Au début de l'année, le magazine américain Time avait placé Neymar en couverture et avait titré : "Le nouveau Pelé. "
...

Au début de l'année, le magazine américain Time avait placé Neymar en couverture et avait titré : "Le nouveau Pelé. " S'il est considéré au Brésil comme le successeur du Roi, c'est surtout parce qu'il est davantage qu'un footballeur. On le surnomme d'ailleurs "Neymarketing" parce qu'il est aussi doué pour les affaires que pour le football. En mai, l'agence de marketing sportif SportsPro a déclaré qu'il était, pour les sponsors, le sportif le plus intéressant au monde. Plus que Lionel Messi, Usain Bolt et Novak Djokovic. Il y a six ans déjà, l'équipementier Nike avait décelé tout son potentiel. Cette firme le soutient depuis qu'il a quinze ans. Grâce aux sponsors, il est devenu le huitième footballeur le mieux payé au monde alors qu'il évoluait toujours au FC Santos. Selon l'agence de presse Reuters, il y gagnait trois millions de reais par mois (environ 1,1 million d'euros). Les trois quarts de son salaire étaient payés par onze sponsors dont Nike, VW, Ambev, Unilever, Santander et Red Bull. Neymar n'est pas seulement un joueur de football, c'est un panneau publicitaire ambulant. Il est omniprésent dans les médias et, surtout, sur You Tube. Selon certaines personnes, il personnifie le footballeur You Tube du 21e siècle. Sur le réseau social, on peut voir un montage de tous les buts qu'il a inscrits pour Santos mais le clip vidéo qui reprend tous ses spots publicitaires dure sept minutes de plus. Dans ces spots, il fait à peu près tout ce qu'on lui demande : danser en caleçon ou se déguiser en vache et se traire lui-même. Après avoir marqué contre l'Italie, en Coupe des Confédérations, il s'est rendu au point de corner et a formé un T avec son bras. T comme dans "Tois", un mot qu'il a inventé et qui veut dire que tout est super. Il a lancé ce mot sur Tweeter et, après un million de retweets, Nike en a fait l'objet d'une campagne de merchandising. Un jour, Neymar est même apparu dans un clip vidéo en compagnie de son père. Car l'un ne va pas sans l'autre. Neymar Senior est non seulement le géniteur mais aussi l'agent de son fils. " Nous sommes comme des siamois ", dit le jeune homme. " Il est mon héros. Nous parlons et rigolons beaucoup ensemble. Il me donne de la force et c'est grâce à lui que j'en suis là aujourd'hui. " Neymar Senior a été professionnel dans les divisions inférieures. Il a arrêté de jouer à 32 ans et est devenu mécanicien mais il s'est surtout occupé de son fils, exceptionnellement doué. Neymar Jr est né le 5 février 1992 à Mogi das Cruzes, dans l'intérieur de l'Etat de São Paulo. Il a passé la majeure partie de sa jeunesse à Jardim Gloria, un quartier proche de Praia Grande, une station balnéaire des environs de Santos. A sept ans, son père l'a inscrit au futsal et cela se voit encore aux mouvements de la nouvelle star. Pour Neymar, le football, c'est tenter des trucs de ouf : faire des petits ponts, passer le ballon derrière le pied d'appui, feinter, mettre de l'effet dans le ballon... " Mon point fort, c'est le dribble ", dit-il. " Je dribble à une vitesse folle. " Le meilleur exemple, c'est ce but inscrit face à Santo André qui, en 2011, lui a valu le Puskas Award, le nouveau trophée décerné par la FIFA à l'auteur du plus beau but de l'année. Il avait dribblé trois adversaires comme s'il s'agissait de vulgaires réverbères et avait marqué entre les jambes du quatrième. Neymar s'est rapidement senti très important. A l'âge de 13 ans, il avait été choisi pour présenter le nouveau maillot du FC Santos. Deux mois plus tard, il signait son premier contrat, qui lui rapportait dix mille euros par mois. Début 2009, il devenait professionnel et le 9 mars, il effectuait ses débuts en équipe première de Santos à l'occasion d'une défaite face à Oeste. Une semaine plus tard, il inscrivait déjà son premier but et fêtait sa première victoire face à Mogi Mirim (3-0). Si le Clube do Povo (le club du peuple) a empoché dix-neuf millions de dollars de sponsoring au cours des dernières années, c'est grâce à Neymar. Et cela a valu au joueur le statut d'intouchable. En septembre 2010, Neymar se disputait avec l'entraîneur, Dorival Junior, et avec le capitaine, Edu Dracena, parce qu'on lui avait refusé l'autorisation de botter un penalty contre