Il fallait un petit miracle. Il a eu lieu. Nantes entamera sa 43e saison d'affilée en L1. Sa victoire face à Metz (1-0), conjuguée à la défaite de Caen à Istres (3-2), et de Bastia à Strasbourg (2-0) permet aux Nantais de décrocher la 17e place synonyme de maintien.
...

Il fallait un petit miracle. Il a eu lieu. Nantes entamera sa 43e saison d'affilée en L1. Sa victoire face à Metz (1-0), conjuguée à la défaite de Caen à Istres (3-2), et de Bastia à Strasbourg (2-0) permet aux Nantais de décrocher la 17e place synonyme de maintien. " Ce samedi, à la fin, c'était comme un nouveau titre de champion à la Beaujoire. On a su saisir les 5 % de chances qu'on avait ", expliquait à l'issue de la rencontre l'entraîneur Serge Le Dizet, arrivé au club en janvier en remplacement de Loïc Amisse suite à une révolution de palais menée par le capitaine Mickaël Landreau. Ce sauvetage pourtant ne masque pas les carences des champions de France 1995 et 2001. La semaine précédant la rencontre avait été particulièrement grinçante. Le maire de Nantes, Jean-Marc Ayrault, n'hésita pas à brocarder le club en disant " qu'il faut repartir de l'avant avec un projet ambitieux. Il faut que l'actionnaire nomme de bons dirigeants, un bon président et un bon directeur sportif ". L'actionnaire, c'est la Socpresse qui a repris le club en 2001. Le président, c'est Jean-Luc Gripond, qui a repoussé sa sortie. " Si on descend, ce sera une £uvre collective. Et je suis le patron de cette £uvre collective. Mais je ne ferai pas le bilan pour les autres. Je ferai le mien. Et j'espère que chacun fera le sien ", avait-il déclaré dans la presse avant l'ultime journée. Pourtant, son bilan ne parle pas en sa faveur. A son arrivée, le club venait de vendre Eric Carrière et Olivier Monterrubio et restait sur une participation à la Ligue des Champions. Mais Gripond n'a pas réussi à structurer le club comme il le voulait. Ses choix sportifs (comme les désignations d' Angel Marcos et de Loïc Amisse au poste d'entraîneur) n'ont pas été des plus heureux. Le sauvetage assuré, Nantes pourra se concentrer sur son avenir. Si le jeu est quelque peu revenu avec l'arrivée de Le Dizet, le club devra se chercher des leaders pour entourer les jeunes pousses comme Emerse Faé, Jeremy Toulalan (élu meilleur Espoir de la saison) ou Claude Keseru. En effet, les départs de Mathieu Berson, Viorel Moldovan et Nicolas Gillet ont laissé un vide. ( S. Vande Velde) GERARD HOULLIER est le nouvel entraîneur de Lyon. CLAUDE PUEL, annoncé à Lyon, a décidé de rester l'entraîneur de Lille. DANIEL GYGAX, 23 ans, qui évolue comme milieu de terrain au FC Zurich, jouera la saison prochaine à Lille. RENNES disputera la Coupe d'Europe pour la première fois depuis 1971. Marseille, 5e, échoue aux portes de l'Europe mais évoluera en Intertoto avec Saint-Etienne et Lens. NANCY, déjà assuré de sa promotion, a été sacré champion en L2. CAEN, Bastia et Istres descendent. BUTEURS : 1 Frei (Rennes) 20 buts ; 2 Pagis (Strasbourg) 15 ; 3 Pauleta (PSG) 14 ; 4 Mazure (Caen), Juninho (Lyon), Feindouno (Saint-Etienne) 13. S. Vande Velde