Mouscron invincible en championnat et révélation des premiers mois de 2019, c'était hier. En play-offs 2, les Hennuyers n'en touchent plus une. Ils ont pris un point le week-end dernier sur le terrain de Zulte Waregem. Leur premier point en quatre matches. Étonnant, cette baisse subite de niveau ? Panne de motivation ?
...

Mouscron invincible en championnat et révélation des premiers mois de 2019, c'était hier. En play-offs 2, les Hennuyers n'en touchent plus une. Ils ont pris un point le week-end dernier sur le terrain de Zulte Waregem. Leur premier point en quatre matches. Étonnant, cette baisse subite de niveau ? Panne de motivation ? En fait, il suffit d'analyser les compos de l'équipe depuis le début des PO2 pour mieux comprendre. L'Excel actuel n'a plus grand-chose à voir avec le team qui a tout écrasé sur son passage pendant la deuxième partie de la phase régulière du championnat. On vous cite quelques noms de joueurs vus plus ou moins régulièrement sur la pelouse, ces dernières semaines : Nemanja Antonov, MikoKuzmanovic, Alexandre Ippolito, Matheo Vroman, Babacar Dione, Bilal Chibani. Tous des noms qui ne vous disent probablement rien. Normal, car ils n'ont pratiquement pas joué pendant la phase classique. Leur présence sur la pelouse lors des derniers matches s'explique sans doute par le souhait du club de voir ce qu'ils ont dans le ventre, mais aussi et surtout parce que l'équipe est décapitée au niveau offensif. Le parcours inattendu lors des trois premiers mois de 2019 s'expliquait essentiellement par le haut niveau du gardien Jean Butez, et par les performances de Selim Amallah, Manuel Benson, Mbaye Leye et Taiwo Awoniyi. Quatre joueurs qui sont à l'infirmerie depuis le début des PO. Pour la première fois depuis cinq ans, Mouscron a reçu la licence européenne. On sait maintenant qu'elle ne servira à rien. Ce qui est rassurant, c'est que le club dispose déjà de sa licence pour la prochaine saison. C'est passé comme une lettre à la poste, et ce n'est pas toujours le cas là-bas. La commission des licences a juste infligé à l'Excel une amende de 2.500 euros pour ne pas avoir notifié dans les temps une transformation de SCRL en SA. Toutefois, il reste des chantiers au Canonnier. Le compte courant du club est toujours géré par des administrateurs provisoires. Il y a toujours une enquête en cours pour suspicions de faux, usages de faux et blanchiment - la Pro League s'est constituée partie civile dans ce dossier. Et puis il y a toujours l'affaire du match Eupen - Mouscron, en fin de saison dernière, en cours d'analyse par la justice. Dans le Hainaut, on rassure en disant que tout est de la faute de Malines, qui a déposé plainte contre l'Excel. Et on s'étonne que les Malinois, empêtrés jusqu'au cou dans le footgate, aient eux aussi reçu leur licence pour la saison prochaine. Parmi les chantiers en cours, il y a aussi l'avenir du directeur Paul Allaerts et du directeur sportif Jürgen Röber. Ils arrivent tous deux en fin de contrat. Et puis l'avenir de Bernd Storck, lui aussi en fin de bail. Le club et le coach expliquent que le dossier de prolongation est au frigo. Il est probable en tout cas que les cas Röber et Storck soient liés.