Atletico Goias. Dorival le suspendait pour le match suivant, contre Corinthians mais il était rapidement écarté bien qu'il ait remporté deux trophées et 37 des 61 derniers matches. Faire jouer Neymar était plus important que faire valoir la discipline de groupe. " On est en train de créer un monstre ", avertissait un chroniqueur sportif. Pelé, le plus grand joueur de l'histoire du FC Santos, était abattu et éprouvait le besoin de donner son avis. Il attaquait non seulement le club mais aussi le joueur. " Neymar joue plus en fonction des fans et des caméras qu'en fonction de l'équipe ", dit-il. "Il abuse des firulas (un mouvement rapide des pieds, ndlr) et tombe trop facilement. " La réaction de la star ne tarda pas : " C'est n'importe quoi ! Je ne joue pas du tout pour le public et je vais toujours droit au but. Mon objectif, c'est de plaire aux gens. Dans l'esprit du football brésilien. J'ai toujours voulu ressembler à Pelé. Il éprouvait du plaisir sur le terrain et je veux ressentir la même chose. " Malgré son jeune âge, Neymar affiche déjà un palmarès impressionnant. En 2011, il permettait au Brésil de devenir champion du monde des U20 en inscrivant deux buts en finale face à l'Uruguay (6-0). Dunga, l'ex-sélectionneur national, avait été assailli de critiques parce qu'il ne l'avait pas emmené à la Coupe du Monde en Afrique du Sud et son successeur, ManoMenezes, l'avait immédiatement sélectionné en équipe nationale. Neymar avait d'ailleurs fêté ses débuts en inscrivant un but de la tête face aux Etats-Unis. Toujours en 2011, Neymar et Santos remportaient la Copa Libertadores, qui échappait au club depuis 1963 (période Pelé). Un an plus tard, ils enlevaient la Recopa (la Coupe d'Amérique du Sud des Vainqueurs de Coupe). Neymar inscrivait un but à l'occasion du match retour et était élu " Homme de la Finale ". En 2012, il inscrivait 43 buts pour le compte de Santos ce qui faisait de lui le meilleur buteur de tous les temps sur une saison, après Pelé. Au total, il a inscrit 136 buts et délivrés 65 assists en 224 matches officiels sous le maillot de Santos. Sur le plan individuel, il a été élu Soulier d'Or du Brésil en 2010 et 2011 et Joueur Sud-Américain de l'Année en 2012. Malgré cela, on lui reproche régulièrement de ne pas répondre présent lors des grands matches. A l'occasion de la finale du championnat du monde des clubs, il avait été surclassé par Messi et Barcelone l'avait emporté 4-0. Et en 2012, on le critiqua parce qu'il n'avait pas pu emmener le Brésil vers le titre olympique à Londres. " Il m'impressionne parce qu'il fait des choses que je n'avais jamais vues sur un terrain ", écrivait Tostão, un des héros de la Coupe du Monde 1970, considéré comme le meilleur chroniqueur sportif du pays. " Il est créatif et son répertoire est exceptionnel. Il peut tout faire avec un ballon. Il possède une technique raffinée, un bon tir, deux bons pieds et c'est un finisseur. De plus, il combine tout cela avec de la vitesse et de la mobilité. " Mais son comportement en dehors du football énerve d'autres observateurs. Selon eux, Neymar n'est qu'un sale gamin surpayé et arrogant. Mais c'est plus une question d'image (parfois à la limite) qu'autre chose. La remarque qui veut qu'il doit encore devenir le nouveau Messi tandis qu'il est déjà le nouveau Beckham nous semble plus appropriée. " Il a toujours admiré Becks et a un peu tenté de l'imiter ", admet son père. " Pas seulement sur le terrain mais aussi au niveau de l'image. " Sa coiffure en crête de coq est sa marque de fabrique et il se rase ses jambes. " J'accorde beaucoup d'importance à mon physique, et alors ?", dit-il. Mais ça va plus loin. Il a dansé avec le chanteur pop Michel Telo sur le super hit "Ai Se Eu Te Pego" (Gare à toi si je t'attrape) et est apparu déguisé en gorille avec le rappeur Mr Catra dans le clip vidéo d'Alexandre Pires. Le ministère public les accusa de racisme, même si aucun des deux n'est tout à fait blanc. Il y a peu, la nouvelle star de Barcelone a présenté son fils Davi Lucca, né il y a deux ans et dont il vit séparé de la mère. Un peu plus tôt dans l'année, il avait officialisé sur les réseaux sociaux sa relation avec Bruna Marquezine, une actrice de 17 ans qui joue dans la série populaire " Salva Jorge ". Comme Becks, Neymar Jr est bien entouré. " Je peux compter sur l'aide d'une équipe