Peu avant les Six Jours de Zurich, qui débutent ce jeudi, Bruno Risi, le coureur local, a annoncé qu'il ne souhaitait plus faire équipe avec son compatriote Franco Marvulli. La décision est étonnante car si on change parfois de coéquipier à la demande des sponsors ou des organisateurs, Risi et Marvulli formaient un tandem fixe depuis plus de deux ans. Ensemble, ils se sont forgé un superbe palmarès, remportant 16 Six Jours. Avant, Risi partageait ses succès avec son ami Kurt Betschart, qui a été son partenaire de 1991 à 20...

Peu avant les Six Jours de Zurich, qui débutent ce jeudi, Bruno Risi, le coureur local, a annoncé qu'il ne souhaitait plus faire équipe avec son compatriote Franco Marvulli. La décision est étonnante car si on change parfois de coéquipier à la demande des sponsors ou des organisateurs, Risi et Marvulli formaient un tandem fixe depuis plus de deux ans. Ensemble, ils se sont forgé un superbe palmarès, remportant 16 Six Jours. Avant, Risi partageait ses succès avec son ami Kurt Betschart, qui a été son partenaire de 1991 à 2006. Ensemble, ils ont gagné 37 épreuves. Risi, professionnel accompli, n'avait pas été enchanté de devoir rouler avec Marvulli. " Dans les poursuites, il faut parfois se retenir ", expliquait-il en 2006. " Franco déborde de classe mais il ne vit pas assez pour son travail, il aime la belle vie et les femmes, il fait du show. Or, nous sommes des coureurs, pas des acteurs. "Ils ont roulé la course par équipes des Jeux Olympiques d'Athènes. A un quart d'heure de la fin, ils étaient dans le même tour que les Australiens mais aux points, un gouffre les séparait. " Je me sentais très bien ", déclara Risi. " Je voulais y aller à fond mais Marvulli m'en a dissuadé. C'est évidemment difficile à accepter car c'est contre mon tempérament. " Quatre ans plus tard, Risi quittait Pékin avec plus d'amertume encore. A cause d'un Marvulli en piètre forme, les Suisses ont été largués, terminant à la 11e place. Après les Jeux, Marvulli a affirmé souffrir d'un virus tenace. Le tandem a jeté l'éponge après quatre jours à Amsterdam. Marvulli a fait l'impasse sur plusieurs épreuves mais à son retour, la semaine dernière, il n'a pu aider Risi à s'imposer aux Six Jours de Sud-Laren, au plateau pourtant modeste. Risi en a tiré les conclusions qui s'imposaient. Danny Stam et Robert Slippens se sont imposés. Peu après, Slippens surprenait tout son monde en annonçant sa retraite immédiate. Slippens et Stam ont fait équipe pendant des années et ont gagné 11 Six Jours, dont ceux de Gand en 2004. Deux ans plus tard, Slippens a été victime d'une grave chute à la Coupe Sels. Il s'est fracturé plusieurs côtes et perforé un poumon. Il ne s'est jamais complètement rétabli de ses blessures et cette saison, il a constaté qu'il ne pouvait plus prester au meilleur niveau. Suite au départ de Slippens, Stam va faire équipe avec Risi à Zurich et sans doute dans d'autres épreuves. Ils s'entendent bien, même s'ils se sont disputés il y a deux ans à Zurich, allant jusqu'à se pousser et se tirer. Sportivement, ils sont moins complémentaires. Risi continue à briller mais il a 40 ans et il a perdu sa vitesse alors que Stam est plutôt un diesel. Ce duo ne prendra pas beaucoup de points dans les sprints ni les épreuves annexes. Il devra donc durcir la course pour gagner des tours. Iljo Keisse, qui fait équipe avec Kenny De Ketele à Zurich, peut revoir ses ambitions à la hausse. PAR loes geuens