Il se croyait le " Créateur ", il n'est en fait qu'un humain. Un ingénieur en chef. Un " dikke " chef. Craint, respecté, détesté (il adore ça). Il a construit de très belles choses et un très beau palmarès. Mais Big chef, il ne l'est pas encore. D'Empereur le voilà devenu Roi. Roi de la Bricole. Louis la bricole. Qui fait du " brol " avec de l'or. Son Brico du coin, ce sont les salons 10 étoiles des palaces de principautés ou autres capitales du must.
...

Il se croyait le " Créateur ", il n'est en fait qu'un humain. Un ingénieur en chef. Un " dikke " chef. Craint, respecté, détesté (il adore ça). Il a construit de très belles choses et un très beau palmarès. Mais Big chef, il ne l'est pas encore. D'Empereur le voilà devenu Roi. Roi de la Bricole. Louis la bricole. Qui fait du " brol " avec de l'or. Son Brico du coin, ce sont les salons 10 étoiles des palaces de principautés ou autres capitales du must. LouisVanGaal fait du bricolage. Sans jamais enfiler sa salopette. Il invente un édifice sans fondation. Il construit une machine de guerre sur des roues de vélo. Voilées les roues. Crevées les chambres à air. Cet été, Manchester United s'est comporté comme un holding financier international. Il a, certes, acheté du beau et du très bon. Mais la rentabilité attendue n'était pas (que) sportive. Ces multinationales que sont devenus les clubs du top mondial font du marketing. Man United a acheté ce qui fait rêver les enfants. Petits et grands. Des artistes, des buteurs, des stars. Qui font vendre. Des maillots par exemple. Falcao, DiMaria vont rapporter. Sûr. D'autant plus qu'ils répondent à la stratégie d'expansion du club. United n'avait aucun joueur sud-américain " vendeur ". C'est fait. Avec, aussi, pour les soldes, Herrera et Rojo. Par contre ce qui est à faire, c'est se construire très vite des fondations. Acheter ce qui ne fait pas forcément rêver. Des grands défenseurs. De ceux qui vous font gagner des titres. Pour l'instant, Man United bricole. Et Van Gaal fait pire que DavidMoyes. Trop comique. Même nombre de points mais moins de buts marqués, de tirs, de centres, de passes. En résumé : moins de jeu. Van Gaal a reçu pour 200 millions d'€ de joueurs. Il a rembourré ses épaulettes mais sa stature en a pris un coup. S'il a choisi les joueurs, grave de ne pas voir que c'était surtout derrière qu'il fallait investir. S'il ne les a pas choisis, grave qu'un mec pareil l'accepte. Même depuis le Brésil, y avait moyen de mettre son grain. En plus Van Gaal, les noms il s'en tape. Avec lui, un jeune inconnu en forme aura toujours la priorité sur un " nom " moins en forme. C'est comme cela qu'il a bricolé depuis le début de la saison. Parfois trois tactiques différentes durant le même match. Bonjour la cohésion. 32 joueurs utilisés dont 8 ont découvert la Premier League. Bonjour la transition. Le tout résumé contre Southampton. Falcao pas repris. Rooney, VanPersie, Di Maria et Mata sur le terrain, résultat ? 0 tir cadré en 95 minutes. Niks. Nada Et des longs ballons vers les fantômes de Robin et Angel. Le réel, le concret était dans le camp d'en face. Celui d'un autre Batave qui bave de bonheur. Ronald a aussi dû bricoler mais lui sait y faire. Cet été, les " Saints " ont perdu leurs plus belles pièces mais son commerce tourne toujours à plein régime. Ronald Koeman épate. Lui, c'est l'inverse. Les caisses du club se sont remplies de 100 millions d'€ mais le vestiaire s'est vidé de ses quatre meilleurs joueurs. De plus, il a dû succéder à Pochettino. Un coach qui faisait l'unanimité. L'Argentin n'est déjà plus qu'un souvenir alors que le Néerlandais est déjà l'avenir. 0-1 à Old Trafford. Rien à dire. Mince dans les chiffres, épais comme un manuel de football dans les faits. Leçon de l'élève. Doutes pour le Maître. L'élève qui fait dans le rationnel et tellement logique. Il connaît très bien la Eredivisie, il y puise donc le meilleur buteur et le meilleur créateur d'occasions. Pellè et Tadic font la différence. Il récupère le paria Elia. Bingo, un doublé pour trois points de plus à Newcastle. Southampton est un club normal aux ambitions sportives et commerciales limitées au Royaume-Uni. Et les voilà devant la multinationale mancunienne. Van Gaal avait demandé trois mois pour donner un genre à son équipe. Il donne maintenant rendez-vous la saison prochaine pour sa version des " Gaalacticos ". Plus que 210 fois dormir. Pour l'instant, Manchester United bricole. Et Louis van Gaal fait pire que David Moyes.