A trois reprises, il aurait dû être champion de Belgique. Quand on le lui dit, Greg Van Avermaet sourit, sans vraiment parvenir à dissimuler sa déception. Trois années de suite, le Flandrien a terminé à la place la plus ingrate, la quatrième, en se sentant muselé par Lotto.
...

A trois reprises, il aurait dû être champion de Belgique. Quand on le lui dit, Greg Van Avermaet sourit, sans vraiment parvenir à dissimuler sa déception. Trois années de suite, le Flandrien a terminé à la place la plus ingrate, la quatrième, en se sentant muselé par Lotto. Dimanche prochain, à Hooglede-Gits, le coureur BMC ne sera pas obligé, pour la première fois de sa carrière, à se sacrifier au profit de l'équipe. " J'aurais souhaité qu'il en aille ainsi aux championnats d'Aywaille et de Louvain aussi ", explique Van Avermaet, qui n'aura que Yannick Eijssen à ses côtés. " Je suis dans une situation comparable à celle de Nick Nuyens et de Johan Vansummeren. Mais honnêtement, cette édition désavantage les coureurs isolés. Sur ce parcours plat, mieux vaut faire partie d'un bloc afin de rectifier le tir, le cas échéant. Je devrai vraiment prendre garde. " Van Avermaet pointe d'ailleurs les favoris au sein des deux principaux blocs : Philippe Gilbert et Tom Boonen. " La stratégie de Quick-Step sera particulièrement cruciale pour le déroulement de la course. L'équipe va-t-elle contrôler la course pour qu'elle s'achève sur un sprint massif favorable à Boonen ? Au Tour de Suisse, Tom n'a pas terminé en tête dans ces sprints de groupe mais il a bien grimpé. Il atteint son pic de forme. Je m'attends à un bon Tom au Championnat de Belgique et au meilleur au Tour. " Aucune course n'est aussi imprévisible qu'un championnat national, toutes les équipes n'y alignant pas le même nombre de coureurs. " Il y a cinq ans, à Anvers, la course aurait pu s'achever sur un sprint massif ", se souvient Van Avermaet. " Mais elle s'est déroulée autrement et elle a été très dure. "Il espère un scénario identique dimanche. " Le parcours n'est pas vraiment taillé à ma mesure mais j'aime l'ambiance des championnats et je suis prêt. Au Tour de Belgique, ma deuxième place a prouvé que j'étais en forme et j'ai pu effectuer quelques tests en Suisse aussi. "Entre-temps, depuis sa victoire d'étape à la Vuelta 2008, Van Avermaet ne s'est plus adjugé de course significative. " J'essaie de ne pas trop y penser. Les années précédentes, je me fixais sur cette fameuse victoire. Maintenant, j'essaie simplement de bien rouler. La victoire suivra tôt ou tard. Mon printemps a été bon, de Sanremo à la Doyenne. Le titre de champion de Belgique serait la cerise sur le gâteau. " Van Avermaet fait l'impasse sur le Tour. " Nous avons pris cette décision en décembre. Un titre de champion ne nous ferait pas changer d'avis. BMC mise tout sur Cadel Evans au Tour de France et moi, je veux être en forme au Tour d'Espagne et au Mondial. Ma cinquième place à Geelong a démontré que j'étais capable de signer une performance. J'espère bénéficier d'un rôle protégé. " BENEDICT VANCLOOSTER