Le Tchèque Pavel Nedved est vite devenu un des moteurs de l'équipe qu'il a rejointe il y a 18 mois et a remporté le titre, lors de la dernière journée. Cette saison, il émerge semaine après semaine et semble encore plus déterminant, par ses buts décisifs et ses assists. "Avec Zidane, nous avions un beau joueur. Nedved est un footballeur concret", résument les supporters.
...

Le Tchèque Pavel Nedved est vite devenu un des moteurs de l'équipe qu'il a rejointe il y a 18 mois et a remporté le titre, lors de la dernière journée. Cette saison, il émerge semaine après semaine et semble encore plus déterminant, par ses buts décisifs et ses assists. "Avec Zidane, nous avions un beau joueur. Nedved est un footballeur concret", résument les supporters. Nedved: "Quand vous jouez à la Juventus, vous n'avez qu'une issue: gagner. En plus, j'ai été transféré pour remplacer Zinedine Zidane. Ce statut m'a placé davantage encore sous pression. J'ai également dû m'adapter à la différence des entraînements et du style de jeu. Au début, les séances de musculation m'ont épuisé. La Lazio était plutôt une équipe de contres, alors que la Juve tente d'être maîtresse du terrain: - Nous sommes la Juve, nous avons le ballon. Il faut se mouvoir autrement". Mauro Camoranesi (04-10-76) est arrivé à Vérone d'Argentine durant l'été 2000. Un jour, le président véronais GiambattistaPastorello reçoit une cassette de la part de ses informateurs argentins qui lui avaient déjà permis à l'époque où il était directeur sportif de Parme d'acquérir HernanCrespo et RobertoSensini, notamment. Cette fois, le président véronais est attiré par un jeune numéro sept qui a fait ses classes au Mexique (Santos en 96-97 et Cruz Azul de 98 à 2.000) et n'a évolué qu'une seule saison dans son pays d'origine (Banfield 97-98). Pastorello est tellement impressionné qu'il verse deux millions d'euros pour s'octroyer les services du médian. Après deux saisons à un bon niveau, le joueur a attiré l'attention de plusieurs clubs et notamment la Juve qui paye 50% du contrat du joueur avec Vérone. Depuis quelques semaines, les dirigeants turinois font le forcing pour que la Juventus soit seule titulaire des droits contractuels sur le joueur; d'autant que tous les autres joueurs acquis cet été ont démontré leurs lacunes (alignés en Coupe, ils ont été éliminés par Pérouse) et sont certains de figurer sur la liste des joueurs transférables. Evidemment, le président Pastorello n'est pas d'accord de laisser partir Camoranesi aux conditions qui lui sont proposées par la Juve, surtout qu'il peut faire monter les enchères du côté de l'Inter, Milan, l'AS Roma et même Parme. Le contrat court jusqu'en2005. Entre-temps, Giovanni Trapattoni, le sélectionneur italien a déjà envisagé de prendre le joueur en équipe nationale. Comme il possède la double nationalité italienne-argentine et qu'il n'a jamais été repris dans une sélection sud-américaine, rien ne s'y oppose. Dans l'entourage de la Squadra, on dit qu'il aurait opté pour l'Italie car Marcelo Bielsa, le sélectionneur argentin, ne lui a jamais téléphoné! Le Français David Trezeguet a refait son retour en janvier. Même s'il a marqué des buts, notamment trois contre la modeste Reggina, il n'est pas encore en possession de tous ses moyens. A la reprise des entraînements cet été, le Français s'était plaint d'un mal au genou. Dans un premier temps, on a annoncé que c'était un problème bénin. Il a rejoué un match mais s'est à nouveau fait blessé. Il n'était plus en mesure de tenir sa place et a dû passer de longs mois en revalidation. Du côté de la Juventus, le staff médical se retranche derrière le secret médical pour ne pas révéler de quel mal souffrait réellement le joueur. Malgré cela, la Juventus veut le faire signer une prolongation au contrat qui arrive à expiration en juin 2004. Trezeguet n'est pas d'accord avec la proposition qui lui est faite car il gagne relativement peu par rapport à différents équipiers et pas seulement Alessandro Del Piero (cinq millions d'euros). Les négociations sont apparemment bien engagées et, dans les coulisses, on prétend qu'un accord pourrait être finalisé avant l'arrivée du printemps.