importante ", dit-il. Ses intérêts commerciaux sont défendus par 9ine, l'agence publicitaire de Ronaldo Fenómeno, et par IMX, d'Eike Batista, probablement la plus grosse fortune du Brésil. " Ils font en sorte que je puisse me concentrer sur le football ", dit l'ex-joueur de Santos." " Il est souvent un peu théâtral et extraverti ", dit Tostão. "Chanter, danser... ça n'a rien à voir avec le football. C'est un peu étrange." Même sur le terrain, Neymar est parfois un peu fou. Imaginez ce qui s'est passé le 6 avril 2011 en Copa Libertadores (la version sud-américaine de la Ligue des Champions) face aux Chiliens de Colo Colo. Un des sponsors de Neymar avait distribué des masques à l'effigie du joueur à tous les spectateurs du Vila Belmiro, le stade de Santos, qui affichait complet. Lorsque Neymar inscrivit un but superbe pour faire 2-0, les gens devinrent complètement fous. Robinho, qui se trouvait le long de la ligne, lui passa un masque. Neymar le mit à l'envers et célébra son but, enfreignant ainsi les règles imaginées au 19e siècle par les gens du Board. Ce qui lui valut un carton jaune... son deuxième de la partie. Colo Colo revint ainsi à 2-2 mais, au grand soulagement de Neymar, ses équipiers firent encore 3-2 en fin de match pour assurer la qualification. Son départ à Barcelone rapporte à Santos un pactole de 28 millions d'euros (plus deux matches amicaux face au Barça) mais le club catalan a déposé, au total, près de 58 millions sur la table. De nombreux agents et des sociétés d'investissements ont en effet réclamé leur part du gâteau. En signant un contrat de cinq ans, il marche sur les traces d'illustres compatriotes comme Romario, Ronaldo, Rivaldo et Ronaldinho. "C'est une décision que j'ai prise avec ma famille et un rêve qui se réalise", a déclaré Neymar pendant la Coupe des Confédérations. "Je suis très heureux mais aussi un peu triste de quitter un club et une ville dans lesquels j'ai joué pendant 9 ans et que j'aime." La question, désormais, est de savoir comment il s'adaptera à la Primera Division. Le football brésilien est moins tactique et plus lent. Moins physique, aussi. Et il y a davantage d'espaces. " Il brille dans le championnat brésilien mais doit encore faire ses preuves face à de plus grandes équipes ", dit Tostão. " Neymar n'aime pas être marqué de près. Il doit se développer dans un plus grand championnat. Il sera sans doute un des meilleurs joueurs du monde mais ce n'est pas encore le cas. " " Son départ pour l'Europe, c'est une bonne chose. Tant sur le plan sportif que d'un point de vue humain. Il a besoin d'être entouré de plus de joueurs de talent. Il doit également apprendre à être plus collectif et répondre aux exigences tactiques indispensables au sommet. Mais il y a aussi un risque. Il ne sera peut-être pas heureux, sa famille pourrait lui manquer ou les choses pourraient ne pas marcher." Ronaldinho, qui vient de remporter la Copa Libertadores avec l'Atletico Mineiro, pense que Neymar ne connaîtra aucun problème à Barcelone. " C'est une expérience formidable pour lui. Une étape nécessaire dans sa carrière. Pour devenir le meilleur joueur du monde, il faut jouer dans un grand club européen. Il ne doit pas se faire de souci : je ne pense pas qu'il y ait un seul club au monde où il ne puisse jouer. " Neymar le dit aussi : " Le football, c'est la même chose partout : le ballon est rond. Et la pression ne peut pas être pire que celle que j'ai connue ces dernières années. Les grands joueurs doivent pouvoir faire face au stress. C'est ce dont tout joueur rêve. " Neymar et son entourage affirment dans toutes les langues que ce passage à Barcelone n'est pas un nouveau coup de pub. Cette première saison en Liga doit le rendre plus fort en vue de la Coupe du Monde 2014 au Brésil. Le sélectionneur, Luiz Felipe Scolari, soutient totalement son choix. " Neymar est prêt ", dit Felipão. " Tant sur le plan humain que d'un point de vue sportif. Il en sortira plus fort et cela peut nous aider à devenir champions du monde. " " C'est mon rêve ", ajouta Neymar après la Coupe des Confédérations. " Pas seulement le mien, d'ailleurs : celui de tous les Brésiliens. " PAR FRANÇOIS COLLIN À SAO PAULO - PHOTOS: IMAGEGLOBE" Neymar n'aime pas être marqué de près. Il sera sans doute un des meilleurs joueurs du monde mais ce n'est pas encore le cas. " (Tostao)