Il y a environ un an, on découvrait Vincent Kompany : l'extase ! Il n'y en avait que pour lui dans toute la presse. Chacun y allait de ses plus beaux superlatifs. Chacun surenchérissait sur le voisin pour s'assurer de figurer dans le peloton des découvreurs de talents. Un an plus tard, certains de ces admirateurs hébétés de la première heure se muent soudain en censeurs impitoyables. Et cela m'agace furieusement ! Je sais qu'on est à l'ère de la polémique et de l'amalgame. De l'éphémère aussi ! Au point de brûler ce qu'on a adoré la veille ?
...

Il y a environ un an, on découvrait Vincent Kompany : l'extase ! Il n'y en avait que pour lui dans toute la presse. Chacun y allait de ses plus beaux superlatifs. Chacun surenchérissait sur le voisin pour s'assurer de figurer dans le peloton des découvreurs de talents. Un an plus tard, certains de ces admirateurs hébétés de la première heure se muent soudain en censeurs impitoyables. Et cela m'agace furieusement ! Je sais qu'on est à l'ère de la polémique et de l'amalgame. De l'éphémère aussi ! Au point de brûler ce qu'on a adoré la veille ? Personne n'est infaillible ! Pourquoi Vincent Kompany échapperait-il à la règle ? Qu'on arrête de le prendre systématiquement pour cible dans un jeu collectif où chacun endosse sa part de responsabilité. Si Vincent doit assumer ses propres erreurs, il faut être sûr qu'elles lui sont imputables à 100 % compte tenu de la répartition des tâches prévue par l'entraîneur. Et si dans cet échange de tâches, une défaillance peut lui être attribuée, il faut que les responsables de sa formation en prennent aussi une partie à leur compte. Car je ne peux pas imaginer un seul instant qu'un joueur aussi talentueux et intelligent que Kompany puisse cultiver le dilettantisme et la nonchalance au point de snober les principes de jeu qui lui sont proposés. C'est sur ce point qu'on doit s'interroger : est-ce l'assimilation de ces principes qui est défaillante ou la méthodologie utilisée ? Question autrement plus intéressante à se poser que de disserter sur l'opportunité du port de la cravate et autres mesquineries du genre. Personnellement je suis convaincu que Vincent Kompany est taillé pour jouer une partition à la Vieira. A Anderlecht comme dans l'équipe nationale. Qu'attend-on pour tenter l'expérience ? Que pèsent intrinsèquement Besnik Hasi et Yves Vanderhaeghe à côté d'un joueur doté d'un tel bagage défensif et offensif. En reconversion offensive notamment, il peut tout faire : amorcer, relancer, s'infiltrer balle au pied, initier les une/deux et surtout tirer. Sans parler de sa dimension d'efforts ! Sa vitesse serait à coup sûr appréciable dans les retours défensifs. Récemment, Philippe St-Jean me confiait à son propos : -Il a toutes les qualités pour jouer partout ! A ceci près que les quelques erreurs de jeunesse, qu'il pourrait encore commettre, seraient moins dommageables dans le milieu de terrain que dans le dernier tiers défensif. Grâce à son aisance technique exceptionnelle, il est également un des rares joueurs belges à garder toute sa lucidité sous la pression de l'adversaire. On ne tirera toute la quintessence du talent de Kompany que si on lui donne l'occasion de l'exprimer et donc de la développer dans des tâches plus offensives. Ce joueur a trop de qualités pour être confiné dans des missions essentiellement défensives. Durant tout son écolage dans les équipes d'âge du Sporting, il fut plusieurs fois le meilleur buteur de son équipe. Johan Boskamp ne l'avait pas surnommé Kluivert par hasard. Doux de caractère mais dur avec lui-même, Vincent possède un mental exceptionnel pour un gars de son âge. Certes, les gens sans personnalité n'ont guère de chance de lui en imposer ni de mériter sa confiance. Les vessies pour des lanternes ne font pas partie de ses discussions préférées. Je ne l'imagine pas s'attardant auprès des frimeurs, flatteurs et autres manipulateurs de tout poil dont le milieu du foot est friand. Vincent chercherait plutôt à se protéger en prenant parfois ses distances. De là à insinuer qu'il serait hautain et dikke nek, il n'y a qu'un pas que certains ont hélas franchi. Vous en connaissez beaucoup vous qui, au lendemain d'une prestation en Coupe d'Europe, se retrouvent humblement en classe, sous l'autorité d'un prof et face aux contraintes scolaires. Quant à ceux qui prétendent qu'on n'a rien à lui dire sur un terrain, sont-ils vraiment convaincus d'avoir quelque chose à dire ? Têtu ? Il serait têtu... Possible ! Sa maman est ardennaise. par André Remy" On ne tirera toute la quintessence du talent de Kompany que si on l'implique dans DES TÂCHES OFFENSIVES "