Après une demi-saison, les Gantois se sont-ils habitués à leur nouveau temple ?

Lucien Corijn : Cela reste quelque chose de formidable. Nous remarquons que tout le monde est curieux de découvrir la Ghelamco Arena. La tribune dévolue aux visiteurs est comble à chaque match et selon moi, c'est lié au stade plutôt qu'au simple football. J'observe les joueurs adverses quand ils descendent de leur car. Je vois qu'ils sont impressionnés, tant par les lumières de l'extérieur que par les installations. En fait, les visiteurs n'ont pas assez d'yeux pour admirer la Ghelamco Arena.
...

Lucien Corijn : Cela reste quelque chose de formidable. Nous remarquons que tout le monde est curieux de découvrir la Ghelamco Arena. La tribune dévolue aux visiteurs est comble à chaque match et selon moi, c'est lié au stade plutôt qu'au simple football. J'observe les joueurs adverses quand ils descendent de leur car. Je vois qu'ils sont impressionnés, tant par les lumières de l'extérieur que par les installations. En fait, les visiteurs n'ont pas assez d'yeux pour admirer la Ghelamco Arena. En déménageant, Gand a abandonné certaines traditions, comme la cérémonie des drapeaux qui précédait chaque match. Michel Louwagie en a pris la décision et on peut le comprendre. Avant, tous ces gens bénéficiaient d'un abonnement gratuit. Louwagie voulait qu'ils fournissent une prestation supplémentaire, comme servir la bière. Cela a suscité une certaine controverse et, du coup, il a supprimé les drapeaux. Il trouvait d'ailleurs que c'était un peu démodé et que cela ne correspondait pas au nouvel élan que la Ghelamco Arena devait conférer au club. C'est dommage mais je suis déjà content de continuer à entendre la marche des Buffalos et de voir nos mascottes, l'Indien et sa squaw. Avec le club d'athlétisme La Gantoise. Je me suis toujours impliqué dans le club. Par exemple, j'ai été président de la fédération des supporters pendant six ans et je fais toujours partie de son conseil d'administration. Je suis aussi chef des Buffalos Boys de Leerne depuis 33 ans. Je donne un coup de main à la loge des joueurs, qui offre à ceux-ci un repas après chaque match. Il est toujours agréable de bavarder avec des joueurs comme Thijs ou Lepoint, même si ça a déjà été plus marrant que cette saison, avec toutes ces défaites. Enfin, après 50 ans, mon sang est devenu complètement bleu et blanc et je dois conserver espoir. J'espère surtout que nous allons obtenir trois renforts cet hiver, comme on l'a annoncé. Nous aurons besoin de ces footballeurs pour avoir un mot à dire dans la lutte pour la qualification. Avec un stade pareil, la colonne de droite ne correspond pas à notre statut et cela doit ronger la direction. Je pense qu'elle peut réunir l'argent nécessaire car les rentrées ont considérablement augmenté. À chaque match à domicile, Gand accueille 18.000 supporters qui éclusent chacun un litre de bière. On ne parle plus de fûts mais de réservoirs ! Le fait que le Club Bruges ait enrôlé Michel Preud'homme nous fait un peu mal mais nous, nous avons un stade que tout le pays nous envie. PAR JENS D'HONDT - PHOTOS: IMAGEGLOBE" La Ghelamco Arena, c'est 18.000 fans qui éclusent chacun, en moyenne, un litre de bière. "