R iemer van der Velde a annoncé que son club avait un budget de 23 millions d'euros. " Heerenveen a pris de l'ampleur ", a déclaré celui qui s'est installé à la présidence il y a 23 ans, alors que le club était au bord de la faillite. Vendredi, le 1er septembre, il quitte son poste et le cède à Koos Formsma.
...

R iemer van der Velde a annoncé que son club avait un budget de 23 millions d'euros. " Heerenveen a pris de l'ampleur ", a déclaré celui qui s'est installé à la présidence il y a 23 ans, alors que le club était au bord de la faillite. Vendredi, le 1er septembre, il quitte son poste et le cède à Koos Formsma. " Ce club appartient aux supporters. Je vais en devenir le premier fan. Je peux donc continuer à faire des remarques ", a commenté le président de 65 ans, dénué de tristesse au moment de s'en aller. Van der Velde est à la base, avec l'entraîneur Foppe de Haan, de la montée en puissance d'un club de province devenu un pensionnaire stable du subtop. Il était parfois autoritaire tout en étant prêt à des compromis : " Le club est exempt d'intrigues fomentées par des éléments extérieurs. Heerenveen est décent, une vertu personnifiée par Abe Lenstra. Les sponsors veulent s'associer à un club pareil. Ceux qui ont des sponsors génèrent aussi de l'argent et ainsi, peuvent effectuer de bons transferts ". L'aimable dirigeant n'a jamais été en proie au doute. Le stade construit en 1993 a été agrandi, passant d'une capacité de 14.000 places assises à 26.000. Pourtant, le club frison ne parvient toujours pas à satisfaire toutes les demandes d'abonnement. " Nous avons débordé des frontières de notre province ", commente Van der Velde. " Avec des sponsors situés bien au-delà ". Il a investi dix des treize millions reçus pour les transferts de Klaas Jan Huntelaar (à l'Ajax) et de Giorgios Samaras (Manchester City). Il a embauché Afonso Alves (Malmö), Rob Friend (Molde FK), Wil Johnson (Chicago Fire), Gonzalo Garcia-Garcia (AGOVV), Gianni Zuiverloon (Feyenoord), Michael Dinsdag (Vitesse) et le gardien Danny Wintjes (Twente). L'entraîneur Gertjan Verbeek s'attend à ce que la concurrence qui va faire rage au sein de cette sélection de 27 hommes lui permette de satisfaire aux exigences de la direction, soit une place dans le top six, en combinant rendement et football attractif. Verbeek estime que le style de jeu de Heerenveen l'autorise à s'appuyer sur ses propres atouts et à anticiper la tactique adverse. F. VANHEULE