MERCREDI 16 AVRIL 2014

Le réveil sonne, au Novotel. Je fais un brin de toilette et me lave les dents. Le petit-déjeuner est solide : tartines et thé.
...

Le réveil sonne, au Novotel. Je fais un brin de toilette et me lave les dents. Le petit-déjeuner est solide : tartines et thé. A la réception, j'attends la navette de l'organisation, qui va nous conduire à l'Eurexpo. Un quart d'heure plus tard, je constate que mes chevaux, Donatella et Forever, ont l'air très frais et sont prêts pour l'examen. Il est absolument indispensable de vérifier leur état. Le feu vert ne se fait pas attendre. Les deux chevaux sont jugés aptes et peuvent donc participer aux épreuves Coupe du Monde et de CSI3*. Un cheval est comme un sportif de haut niveau : il doit s'échauffer. Je les monte une demi-heure afin de les mettre en jambes. Aujourd'hui, je n'ai pas le temps de bien dîner. Un sandwich et de l'eau suffiront. Nous entamons l'échauffement proprement dit. Six obstacles ont été montés sur la piste principale. Mon sentiment favorable se confirme. Donatella et Forever passent aisément les obstacles. La physiothérapeute vient masser les chevaux. Je passe pour lui demander ce qu'elle a pu trouver. L'heure du briefing des cavaliers. Nous parcourons le programme et revoyons les règles à respecter. Je retourne à l'hôtel avec la navette. Les chevaux, eux, se reposent. Ils sont prêts pour les concours. Je me douche et me change avant de m'octroyer un peu de repos. Je me rends au restaurant du Novotel en compagnie de deux autres cavaliers. Il vient à peine d'ouvrir. Comme j'ai faim, je commande une grosse portion de salade César et un Cola. J'aurai besoin de sucre. Après avoir un peu bavardé avec mes collègues, je remonte dans ma chambre car la fatigue se fait sentir. Je m'allonge un moment pour me reposer mais en allumant la télévision, je tombe sur la finale de la Coupe d'Espagne, retransmise en direct. Je ne peux pas laisser passer ça ! Un clasico entre le Real et Barcelone, c'est toujours spécial. L'équipe de Carlo Ancelotti s'est imposée face à Lionel Messi et Cie, grâce à un rush fantastique de Gareth Bale. Barcelone me fait de la peine : c'est vraiment une saison à oublier au plus vite. Il vient de louper la Coupe, alors qu'il est éliminé de la Ligue des Champions et qu'il ne va sans doute pas être champion. Enfin, je peux encore rêver d'une victoire cette saison. Bonne nuit... PAR FRÉDÉRIC VANHEULE