Nous voici déjà pratiquement au quart de la phase classique et les deux promus, Westerlo (champion) et Mouscron Péruwelz (vainqueur du tour final), sont toujours très bien classés. Les Hennuyers, surtout, font forte impression. Le RMP, que tous les médias condamnaient d'avance à un aller-retour, causera-t-il la surprise en se qualifiant pour les play-offs 1 ?
...

Nous voici déjà pratiquement au quart de la phase classique et les deux promus, Westerlo (champion) et Mouscron Péruwelz (vainqueur du tour final), sont toujours très bien classés. Les Hennuyers, surtout, font forte impression. Le RMP, que tous les médias condamnaient d'avance à un aller-retour, causera-t-il la surprise en se qualifiant pour les play-offs 1 ? Nordin Jbari, consultant pour la RTBF, ne le pense pas. " Pas du tout. Jouer les PO, ça veut dire terminer devant Anderlecht, Bruges, le Standard, Genk, Lokeren, La Gantoise ou Zulte Waregem. Ce n'est pas évident et Courtrai s'en est aperçu au cours des dernières saisons. Bravo à Mouscron pour son début de championnat et le football qu'il produit, mais pourra-t-il tenir à ce rythme toute la saison ? Je pense que les grands clubs sont mieux armés pour cela. " Jbari met en évidence l'importance de la rapidité des attaquants hurlus. " C'est un football basé sur l'école française. Une bonne technique, une bonne circulation du ballon et de la vitesse. On sent les joueurs heureux d'évoluer en D1, ils sont jeunes et enthousiastes, mais le plus important, c'est qu'ils disposent d'attaquants rapides. Dans ce championnat, c'est quelque chose qui fait mal car les défenseurs belges sont lents et pas très intelligents en matière de placement. Mouscron surprend et montre de belles choses, mais je répète que je ne vois pas cette équipe aux play-offs. " Andy De Smet, qui suit le championnat de Belgique pour le compte d'Everton, n'exclut pas cette possibilité. " Parce que l'équipe est bien organisée ", dit-il. " Je remarque que les joueurs sont rarement hors position. Le jeu est sobre et très collectif. L'équipe a conservé le même axe central que la saison dernière et c'est intéressant. Kevin Vandendriessche est mal perçu parce qu'il semble un peu raide et lent mais c'est un pion très important sur l'échiquier et il peut jouer à n'importe quelle place dans l'axe. Julian Michel est un jeune talent doté d'un très bon pied gauche. Il a reculé d'un cran, évolue comme médian défensif et est très régulier. Derrière, Benjamin Delacourt joue un rôle important. Il n'est pas très mobile ni rapide non plus mais il se place bien. Pareil pour Pieterjan Monteyne. Les défenseurs ne sont pas très rapides et cela peut poser problème mais l'organisation est bonne et pas facile à déstabiliser. Delacourt et Vandendriessche dirigent beaucoup, c'est crucial. En Belgique, on dit qu'il n'est pas facile de gérer un vestiaire de Français mais ici, le coach est français lui-même, ça peut aider. " " Si Mouscron continue comme ça, il est candidat au Top 6 ", conclut De Smet. " Je pense qu'il connaîtra un passage à vide mais il est difficile d'en évaluer la portée. Jusqu'ici, ce sont presque toujours les onze mêmes qui ont joué. Le noyau semble un peu limité et il se compose de nombreux jeunes. Je serais surpris qu'Abdoulay Diabi, qui débarque de l'équipe B de Sedan, reste en tête du classement des buteurs pendant toute la saison. La place de Mouscron au classement final dépendra aussi de la force des autres clubs. Le fait que plusieurs candidats aux play-offs connaissent des problèmes de régularité offre des perspectives à des équipes surprenantes comme Mouscron. " Lorenzo Staelens a été entraîneur à Mouscron, où il s'est incliné 4-0 avec le Cercle de Bruges lors de la 6e journée. " Ce club est en pleine euphorie, ses joueurs sont libérés et se donnent à 100 % mais ils ont aussi du talent ", dit-il. " Leur rapidité et leur capacité à conserver le ballon dans le camp adverse constituent des armes intéressantes. Cela leur permet de dominer, de mettre la pression, de se créer des occasions et de les transformer. Quand c'est comme ça, une erreur derrière est moins grave. Outre la qualité des attaquants, je pointe aussi la présence de Vandendriessche dans l'entrejeu. C'est un joueur qui sait s'infiltrer et qui effectue son boulot défensif. A mes yeux, Mouscron n'a jamais été candidat à la relégation. Lors du tour final 2013, il était venu gagner chez nous et on voyait déjà clairement que cette équipe avait du potentiel. Peut-être faisait-on simplement un peu trop tourner les joueurs à l'époque. Les Français sont généralement bien formés. Ceux qui ne l'ont pas été à Lille ont tout de même été recrutés par ce club. L'importance d'un coach français n'est pas à dédaigner non plus. Le déclic se produit plus facilement. Maintenant, il faudra voir quelle est la force du banc et comment ils réagiront après deux défaites consécutives, mais les équipes offensives comme Mouscron et Ostende ont toujours une chance de l'emporter et peuvent atteindre les play-offs I. " Pour Vincent Provoost, le RMP a toutes les chances de jouer les play-offs 1. Le médian de Roulers a passé trois ans au Canonnier et a été vice-capitaine de l'équipe. Il en connaît donc la cuisine interne. " Si Mouscron est toujours placé en ordre utile à la fin de l'année, Lille injectera encore du talent ", dit-il. " Et ne vous méprenez-pas : il y a aussi de bons joueurs sur le banc. " Le succès du RMP ne le surprend pas. " Des jeunes comme Diaby et Badri ont mûri. En D2, c'était la guerre. En D1, il y a davantage d'espaces et cela leur convient mieux. Derrière, Delacourt est un roc, et dans l'entrejeu, Vandendriessche est le coeur de l'équipe. Sur les flancs, Monteyne a apporté son expérience et Langil, sa vitesse. L'équipe est bien balancée et dispose de joueurs qui lui permettent de se reconvertir rapidement. C'est une arme importante. De plus, Rachid Chihab est un coach moderne qui pense au football 24 heures sur 24. Il est réaliste et sait comment approcher le groupe, comment composer son équipe. Quand ça va moins bien, il ne panique pas et il continue à motiver ses joueurs. Il ne pourra peut-être pas appliquer son pressing toute la saison mais pour le reste, tout est présent. Les installations du centre d'entraînement de Lille, c'est le top européen. Je ne serais donc pas surpris que Mouscron atteigne les play-offs. "PAR CHRISTIAN VANDENABEELE" Les Français qui n'ont pas été formés à Lille ont quand même été recrutés par le LOSC, ça veut tout dire. " Lorenzo Staelens