Le français n'est plus la langue véhiculaire dans le vestiaire de l'Antwerp, et les trentenaires qui détenaient les clés offensives sont partis. Dans sa quête du titre, le matricule numéro 1 a surtout investi dans des joueurs dans la fleur de l'âge mais qui ont déjà de l'expérience.
...

Le français n'est plus la langue véhiculaire dans le vestiaire de l'Antwerp, et les trentenaires qui détenaient les clés offensives sont partis. Dans sa quête du titre, le matricule numéro 1 a surtout investi dans des joueurs dans la fleur de l'âge mais qui ont déjà de l'expérience. On verra si sportivement, ce sera toujours le cas en avril-mai, mais sur le marché des transferts, l'Antwerp s'est déjà affirmé comme le principal concurrent du Club Bruges. La mayonnaise va-t-elle prendre? Car tout ou presque a changé au Bosuil, du stade à l'entraîneur, en passant par les joueurs et l'encadrement. L'Antwerp 2.0 est en place. Y a-t-il une ligne directrice? Eh bien, oui. Il y a certes beaucoup de nouveaux venus, mais peu d'inconnus que nous devrons encore découvrir le week-end prochain: Engels derrière, Bataille et Dessoleil, Nainggolan dans l'entrejeu, et Balikwisha, Frey et Samatta en pointe. Fischer était quant à lui une vieille connaissance du coach, et Eggestein un souvenir des duels contre le LASK la saison dernière, tandis que Dwomoh a fait partie des jeunes de Genk. Seuls Vines, Yusuf et Almeida doivent encore découvrir la Belgique. Dans sa restructuration, l'Antwerp ne s'est pas aventuré sur des chemins inconnus. Deuxième constatation: on recense beaucoup de Belges parmi les nouveaux venus et l'Antwerp n'a pas énormément investi dans les jeunes talents. Le coach, Brian Priske, a déjà une grande expérience danoise à son compteur et parmi les nouveaux venus, beaucoup ont un peu plus de 25 ans. Nainggolan, 33 ans, est l'exception qui confirme la règle, mais Engels en a 26, tout comme Frey, Fischer en a 27, Samatta 28 et Dessoleil 29. Des garçons qui connaissent le métier, sont résistants au stress, ont les épaules assez larges pour répondre aux attentes et savent ce que gagner signifie. Les plus jeunes comme Vines, Eggestein, Yusuf ou Bataille peuvent s'en inspirer. Ce qu'il manquait encore fin août, c'était l'efficacité dans les deux rectangles. D'où cette ultime offensive dans les derniers jours du mercato. Dessoleil peut pousser ou remplacer Engels, alors que Samatta apporte du danger dans une attaque qui, sans Frey, manque de puissance et de vrai buteur. Ce qui peut expliquer que l'Antwerp ait sué face à l'Omonia Nicosie. Priske a le choix entre de nombreux profils différents. Dans l'entrejeu surtout, il faudra veiller à conserver l'équilibre.Voilà un nouveau venu très remarqué au Bosuil: le Suisse Michael Frey a inscrit un quintuplé à Sclessin (il en est à sept buts au total), puis s'est rapidement rétabli d'une petite blessure au genou. Geeraerts (Deinze), Batubinsika (Famalicão, Por), A. de Sart (OH Louvain), Boya (Zulte Waregem), L. Verstraete (Waasland-Beveren), Mbenza (Wydad, Mar), Lamkel Zé (Dunajska Streda, Svk).