Durant notre entretien, Jan Vertonghen confie qu'il pense, ces jours-ci, sans doute davantage à son père qu'en temps normal. Il y a trois ans, Paul Vertonghen s'est éteint des suites d'une longue maladie. " Il a pu assister à mes débuts à l'Ajax et il m'a vu en action à la télévision durant le match d'adieux de Dennis Bergkamp à Londres. Ma carrière commençait à peine. Il n'est plus là pour voir son fils porter le brassard de l'Ajax. Il aurait été si fier ", murmure le défenseur.
...

Durant notre entretien, Jan Vertonghen confie qu'il pense, ces jours-ci, sans doute davantage à son père qu'en temps normal. Il y a trois ans, Paul Vertonghen s'est éteint des suites d'une longue maladie. " Il a pu assister à mes débuts à l'Ajax et il m'a vu en action à la télévision durant le match d'adieux de Dennis Bergkamp à Londres. Ma carrière commençait à peine. Il n'est plus là pour voir son fils porter le brassard de l'Ajax. Il aurait été si fier ", murmure le défenseur. Durant cette préparation perturbée par le Mondial, Vertonghen est le meilleur joueur de l'Ajax. En Autriche, pendant le stage, il a émergé de la tête et des épaules, par ses qualités footballistiques mais surtout par la manière dont il s'est comporté avec ses coéquipiers. Le brassard que lui a confié l'entraîneur, Martin Jol, Vertonghen, lui, va bien. Il a dirigé ses partenaires pendant les entraînements et les matches, il a tenté d'aider les plus jeunes et a encore puisé un brin d'énergie en lui pour mettre de l'ambiance dans le vestiaire. Le gaucher de Tielrode a entamé une nouvelle phase de sa carrière. " C'est quelque chose qui vient spontanément. La saison passée, je suis devenu une valeur sûre puis un joueur-clef de l'équipe. L'entraîneur m'a accordé sa confiance et je veux en être digne. J'évolue dans l'axe et je suis devenu un des joueurs les plus chevronnés. Je dois donc assumer mes responsabilités. " Cela ne semble pas lui poser le moindre problème : " Aucun, je ne dois même pas y penser. Je suis bien dans ma peau et je veux également soutenir les autres. Je ne me fais cependant aucune illusion : au retour de vacances de Luis Suárez et de Demy de Zeeuw, je devrai effectuer un pas en arrière. " Il a entamé son parcours en catégories d'âge de l'Ajax et y a acquis de l'assurance. " Je suis arrivé ici à seize ans, sans famille ni amis. J'ai mûri rapidement et la rudesse de la mentalité néerlandaise a accéléré le processus. Si un Belge veut réussir à l'Ajax, il doit s'y engager très jeune, parcourir les catégories d'âge, découvrir la culture, aller à l'école ici. Certains de mes compatriotes se sont immédiatement retrouvés en équipe fanion mais sans succès. Un Belge n'est pas habitué au style de jeu ni à la mentalité de l'Ajax. Wesley Sonck en constitue un bon exemple. Il y a quelques années, il était un bon footballeur, un bon avant au sein d'un 4-4-2. L'Ajax l'a posté sur l'aile droite, dans une équipe qui comptait plusieurs caractères affirmés, comme Wesley Sneijder, Rafael van der Vaart, ZlatanIbrahimovic et Mido. Je peux imaginer qu'un Belge ait des problèmes. " Après quelques années de tâtonnements, Vertonghen est devenu un des porte-drapeaux de l'Ajax. " Au début, j'ai été ballotté au sein de l'équipe. Henk ten Cate ne m'a guère accordé de chances mais ensuite, Adrie Koster m'a placé dans l'entrejeu. Quand Urby Emanuelson a été victime d'une longue blessure, il m'a posté à l'arrière gauche. C'est d'ailleurs à cette position que Marco van Basten m'a prié de me concentrer. Dans un deuxième temps, il m'a considéré comme un médian avant de me faire reculer au c£ur de la défense. Jusqu'à ma blessure, au second tour, j'ai été bon. A mon retour, l'entraîneur m'a réaligné dans l'entrejeu. " L'arrivée de Jol a tout changé. " Il a d'abord analysé mes prestations pour voir où me placer et il m'a ensuite expliqué : - A mes yeux, tu es un