Le meilleur buteur de Nantes, Olivier Monterrubio (douze buts) a décidé d'aller prendre l'air ailleurs. Il était arrivé chez les Canaris en 1993 et avait encore un contrat juqu'en 2003 mais le courant ne passait plus tellement bien entre le joueur et le coach des Nantais, Reynald Denoueix. Monterrubio avait l'impression de ne pas être respecté par son entraîneur, de ne pas avoir assez de temps de jeu, etc.
...

Le meilleur buteur de Nantes, Olivier Monterrubio (douze buts) a décidé d'aller prendre l'air ailleurs. Il était arrivé chez les Canaris en 1993 et avait encore un contrat juqu'en 2003 mais le courant ne passait plus tellement bien entre le joueur et le coach des Nantais, Reynald Denoueix. Monterrubio avait l'impression de ne pas être respecté par son entraîneur, de ne pas avoir assez de temps de jeu, etc. "Je n'entrais pas souvent dans ses plans cette saison alors que mes performances méritaient une autre considération", dit le joueur. "Il n'allait pas changer d'avis la saison prochaine. Je m'en suis persuadé en observant sa politique de transferts. Il a fait signer Olivier Quint et Pierre-Yves André, deux gars qui évoluent généralement dans le même secteur que moi. J'ai pris connaissance de ces transferts par la presse. Personnne n'est venu nous le dire. J'ai fait la fête avec le groupe en fin de saison en sachant que ça ne pouvait pas continuer de la sorte. J'ai pris mes responsabilités. La concurrence ne me fait pas peur mais il faut qu'elle soit la même pour tous". "J'ai opté pour Rennes car je n'avais pas l'intention de partir à l'étranger, j'avais envie de connaître un autre club en France avant de tenter le grand saut. Au Stade de Rennes, l'ambiance sera forcément différente et je devrai m'adapter à de nouvelles réalités, me redéfinir... Je pars pour réussir, passer un cap". Olivier Monterubbio a beaucoup discuté avec le nouveau coach de Rennes, Christian Corcuff, avant de trancher : "Il est animé par les mêmes critères que les miens. Il ne m'a pas donné de garanties mais me voulait absolument". Rennes a dû payer un peu plus de 168 millions de francs belges pour s'offrir Monterrubio. Cela fait bien les affaires de Nantes qui a besoin de 224 millions afin que le petit Stéphane Ziani (28 ans) reste dans son club formateur. Drôle de bonhomme qui a changé sept fois de clubs après ses débuts sous le maillot de Nantes. Bordeaux avait été le rechercher à La Corogne il y a deux ans pour 480 millions de francs belges. Les Girondins l'ont prêté la saison passeé à Nantes et entendaient le récupérer. Les deux clubs ont tenu compte du désir de Stéphane Ziani de revenir dans sa région natale. Le joueur a été entendu et devrait signer un nouveau contrat de quatre ans à Nantes après son retour de vacances le 10 juin. (P.Bilic)