" Le 31 décembre dernier, les Pays-Bas ont perdu une de leurs plus grandes légendes, emportée par une hémorragie cérébrale à 73 ans : Coen Moulijn. Il avait été hospitalisé sous un nom d'emprunt pour que ses nombreux admirateurs ne viennent pas aux nouvelles. Moulijn fit ses classes à Xerxes, où on le vit en équipe première à 17 ans. L'année suivante, le plus bel extérieur gauche du foot hollandais se retrouva à Feyenoord où il passa le reste de sa carrière. Moulijn a tellement marqué l'histoire de ce club qu'il a sa statue devant le Kuip de Rotte...

" Le 31 décembre dernier, les Pays-Bas ont perdu une de leurs plus grandes légendes, emportée par une hémorragie cérébrale à 73 ans : Coen Moulijn. Il avait été hospitalisé sous un nom d'emprunt pour que ses nombreux admirateurs ne viennent pas aux nouvelles. Moulijn fit ses classes à Xerxes, où on le vit en équipe première à 17 ans. L'année suivante, le plus bel extérieur gauche du foot hollandais se retrouva à Feyenoord où il passa le reste de sa carrière. Moulijn a tellement marqué l'histoire de ce club qu'il a sa statue devant le Kuip de Rotterdam. J'ai joué trois fois contre lui avec les Diables Rouges. Il était diabolique, riait tout le temps, provoquait gentiment son opposant direct (" Kom, kom, viens, viens) et sortait sa double feinte du pied gauche (intérieur, extérieur, intérieur, extérieur). Moulijn l'a utilisée des milliards de fois. Ses opposants s'y attendaient, les spectateurs se régalaient à l'avance et... Bonsoir Clara ! quand il vous débordait. Il n'y avait qu'un moyen de l'arrêter. Notre extérieur droit devait s'y frotter le premier tandis que j'étais à l'affût pour agir au sortir de sa double feinte... Moulijn a tout gagné avec son club, des titres nationaux, des Coupes de Hollande et la CE1 en 1970 contre le Celtic Glasgow à Milan (2-1). Ce succès face aux Ecossais était une première pour la Hollande. Si son jeu était synonyme de joie, d'optimisme, Moulijn a encore été plus génial dans sa vie de tous les jours en se battant contre la mort. Ce champion y a peut-être atteint sa vraie dimension. Un an avant de prendre sa retraite sportive en 1972 (il se recycla dans le prêt-à-porter), Moulijn fut victime d'un grave accident de la circulation quand sa voiture fut percutée par un train à un passage à niveau non gardé. Moulijn a eu deux enfants. L'un est mort à la naissance, et l'autre, Raymond, était gravement handicapé. Je ne l'ignorais pas mais je ne savais pas, comme l'hebdomadaire hollandais Voetbal International l'a révélé, que Coen a donné un de ses reins à son fils en 2001. Raymond est parti à 47 ans en 2010, six mois avant son père. Moulijn n'a été que 38 fois international. C'est peu vu son talent mais à son époque, le football néerlandais n'était pas aussi offensif que de nos jours. Les extérieurs devaient décrocher pour défendre et ce n'était pas la spécialité de cet artiste qui m'a toujours fait penser à Gento et Wilfried Puis. Moulijn aurait pu jouer et gagner des fortunes dans les plus grands clubs étrangers mais Feyenoord n'a jamais voulu le céder. Et pour cause, en Hollande il était plus populaire que Johan Cruijff... " NÉ EN 1941, HEYLENS FUT UN EXCELLENT BACK DROIT (67X DIABLE ROUGE, ÉQUIPE D'EUROPE 65, MONDIAL 70 AU MEXIQUE, 7 TITRES ET 3 COUPES DE BELGIQUE AVEC ANDERLECHT). COACHA UNE DOUZAINE DE CLUBS (PASSA 5 ANS AU LOSC ET FUT COACH BELGE 1984 À SERAING)PIERRE BILIC