défenseur central. Focalise-toi sur ce poste. Je ne t'alignerai ailleurs qu'en cas de nécessité. Ces paroles ont été cruciales. Elles m'ont apporté de la stabilité, j'ai pu me concentrer sur un seul poste et progresser. A la salle de musculation, j'effectue des exercices spécifiques. Avant, c'était difficile : devais-je travailler mon explosivité ou plutôt mon jeu de tête ? Ou ma mobilité ? Maintenant, je sais ce que je dois faire. " Lui-même était convaincu, depuis des années, que sa place de prédilection se situerait au centre de la défense. " Maintenant, je sais avec une certitude absolue que c'est à cette position que je m'épanouis le mieux et que je peux continuer à progresser. "Vertonghen est un défenseur élégant et doté d'un bon bagage footballistique, il s'inscrit sur les traces de Frank de Boer. Le Diable Rouge a un superbe tir. Ce n'est plus sur le plan technique qu'il va beaucoup progresser. " Je dois me faire plus agressif, mieux maîtriser l'aspect défensif pur. C'est vraiment ma priorité. Je ne dois pas vouloir m'emparer du ballon constamment mais aussi intercepter les adversaires et veiller à ce qu'ils ne me passent pas. J'ai tendance à m'avancer trop vite, ce qui permet aux attaquants de me passer rapidement. Ce sont ces détails que je dois améliorer. Je dois oser défendre. L'année dernière, j'ai été averti à sept reprises mais je n'ai reçu qu'une carte pour une véritable charge. Les autres ont sanctionné le tirage de maillot, un jeu de main... Je n'ai jamais blessé personne et je m'en passe bien. Mais si je veux atteindre l'élite, je dois être plus dur. " Même s'il est en pleine maturation, il a été dans la mire de grands clubs, comme tous les joueurs qui restent sur une bonne saison. Ces derniers mois, Vertonghen a été cité à Barcelone, au Real, à Arsenal, à Liverpool et à Everton. Il ne dissimule pas sa fierté. " Lire ou entendre ces nouvelles est fantastique. Cela flatte mon égo ", reconnaît-il, franc. " D'un autre côté, je pense que tout va très vite. J'ai encore beaucoup à apprendre avant d'être prêt pour ce niveau, à supposer que je l'atteigne. Je sais aussi qu'internet est bourré de rumeurs plus ou moins vagues. Je ne dois pas me laisser monter la tête par ces articles. L'Ajax est mon club, c'est ici que je dois être performant. "Il a pourtant tracé mentalement un itinéraire idéal qui s'achève à Manchester United. " C'était mon club de rêve, avant, mais il y a d'autres chouettes équipes. Jouer parmi l'élite anglaise serait génial mais les championnats allemand et espagnol me plaisent beaucoup également. L'Italie moins. Quoi qu'il en soit, c'est encore trop tôt. On verra, peut-être, dans un an. "Le voilà l'avant-veille de sa cinquième saison à Amsterdam et il n'a pas remporté beaucoup de trophées jusqu'à présent : une Coupe nationale. La saison passée, l'Ajax a placé une brillante accélération après la trêve hivernale et a raté le titre d'un cheveu. Un seul point le séparait du FC Twente. " J'en ai été malade ", soupire-t-il. " Je n'ai plus jamais regardé les images de la dernière journée, j'en aurais été incapable. Même pas les buts. Au début, je revoyais sans cesse, dans ma tête, le match à domicile contre le Sparta Rotterdam. Il s'est soldé par un nul blanc où nous nous sommes créé des dizaines d'occasions. Notre manque de finition nous a coûté le titre. "Vertonghen ne peut citer d'autres carences au terme d'une saison brillante, si on s'en réfère aux seuls chiffres. " Ils sont tous à notre avantage et pourtant, nous n'avons pas été champions. C'est ça qui est le plus difficile à accepter. J'ai digéré cet échec, notamment grâce à notre victoire en Coupe. Cette saison, nous devons poursuivre sur la lancée de notre second tour. Si nous gagnons autant de points que la saison, précédente, 85, nous serons champions. Je ne pense pas qu'une autre équipe dépasse ce cap. Non, vraiment