"Les finales de conférences viennent de commencer et elles tiennent leurs promesses au-delà de toute attente. En fait, les playoffs sont à la mesure de la saison régulière de cette année en NBA : un spectacle intense et constant, beaucoup de points dans des matches très disputés avec énormément de prolongations. Tous les observateurs avaient pensé que les San Antonio Spurs et les Detroit Pistons allaient s'imposer sans être bousculés, mais finalement, les équipes émergentes ont toujours été très présentes et ont effiloché de façon épatan...

"Les finales de conférences viennent de commencer et elles tiennent leurs promesses au-delà de toute attente. En fait, les playoffs sont à la mesure de la saison régulière de cette année en NBA : un spectacle intense et constant, beaucoup de points dans des matches très disputés avec énormément de prolongations. Tous les observateurs avaient pensé que les San Antonio Spurs et les Detroit Pistons allaient s'imposer sans être bousculés, mais finalement, les équipes émergentes ont toujours été très présentes et ont effiloché de façon épatante les privilèges des grandes formations. A commencer par le fait que les Dallas Mavericks ont bouté les Spurs de Tony Parker hors des demi-finales de la conférence Ouest. Le duel texan a débouché sur une grosse surprise : les Mavericks de Dallas sont allés gagner la série 3-4 à San Antonio en prolongation. Les Spurs menaient de trois points à 120 secondes de la fin, mais l'Allemand Dirk Nowitzki a planté un deux points en bénéficiant d'un coup franc et les Mavericks ont réglé ça en overtime. Tony Parker a été critiqué en l'occurrence. Le coach Gregg Popovitch avait voulu en faire le patron de l'équipe, celui à qui on doit donner le ballon pour décider du match. Cela avait superbement bien marché durant la saison mais en playoffs plus du tout et San Antonio a réussi à survivre en recourant à ses anciens réflexes : donner la balle au big man, à Tim Duncan. Mais on ne peut pas repartir du bon pied aussi tard. Du côté de Dallas, Nowitzki porte une équipe qui s'est surtout montrée plus forte défensivement, ce qui lui manquait. Elle a aussi un bon banc avec Jerry Stackhouse, Devin Harris et Josh Howard. Le coach Avery Johnson a fait du bon travail depuis deux ans... même s'il n'a pas fait jouer le Belge Didier DJ Mbenga une seule seconde dans la finale de conférence contre San Antonio ! En finale de conférence Ouest contre les Phoenix Sun, on pourra apprécier le clash avec le MVP des deux dernières saisons, le Canadien d'origine SteveNash, épaulé par le bigmanAmare Stoudemire On pourrait penser que les Suns sont un peu désavantagés par rapport à leur personnel, mais c'est faux. Les équipes se ressemblent sur plus d'un point, notamment par le fait qu'elles ne possèdent pas de centre véritable : Nowitzki et Stoudemire étant des joueurs très libres de bouger ailleurs que sous l'anneau. Dans l'autre conférence, à l'Est, on devra faire grande attention aux Miami Heat où Shaquille O'Neal vieillit mais est toujours efficace et où on peut toujours compter sur d'autres joueurs expérimentés mais très solides comme GaryPayton et AlonzoMourning, ainsi qu'un banc très fort et un ailier DwyaneWade qui fait des dégâts pas possibles ". AVEC PHILIPPE DAMAN