La Belgique a titularisé Radja Nainggolan (26 ans) contre Andorre et la Bosnie-Herzégovine, des matches de qualification pour l'EURO 2016 en France. Le médian axial belge, polyvalent, joue à lAS Rome. Doit-il rester titulaire ?
...

La Belgique a titularisé Radja Nainggolan (26 ans) contre Andorre et la Bosnie-Herzégovine, des matches de qualification pour l'EURO 2016 en France. Le médian axial belge, polyvalent, joue à lAS Rome. Doit-il rester titulaire ? " Non ", d'après l'ancien médian et défenseur Lorenzo Staelens, international à 70 reprises. " A mes yeux, il ne doit pas être constamment repris puisque d'autres combinaisons sont possibles dans cette ligne. Axel Witsel est une certitude au six. Au sélectionneur de voir qui constitue la meilleure option à ses côtés. Nainggolan n'a pas été mauvais, loin de là, dans ces deux matches. Il est un élément utile du noyau, par son abattage et sa récupération du ballon, parce qu'il est un box-to-box. Sa présence est indiquée dans les matches où il faut se battre, quand l'équipe joue un peu plus bas et mise éventuellement sur le contre. Il est très fort dans ce registre. Son volume de jeu lui a permis de surgir dans le rectangle dans un déplacement aussi difficile que la Bosnie et de marquer. Dans la composition de son équipe, Marc Wilmots peut tenir compte aussi de la forme du moment. Et tout dépendra également du niveau que Nainggolan atteindra à l'avenir. " Yves Vanderhaeghe, ancien médian lui aussi, international à 48 reprises, trouve le choix difficile, vu la concurrence qui règne dans l'entrejeu. " Désolé mais Andorre ne constitue pas une référence, contrairement à la Bosnie. Nainggolan a affiché ses qualités. Il est costaud, il a un bon tir, il a l'art de harceler son adversaire, il n'hésite pas à s'engager dans les duels et possède une saine dose d'agressivité. Courtes ou longues, ses passes sont bonnes et il joue en un temps. Je n'ai pas eu l'occasion de jauger son aptitude à jouer du gauche. Contre la Bosnie, il a été le premier chasseur, StevenDefour descendant davantage. Witsel apporte plus de technique au six et, en plus, il joue sobrement et proprement. Je pense qu'il doit être un des premiers noms que Wilmots couche sur sa feuille, remplissant le reste en fonction de la forme du moment et de l'adversaire. Mais le fait que Nainggolan est titulaire à l'AS Rome est significatif. " Franky Van der Elst, ex-médian également, international à 86 reprises, ne dit pas non. " Nous n'avions pas encore le profil de Nainggolan. Witsel, MarouaneFellaini, Defour, Kevin De Bruyne, MoussaDembélé et Nainggolan évoluent tous dans un registre différent. Fellaini est un marathonien, il peut opérer la jonction et jaillir dans le rectangle, pour y user de son jeu de tête. Dembélé conserve bien le ballon, il est costaud mais joue moins en avant. Tous sont de bons médians, dotés de qualités spécifiques. Nainggolan est un numéro huit, plus que n'importe quel autre. Il peut jouer aux côtés d'un six, évoluer plus haut et revenir. Il est bon à la récupération, il travaille beaucoup, délivre des ballons courts ou longs ainsi que la passe décisive. Je l'ai vu avec l'AS Rome à Manchester City et je l'ai trouvé vraiment bon, défensivement et offensivement, avec et sans ballon. Il semble qu'il ait été excellent contre la Juventus également. Il est devenu plus calme ballon au pied et je pense qu'au huit, il peut rivaliser avec n'importe qui. Contre la Bosnie, l'entrejeu a été moins bon et notre triangle a été balayé sur le but bosnien mais j'ai trouvé Nainggolan très en verve et certainement pas inférieur à Defour. Le fait est que quand Witsel occupe le six, il reste davantage devant la défense. Certains trouvent qu'il ralentit le jeu mais je ne partage pas cet avis. Witsel est tout simplement un joueur formidable. Il peut jouer vite quand il le faut ou qu'on le lui demande, comme contre l'Australie. Le trio Witsel-Nainggolan-De Bruyne formerait aussi un bon entrejeu. Je pense que Nainggolan est un peu plus rapide dans les espaces restreints et qu'il égale Defour en matière de football. Il m'a convaincu de ses aptitudes. " Wilfried Van Moer est également impressionné par Radja Nainggolan. " Un très bon footballeur ", s'exclame l'ancien médian, international à 57 reprises et triple Soulier d'Or. " Un type Defour ou vice-versa. Il se bat, est très costaud et assez agressif. Un vrai brise-glace. On croit l'avoir passé mais il revient. Defour a davantage de vista dans sa dernière passe mais Nainggolan est toujours utile dans une équipe et il peut même être très précieux dans certains matches. Pour le moment, il est un peu plus fort que Defour, qui n'a pas beaucoup joué ces dernières saisons à Porto. Nainggolan doit-il rester titulaire ? C'est le problème de l'entraîneur. Witsel revient et il est intouchable, de même que De Bruyne. Il faut donc opérer un choix entre Defour et Nainggolan, sans oublier Fellaini. Ce n'est pas un choix facile. La Belgique a été secouée plusieurs fois en Bosnie mais il ne faut pas non plus exagérer. Nous pouvons aligner une deuxième ligne solide, avec des joueurs offensifs qui redescendent aussi. En fonction de l'adversaire et de la tactique, notre luxe dans cette ligne nous permet de varier la composition. " Samir Ujkani,le gardienbelgo-kosovar de Palerme, évolue dans la Botte depuis 2007. Pour lui, ça ne souffre aucun doute : Radja Nainggolan fait partie de l'équipe de base belge. " Marc Wilmots saura bien que faire. Je sais que la concurrence fait rage mais dans son registre, Nainggolan est actuellement le meilleur médian de Serie A, après Pirlo. Il a tout : force, condition et technique. Il peut délivrer une passe décisive et même marquer. Cela ne l'empêche pas de travailler comme un fou pour l'équipe. L'AS Rome est une formation qui développe un bon football dans un des championnats les plus ardus d'Europe. Ici, on ne réussit pas si on n'est pas fort tactiquement, qu'on n'effectue pas son travail défensif et qu'on n'atteint pas les objectifs en matière de stratégie sur le terrain. Le talent ne suffit pas. Ici, tout tourne autour de la tactique, du travail et de la mentalité. Semaine après semaine, Nainggolan étale ses qualités. On s'attend à ce qu'il marche sur les traces de Clarence Seedorf, s'il continue sur sa lancée. " PAR CHRISTIAN VANDENABEELE - PHOTOS: BELGAIMAGEAu 6 et au 10, Witsel et De Bruyne sont incontournables. Mais au 8, Nainggolan peut vraiment rivaliser avec n'importe qui.