pas. "Pour l'instant, à l'Ajax, il est davantage question de limiter les dégâts que de remplir la vitrine. Le club est en proie à des problèmes financiers et il semble condamné à perdre des footballeurs essentiels. " Je suis confiant : l'Ajax leur trouvera de bons remplaçants. Je ne suis pas pessimiste. Nous avons une base claire et solide, chacun sait exactement ce qu'on attend de lui. Etre champion et atteindre la phase de poules de la Ligue des Champions ne sera pas aisé mais ce sont nos objectifs. " D'année en année, Vertonghen sent la pression s'intensifier. L'Ajax n'a plus été champion depuis 2004 et c'est long, trop long. " Tout le monde rêve d'un nouveau succès. Si nous sommes champions, un énorme poids nous tombera des épaules. Ce sera la fête de sept ans de quête. Je veux à tout prix vivre ça. Je ne veux pas quitter l'Ajax sans titre. Je considérerais ça comme un échec. "Il surveille les autres clubs du coin de l'£il. " Que fait le PSV, que fait Twente ? Ce sont nos principaux rivaux. Twente a conservé tous ses piliers, hormis Miroslav Stoch et Kenneth Perez. Il est même plus fort en attaque suite à l'arrivée de Marc Janko car Blaise Nkufo était un peu léger. Twente va encore lutter pour le titre. Le PSV s'est renforcé. L'Ajax devra se battre avec ces deux clubs et a priori, aucun ne part favori. Peut-être l'AZ peut-il nous surprendre mais cela dépend des joueurs qui vont encore partir et arriver. " Vertonghen brûle d'ambition et enrage de devoir assister au début de la saison depuis la tribune, à cause de son faux-pas après la victoire en Coupe contre Feyenoord. Pendant la cérémonie, on a tendu un microphone à l'Ajacide, qui a traité ses adversaires de " cons " (pour résumer). Cela a provoqué une vague d'indignation et il a été sanctionné. L'Ajax lui a infligé une solide amende. Il a reçu des lettres de menaces et la KNVB l'a suspendu pour trois matches, dont un avec sursis. Vertonghen toussote. Il n'apprécie pas le sujet mais ne veut pas non plus l'éviter. " Je pense souvent à cet incident. J'en ai souffert. Si je le pouvais, je ravalerais immédiatement mes propos mais ce n'est malheureusement pas possible. J'avais bu, j'étais fou de joie et je me suis laissé emporter. Je pensais être dans une fête unissant les Ajacides et leurs supporters. Dans des moments pareils, on oublie les caméras et les Gsm. Le matin suivant j'ai réalisé que j'avais gaffé. "L'impact de son faux-pas l'a effrayé. " Je me suis demandé ce qui m'arrivait. On a raconté des choses très dures à mon égard. Je devrais être au-dessus de ça mais je n'y parviens pas. Le pire, c'est que des gens ont mis en doute les regrets que j'ai exprimés sur le site de l'Ajax, pensant que le club avait lui-même rédigé un petit communiqué de presse... C'est logique mais les excuses venaient vraiment de moi. Je continue à regretter ce que j'ai dit. " Il ferme les yeux. " J'ai raté la Supercoupe des Pays-Bas et je suis aussi privé de l'ouverture à Groningue, un match traditionnellement difficile pour l'Ajax. J'enrage. " Il juge la sanction de la KNVB excessive. Celle-ci a proposé une suspension de deux matches, que le club et le joueur ont refusée, et la commission de discipline y a ajouté un match avec sursis. " Nous ne sommes pas allées en appel mais la direction et moi jugeons la sanction trop sévère, d'autant que d'autres joueurs, dans des situations comparables, n'ont pas été sanctionnés. " Comme Eljero Elia, qui a émis une remarque blessante sur internet pendant le Mondial. " Exactement. Il n'a pas été puni. Où est la différence. Je l'ignore et je n'ai plus besoin de le savoir. J'accepte ma punition. Mon image a souffert de l'incident et je dois vivre avec. Je verrai comment le public réagit lors des premiers matches de la saison. " par geert-jan jakobs"Les insultes ? J'avais bu, j'étais fou de joie et je me suis laissé emporter. "