Après six saisons à Schalke 04, Nico Van Kerckhoven (33 ans) a rejoint le Borussia Mönchengladbach. Un transfert étonnant, qui s'est réalisé parce que Rudi Assauer, le manager de Schalke, est resté trop longtemps sur la défensive.
...

Après six saisons à Schalke 04, Nico Van Kerckhoven (33 ans) a rejoint le Borussia Mönchengladbach. Un transfert étonnant, qui s'est réalisé parce que Rudi Assauer, le manager de Schalke, est resté trop longtemps sur la défensive. Nico Van Kerckhoven : En janvier, nous avons conclu un accord verbal. Nous voulions prolonger mon contrat d'un an. Tout était parfait pour les deux parties, il ne manquait que les signatures. On a repoussé cette étape indéfiniment. J'avais confiance en ces gens mais à la longue, j'ai nourri des doutes. Lors du dernier jour d'entraînement, mes coéquipiers m'ont posé beaucoup de questions quant à mon avenir. Au début de mes vacances, j'ai discuté une dernière fois avec le manager. Il est apparu qu'il n'y avait plus de place pour moi. Le noyau était composé et il avait déjà trop de gauchers sous contrat, d'autant qu'il avait engagé Mladen Krstajic et Marcelo Bordon. Il devait d'abord vendre ou louer des joueurs excédentaires comme Anibal Matellan mais ce n'était pas encore fait. Quand même. Ils étaient très contents de moi mais j'ai été la victime de la cure d'amaigrissement menée par le club. Mon âge a joué un rôle également, je pense. Je regrette de n'avoir pas su avant ce que le club voulait vraiment. Un peu plus de certitude n'eût pas fait de tort. Les ponts ont été rompus d'un coup. Je ne suis plus tout jeune, ce qui m'aide à relativiser les choses. Le football est malheureusement devenu un business dépourvu de sentiment. Je reste sur une période emplie de succès à Schalke 04. J'y étais pratiquement toujours titulaire et j'espérais un peu plus de respect. Je n'ai pas discuté, sciemment, avec le Standard, Gand, Westerlo et St-Trond. Il faut essayer d'évoluer le plus longtemps possible au plus haut niveau. Or, la Bundesliga est supérieure au championnat belge. Le contexte est plus attrayant. En plus, 'Gladbach a usé des bons arguments. Il voulait m'engager à tout prix. Désormais, je vis saison par saison. Peut-être achèverai-je ma carrière en Belgique. Le tout, c'est de réaliser l'évaluation à temps. Oui mais l'équipe est extrêmement ambitieuse. Elle a entamé sa troisième saison depuis son retour en D1 et veut absolument s'installer dans le ventre mou. Le club a un nouveau stade, le noyau a été renforcé avec des joueurs expérimentés. Le club a été particulièrement dynamique sur le marché des transferts. Oliver Neuville et Christian Ziege sont des noms ! Ils ont une belle carrière internationale derrière eux. Sur papier, le club peut certainement vivre une saison tranquille, dépourvue de soucis, en réalisant de temps en temps un joli coup dans les affiches. Il ne faut pas le clamer trop haut quand même. L'année dernière, Hertha BSC voulait une place européenne mais a dû se battre jusqu'à la dernière journée pour se maintenir. Il est très difficile d'effectuer des pronostics en Bundesliga. En effet. On prédit un superbe avenir à Thomas Broich, en particulier. Il devrait normalement intégrer la sélection allemande pour le Mondial 2006. Jan Schlaudraff et Enrico Gaede sont également de brillants footballeurs. Leurs noms vous sont probablement inconnus mais d'ici deux ou trois ans, ils seront en mesure de porter une équipe. C'est un très jeune entraîneur, qui aime encore jouer. Il se mêle fréquemment à nous et discute beaucoup avec les joueurs chevronnés, surtout avec Christian Ziege, qui a été bombardé capitaine. Il parle souvent avec moi aussi. Je remarque qu'il a peu d'expérience en matière d'entraînement, ce qui donne l'impression qu'il n'est pas sûr de lui. Nous jouons surtout le contre, puisque nous pouvons compter sur la vitesse de Neuville et Václav Sverkos. Joris Van Hout constitue une alternative, un joker, qui fonctionne plutôt au centre-avant. par Frédéric Vanheule et Raoul De Groote