Gros week-end pour Joseph Akpala (21 ans) ! Samedi dernier, il lançait son propre site internet (www.joseph-akpala.com). En anglais, français... et néerlandais. Quelques heures plus tard, il marquait à nouveau un but décisif pour Charleroi, sur le terrain du Brussels : 1-2 et la première place du classement des buteurs (7 goals) partagée avec Milan Jovanovic et Bertin Tomou. Akpala remains Belgian League sensation : c'est le titre d'une coupure de presse (d'origine africaine) placée sur son site. Tout à fait vrai !
...

Gros week-end pour Joseph Akpala (21 ans) ! Samedi dernier, il lançait son propre site internet (www.joseph-akpala.com). En anglais, français... et néerlandais. Quelques heures plus tard, il marquait à nouveau un but décisif pour Charleroi, sur le terrain du Brussels : 1-2 et la première place du classement des buteurs (7 goals) partagée avec Milan Jovanovic et Bertin Tomou. Akpala remains Belgian League sensation : c'est le titre d'une coupure de presse (d'origine africaine) placée sur son site. Tout à fait vrai ! A l'approche de la Coupe d'Afrique des Nations, le Nigérian marque des points. Joseph Akpala : ça roule bien pour le moment mais ce classement ne m'obsède pas. D'ailleurs, quand j'ai marqué mon but au Brussels, je n'ai même pas pensé que je revenais à la hauteur de Jovanovic. Il a fallu qu'un coéquipier me le fasse remarquer dans le vestiaire. 25 goals, ce serait bien... C'est vrai et j'étais très mal en rentrant au vestiaire. Je m'en voulais, j'avais peur que ces ratés aient une influence sur le résultat final. Le coach a vu que je n'étais pas bien, que je gambergeais. Il m'a dit de ne pas m'énerver, de rester calme et patient, que j'aurais encore des occasions en deuxième mi-temps. Et j'en ai reçu une après moins de 10 secondes : celle-là, je l'ai mise dedans. Non, je n'ai pas pensé à cela. C'était normal. Après la défaite contre Mouscron, nous savions que nous étions obligés de battre Lokeren puis le Brussels pour conserver un bon classement. C'était déjà une première pression. Après avoir perdu à Lokeren, cette tension est encore un peu montée. Nous savions que si le Brussels nous battait, nous basculions dans une zone trouble du classement et que la suite de la saison risquait de ne pas être drôle. Tout ce que je connais de Brogno, c'est ce qu'il m'a appris la saison dernière, quand il était adjoint de Jacky Mathijssen. Il m'a donné des entraînements spécifiques très utiles. Bien me placer devant le goal, raisonner comme un tueur : ce sont des qualités que l'on doit développer en permanence. J'ai suivi le tirage en direct et on ne peut pas dire que le Nigeria soit gâté : le Benin, le Mali et la Côte d'Ivoire, ce n'est pas ce qu'il y a de plus facile. Je n'ai aucune certitude. Je n'ai encore disputé que deux matches avec mon équipe nationale et je n'y suis plus allé depuis le début 2006. Mais ces deux matches amicaux m'ont été très utiles puisqu'ils m'ont permis d'être repéré par Charleroi. Entre-temps, j'ai encore été convoqué pour une rencontre amicale mais je ne n'ai pas pu me libérer. J'espère que mon bon début de saison avec Charleroi va me pousser vers la CAN 2008. Il me reste à convaincre les deux sélectionneurs : Berti Vogts et Augustine Eguavoen. J'ai des raisons d'y croire : Augustine est venu en Belgique le mois dernier et m'a visionné. Jouer la CAN serait un rêve, mais j'ai encore tout le temps devant moi. Je sais que j'ai des monstres sacrés devant moi, des étoiles du foot européen qui seront prioritaires. Obafemi Martins a fait fureur à l'Inter Milan et est maintenant à Newcastle. Peter Odemwingie est une star du championnat de Russie avec le Lokomotiv Moscou : ce sont évidemment des autres planètes. C'est hors de question. Pour qu'il y ait transfert, il faut toujours l'avis du joueur. Moi, je veux rester à Charleroi au moins jusqu'à la fin de saison parce que c'est un club qui cadre parfaitement dans ma progression. Je n'ai pas du tout envie de devoir découvrir un nouvel univers en plein championnat. par pierre danvoye - photos: belga