Mike Ashley out ! Les supporters de Newcastle United le réclament depuis 2008, quand les Magpies se sont séparés de Kevin Keegan, un mythe là-bas. Ashley, alors propriétaire du club depuis un an, est entré en guerre avec les fans, sans jamais parvenir à se réconcilier. Le fondateur et propriétaire de Sports Direct, une chaîne de magasins de sport, a dirigé United pendant une décennie, d'une façon que les fans n'apprécient pas. Ashley a toujours nourri de grandes ambitions, sans bien employer son budget. L'équipe a donc vécu deux relégations mais en 2010 comme en 2017, United a été immédiatement sacré champion de Championship. Une cinquième place en 2012 reste le meilleur résultat sous la direction d'Ashley.

Celui-ci a tenté de vendre le club à plusieurs reprises. L'intérêt n'a pas fait défaut car Newcastle est un des grands potentiels d'Angleterre, avec une assistance qui dépasse les 50.000 spectateurs, dans une région où la concurrence de Sunderland et Middlesbrough a reculé. Il faut dire qu'Ashley, un redoutable négociateur, a souvent vu trop grand. Va-t-il réussir cette fois, alors que ses affaires sont moins prospères ?

L'équipe est à vendre depuis un an mais l'annonce officielle n'en a été faite que la semaine passée. Pour accélérer les choses ou décider les candidats à passer à l'action, Ashley a même fixé une date-butoir : la transaction doit être conclue pour décembre, afin de permettre au coach, Rafael Benitez, de prospecter le mercato de janvier avec un portefeuille bien rempli. Le club négocie avec quatre candidats-repreneurs, dont des sociétés de Dubaï et de Chine.

Benitez est impatient. L'Espagnol est fâché de n'avoir pu dépenser beaucoup en été. Son noyau n'est pas très équilibré, ce qui a obligé Chancel Mbemba (ex-Anderlecht) à dépanner à l'arrière gauche à plusieurs reprises. Aleksandar Mitrovic est toujours à Newcastle mais il a du mal à réintégrer l'équipe après sa suspension.

Peter T'Kint

Mike Ashley out ! Les supporters de Newcastle United le réclament depuis 2008, quand les Magpies se sont séparés de Kevin Keegan, un mythe là-bas. Ashley, alors propriétaire du club depuis un an, est entré en guerre avec les fans, sans jamais parvenir à se réconcilier. Le fondateur et propriétaire de Sports Direct, une chaîne de magasins de sport, a dirigé United pendant une décennie, d'une façon que les fans n'apprécient pas. Ashley a toujours nourri de grandes ambitions, sans bien employer son budget. L'équipe a donc vécu deux relégations mais en 2010 comme en 2017, United a été immédiatement sacré champion de Championship. Une cinquième place en 2012 reste le meilleur résultat sous la direction d'Ashley. Celui-ci a tenté de vendre le club à plusieurs reprises. L'intérêt n'a pas fait défaut car Newcastle est un des grands potentiels d'Angleterre, avec une assistance qui dépasse les 50.000 spectateurs, dans une région où la concurrence de Sunderland et Middlesbrough a reculé. Il faut dire qu'Ashley, un redoutable négociateur, a souvent vu trop grand. Va-t-il réussir cette fois, alors que ses affaires sont moins prospères ? L'équipe est à vendre depuis un an mais l'annonce officielle n'en a été faite que la semaine passée. Pour accélérer les choses ou décider les candidats à passer à l'action, Ashley a même fixé une date-butoir : la transaction doit être conclue pour décembre, afin de permettre au coach, Rafael Benitez, de prospecter le mercato de janvier avec un portefeuille bien rempli. Le club négocie avec quatre candidats-repreneurs, dont des sociétés de Dubaï et de Chine. Benitez est impatient. L'Espagnol est fâché de n'avoir pu dépenser beaucoup en été. Son noyau n'est pas très équilibré, ce qui a obligé Chancel Mbemba (ex-Anderlecht) à dépanner à l'arrière gauche à plusieurs reprises. Aleksandar Mitrovic est toujours à Newcastle mais il a du mal à réintégrer l'équipe après sa suspension. Peter T'Kint