Comment vous êtes-vous impliquée dans le club ? Joyce Van Mele : Par hasard. Mon père avait une photo du Lierse sur son gsm et je l'ai effacée par erreur. J'ai envoyé un e-mail au club en demandant s'il ne pouvait pas retrouver la photo. C'est ainsi que j'ai fait la connaissance des gens du Lierse. Peu après, je suis devenue bénévole et j'ai pris moi-même les photos.

Vous avez pu en faire votre métier.
...

Vous avez pu en faire votre métier. Quand Maged Samy est arrivé, il m'a demandé si je ne voulais pas travailler à temps partiel pour le Lierse. Avec mes collègues Ben Bruynseels et Pieter Moons, je m'occupe du site web du club et de Lierse TV. Nous avons été parmi les premiers à réaliser de chouettes séquences avec les joueurs et nous continuons à réfléchir à ce que nous pouvons entreprendre. L'arrivée de Walter Grootaers constitue un atout puisqu'il est journaliste TV. Je suis très fière de la dernière séquence : de petites caméras permettent de vivre le match du point de vue d'un joueur, des vestiaires et du tunnel jusqu'à la fête avec les supporters à l'issue de la rencontre. Nous recevons beaucoup de compliments des supporters et au fond, c'est pour cela que nous nous démenons. Au début, certains étaient réticents mais ils ont vite changé d'avis et maintenant, ils sont demandeurs. Les voir en action est très amusant. Hernan Losada, par exemple, mélange parfois quatre langues dans une phrase : il lui arrive de lâcher un mot en arabe, rien que pour nous faire rire. Nous sommes parfois pliés en quatre. Il est évidemment regrettable qu'on nous associe toujours à l'affaire Ye. Les responsables ont quitté le club depuis longtemps et le Lierse s'est ressaisi. Cela n'empêche pas les gens de s'en tenir aux clichés. Le Lierse est bien davantage que des chameaux et des Chinois ! Nos atouts ? Nous sommes le plus grand des petits clubs du pays et les générations se mêlent, du kids club aux jeunes qui mettent l'ambiance et à la vieille garde qui raconte avec tant de bonheur les anecdotes de notre époque de gloire. Non, j'en suis convaincue. D'abord parce que nous avons beaucoup de qualités et ensuite parce que l'équipe est soudée. Nos joueurs sont à nouveau fiers de porter les couleurs du Lierse. L'encadrement est bon aussi : Stanley Menzo est un entraîneur sévère mais correct. Eric Van Meir, un autre monument du club, nous fait profiter de son réalisme : le jeu ne doit pas toujours être léché, il faut pouvoir dégager. Il y a aussi Tomasz Radzinski, le responsable sportif, qui est très proche du groupe, au point qu'il s'entraîne parfois avec les joueurs ! Il est perfectionniste. Il veut aussi montrer aux joueurs qu'il ne leur demande rien qu'il ne puisse faire lui-même. Avez-vous déjà vu d'autres directeurs sportifs commencer leur journée en short et en pantoufles de sport ? (Rires) ? PAR JENS D'HONDT - PHOTOS: IMAGEGLOBE" Le Lierse, c'est davantage que des chameaux et des Chinois ! "