On ne vous voit plus sur Proximus 11. Pourquoi ?

Honnêtement, je ne sais pas. Peut-être parce que je ne suis pas bon ! Marc Delire m'a de moins en moins appelé et puis il a constitué son équipe, sans moi.
...

Honnêtement, je ne sais pas. Peut-être parce que je ne suis pas bon ! Marc Delire m'a de moins en moins appelé et puis il a constitué son équipe, sans moi. Pas du tout. J'ai collaboré avec des journalistes qui commentaient leur premier match. Appelle-les et demande-leur comment j'étais. Je suis resté pendant sept ans chez Proximus et je ne pense pas qu'on m'aurait conservé aussi longtemps si je ne m'étais pas remis en question. Je ne veux pas être prétentieux mais il suffit d'interroger les gens du milieu, notamment ceux de la RTBF, pour savoir comment je travaille. Mais bon, on ne va pas en faire un problème d'État. Je ne suis pas là pour cracher sur les autres. Proximus a sans doute trouvé de meilleurs consultants que moi... Je résume un peu vite mais, avant, on disait qu'on allait parler d'Anderlecht et les discussions partaient dans tous les sens. Aujourd'hui, on se focalise sur un point précis, l'attaque par exemple, et c'est mieux encadré. Michel et Benjamin sont attentifs à cet aspect. En plateau, il y a des personnalités comme Philippe Albert ou Rodrigo Beenkens et ces personnes ont des réflexions qui nourrissent la discussion. De mon côté, je n'aime pas attaquer frontalement les personnes, j'essaie toujours d'enrichir mon jugement d'une explication. Le public aime quand un joueur est invité sur le plateau mais je préfère recevoir des dirigeants. On peut alors discuter de leur vision, de leur travail. J'ai râlé quand Steven Martens est venu car ce n'était pas mon jour de présence. Son explication du retour raté des Diables était scandaleuse. Il a expliqué qu'il n'avait pas compris l'ampleur de la mobilisation du public car il était dans sa bulle. Mais il est justement payé pour ne pas être dans une bulle ! Oui. Je n'ai jamais épargné Anderlecht. Pourtant, je vais régulièrement au stade depuis deux ans et demi et je n'ai jamais eu de problème. Si quelqu'un s'en prenait à moi, je ne me laisserais pas faire. PAR SIMON BARZYCZAK" Proximus a sans doute trouvé de meilleurs consultants que moi. "