blessures à la jambe droite provenaient d'un déséquilibre et d'un manque de souplesse dans l'articulation ", explique-t-il, une semaine plus tard, lors de sa présentation. " Cela faisait sept ans que j'avais mal chaque matin en me levant mais après un an et demi sans jouer à Watford, je n'ai pas voulu me faire opérer tout de suite. " Le fils de Souleymane, buteur guinéen qui a marqué Genk de son empreinte dans le seconde moitié des nineties, fait effectivement preuve d'impatience. En 2015, il file à Watford après une seule saison chez les pros, sous les ordres de Preudhomme. Transfert pour lequel il a porté plainte il y a quelques mois contre son agent de l'époque, StijnHaeldermans, entre autres pour escroquerie. Oulare, qui appartient toujours à Watford, arrive donc dans la Cité Ardente après trois prêts plutôt mitigés, à Zulte-Waregem, Willem II aux Pays-Bas puis l'Antwerp, la saison passée. Si la pertinence du transfert d'un joueur blessé, qui plus est prêté avec option, peut poser question, ce dernier s'inscrit en tout cas dans la politique du club de Bruno Venanzi de faire (re)venir des talents belges. Mais le principal intéressé sait qu'il n'a que très peu de temps devant lui pour convaincre. Une poignée de mois, tout au plus. Du coup, il met les bouchées doubles. L'ex-Brugeois impressionne de puissance à l'entraînement et confirme d'abord avec les U21. Après 216 jours loin des petits rectangles, Oulare parachève de la tête le succès des pousses rouches sur Mouscron, fin octobre. Deux semaines plus tard, il sort le hat-trick dans le set infligé à Lokeren (6-3). Une partie où brille également Orlando Sá, auteur d'un doublé, et qui doit rassurer Preudhomme sur ses solutions offensives, malgré les défections en défense.