La machine brugeoise tourne à un régime dont le ronronnement plaît certainement à son coach, Michel Preud'homme. A ce rythme-là, il sera difficile d'entraver la marche en avant d'une formation qui, plus que d'autres, allie force, travail, talent, expérience et jeunesse. MPH connaît tous ces ingrédients qui firent aussi son succès durant sa longue et riche carrière de gardien de but (1977-1999). Vedette à 18 ans, il a tout de suite joué avec des grands formats, disputé la finale de la CE2 avec des cracks uniques en leur genre : Eric...

La machine brugeoise tourne à un régime dont le ronronnement plaît certainement à son coach, Michel Preud'homme. A ce rythme-là, il sera difficile d'entraver la marche en avant d'une formation qui, plus que d'autres, allie force, travail, talent, expérience et jeunesse. MPH connaît tous ces ingrédients qui firent aussi son succès durant sa longue et riche carrière de gardien de but (1977-1999). Vedette à 18 ans, il a tout de suite joué avec des grands formats, disputé la finale de la CE2 avec des cracks uniques en leur genre : Eric Gerets, Simon Tahamata, Arie Haan, GuyVandersmisssen, Walter Meeuws, etc... Preud'homme était le guide de la jeunesse rouche impressionnée par les monstres sacrés et leur coach, Raymond Goethals. Je me souviens avoir réuni ces gamins et leur idole, Preud'homme, en 1984, dans un café de la rue du Chêne à Seraing. Déchaînés, ils ne se gênèrent pas pour critiquer vertement Goethals, qui misait sur ses officiers, et ne pratiquait pas le turn-over tellement à la mode de nos jours. Les jeunes râlaient et Columbo Goethals, qui avait lu le reportage, me tança après un match (" Toi, tun'entrespasdanslevestiaire, occupe-toidesjeunes ") : ambiance mais MPH et ses disciples teenagers ne démentirent pas leurs propos. Deux ans plus tard, en 1986, c'est suite à un article paru dans notre magazine que Preud'homme entra en contact avec Malines. Michel le rappela dans un livre de Michel Dubois et Dominique Paquet. Merci, mais je n'y étais pour rien. Je suppose qu'Aad De Mos avait été frappé par des propos pleins de résilience, ce phénomène psychologique qui permet à un homme de tourner la page, de regarder vers l'avenir et de se reconstruire après avoir connu un traumatisme et une dépression. MPH avait mal vécu l'affaire Standard-Waterschei, la suspension, l'alternance avec Gilbert Bodart, etc. Toujours est-il que le Liégeois retrouva toutes ses sensations au Kavé, au point de devenir le meilleur gardien du monde. C'était une époque bénie où les vedettes recevaient la presse à la maison. C'est ainsi que MPH m'ouvrit les portes de sa demeure à Keerbergen. Et, sous le regard de mon fils Bruno, il passa de longs moments à choisir les plus belles dias de sa carrière. Par un concours de circonstances, ce reportage resta dans les cartons. Preud'homme ne me le reprocha jamais. Ce fut une rencontre agréable. Le temps des diapositives est bien loin déjà mais Preud'homme, lui, est resté à la page. A la fin de cette saison, si le Club Bruges confirme son brio actuel et décroche le titre, MPH ne saura plus où donner de la tête pour choisir les plus beaux clichés de ses merveilleux moments de véritable roi de la résilience... PAR PIERRE BILIC