Avec sa tête de moustique, ses roues proéminentes, ses portières en élytres et son phare cyclope à l'arrière, ce drôle d'engin intrigue. C'est sûr : le troisième larron de la famille électrique de Renault, le Twizy, ne ressemble à rien de connu ! Si la firme française en propose une version sans ouvrant, pour la Belgique, mieux vaut opter pour la variante avec portières (590 euros de supplément). Cela permet, en plus d'assurer le show avec leur ouverture à la Lamborghini, de se protéger un peu des...

Avec sa tête de moustique, ses roues proéminentes, ses portières en élytres et son phare cyclope à l'arrière, ce drôle d'engin intrigue. C'est sûr : le troisième larron de la famille électrique de Renault, le Twizy, ne ressemble à rien de connu ! Si la firme française en propose une version sans ouvrant, pour la Belgique, mieux vaut opter pour la variante avec portières (590 euros de supplément). Cela permet, en plus d'assurer le show avec leur ouverture à la Lamborghini, de se protéger un peu des remous d'air frais et de la pluie. Dès son arrivé en ville, le Twizy fait tourner les têtes. Même s'il reste à l'aise sur les plus grands axes et qu'il est même homologué pour rouler sur l'autoroute en Belgique (cela dit, sa vitesse maxi de 80 km/h rend la chose tout de même un peu dangereuse...), c'est évidemment dans les centres urbains que le Twizy se complaît. Grâce à ses accélérations toniques (0 à 45km/h en 6,6 s), son excellente maniabilité et ses dimensions réduites, le Twizy peut postuler sans crainte au titre de Reine des villes ! Seul regret tout de même : sa largeur trop imposante l'empêche de remonter les files, comme le scooter. Par contre, son habitacle protégé et sa ceinture de sécurité permettent de se passer de casque tout en conservant un niveau de sécurité (airbag et zones de déformation) bien meilleur que celui d'un deux-roues. On regrettera tout de même l'absence d'ABS vu la tendance des roues avant à se bloquer au freinage, surtout sur les routes humides. En conduite dynamique, l'autonomie des batteries chute autour des 50 km. Mais en adoptant un tempo beaucoup plus paisible, il est possible d'atteindre au moins 80 voire 90 km en ville. Une simple prise de courant classique permet ensuite, en 3 h 30, de recharger complètement ses batteries. Côté prix, en plus d'un montant de base déjà conséquent (plus de 7.500 euros), il faut ajouter environ 50 euros/mois pour la location des batteries. Ça commence à faire beaucoup pour un engin dont la polyvalence n'est pas la qualité principale... Par contre, à l'usage, le Twizy ne coûte presque plus rien. Environ 1 euro par " plein ". Renault propose une version limitée à 45 km/h de son Twizy. Celle-ci est accessible aux conducteurs sans permis, dès 16 ans. Affichée à partir de 6.990 euros, cette variante ne peut toutefois bénéficier d'aucune prime en Belgique. La version classique, nécessitant le permis voiture, peut quant à elle bénéficier d'une intéressante déduction fiscale de 15 %.PAR JEAN-FRANCOIS CHRISTIAENS