Bruges, Genk et Mouscron ont bien étudié avant de passer leur examen européen respectif: quel cote leur accordez-vous?

Georges Heylens: C'est l'excellence pour Bruges qui a tout dans son jeu, et cela ne m'étonne pas. Tout est bien réfléchi dans ce club où on ne fait pas n'importe quoi. La preuve par le transfert d'Alin Stoica qui a probablement suscité une longue réflexion des décideurs. Rien n'est précipité. A Sclessin, cette équipe a fait preuve de maturité et de patience. Tout le monde connaît son travail. Je ne dis pas que c'est le top européen mais, selon les critères belges, c'est bien en place. On dit parfois que Genk est plus fou et moins organisé que l'équipe de Trond Sollied. C'est vrai, la jeunesse limbourgeoise peut être parfois moins concentrée que Bruges, mais ses envolées sont magnifiques. Et moins improvisées qu'on le croit car Josip Skoko règle bien le jeu en faveur des ...

Georges Heylens: C'est l'excellence pour Bruges qui a tout dans son jeu, et cela ne m'étonne pas. Tout est bien réfléchi dans ce club où on ne fait pas n'importe quoi. La preuve par le transfert d'Alin Stoica qui a probablement suscité une longue réflexion des décideurs. Rien n'est précipité. A Sclessin, cette équipe a fait preuve de maturité et de patience. Tout le monde connaît son travail. Je ne dis pas que c'est le top européen mais, selon les critères belges, c'est bien en place. On dit parfois que Genk est plus fou et moins organisé que l'équipe de Trond Sollied. C'est vrai, la jeunesse limbourgeoise peut être parfois moins concentrée que Bruges, mais ses envolées sont magnifiques. Et moins improvisées qu'on le croit car Josip Skoko règle bien le jeu en faveur des attaquants. Genk a démarré plus difficilement la saison et cela peut s'expliquer par la gestion de l'obligation d'être à la hauteur du titre. Les Hurlus carburent bien et récoltent les fruits des décisions courageuses prises en été. Mouscron a bien nettoyé son écurie, fait confiance à ses jeunes, a un groupe serein car le club est costaud. Les jeunes sont bien éduqués. Mbo est en forme internationale. S'il continue, Bakadal va changer de prénom et se prénommer Emile. Tout cela pendant qu'un bon joueur comme Marcin Zewlakow est sur le banc: Mouscron a du talent. Genk et Mouscron ont réussi leur début de saison avec grande distinction. Comment expliquer la buse d'Anderlecht à l'Antwerp?Les Mauves ont perdu cinq points en deux matches. C'est beaucoup car les adversaires foncent en tête du classement. Il fallait surveiller Patrick Goots mais les Mauves avaient la flemme. Goots m'a récemment critiqué dans un journal car il n'a pas oublié mes reproches quand je l'entraînais au Beerschot. II se vantait d'écluser un bac de bières après chaque entraînement. Je lui ai dit qu'il finirait alcoolique et dans certains de ses anciens clubs, on l'appelle encore Zatte Pat, Pat-le-saoulard. Il flambe à 36 ans mais n'a jamais joué dans un grand club et, vu son potentiel , on peut dire qu'il a raté sa carrière... Une petite équipe continue son bonhomme de chemin sans faire le moindre bruit: quel est le secret de Saint-Trond? Le calme. Rien n'est obligatoire dans ce coin de Hesbaye. Les dirigeants demandent à leurs joueurs de mouiller leur maillot. Rien de plus, rien de moins, et quand on bosse, on est toujours récompensé. Mais il faut bien se dire que Danny Boffin joue un grand rôle dans son équipe. Mobylette ne sera pas facile à remplacer quand il demandera sa pension. Le Standard et Charleroi sortiront-ils rapidement de l'ornière?A Charleroi, c'est l'alerte rouge. Le groupe a laissé filer le match à Mouscron avec une défense en gruyère. Il y avait plus de trous que de fromage. Pas de volonté, pas de maturité et surtout pas de patron afin de réagir. Charleroi n' a jamais eu d'impact sur les événements. Les Carolos devront être plus présents dans les semaines à venir sous peine de ne vivre que des déceptions cette saison. J'ai un peu peur pour eux. Le Standard est évidemment très malade. Sa place est indigne de la légende du club mais il faut se dire aussi que cela peut arriver. Bruges a déjà connu cela, Anderlecht aussi tout comme Mouscron récemment. La dernière chose à faire serait de tout jeter par la fenêtre. Le Standard doit se faire oublier, faire une croix sur son prestige, accepter sa situation et les joueurs doivent se battre comme des naufragés. Ce club doit faire le gros dos, avoir la rage et travailler, encore travailler, toujours travailler. C'est parfois dans l'adversité qu'on retrouve ses vraies valeurs, son football, sa joie de jouer. Robert Waseige mesure cela mieux que personne et il a simplement besoin d'un peu de temps car il a désormais un noyau régénéré. L'ambulance est à Sclessin mais pas le corbillard et j'ai l'impression que le Standard va rebondir. Pierre Bilic