La fin de saison, pour certains, c'est aussi la fin de carrière. A la télévision, on a ainsi longuement évoqué celle de Gilles De Bilde. L'ex-Anderlechtois était ainsi l'invité du Sportweekend de la VRT, où il s'est soumis aux questions jamais tendres de FrankRaes.

" Ma fin de carrière, c'est surtout dans la tête qu'elle se joue ", admet-il. " J'ai 33 ans, je suis moins fort qu'avant, je joue donc dans de moins bonnes équipes et je n'arrive plus à me motiver comme je devais l'être. Cette saison, je l'ai peut-être été cinq fois : c'est insuffisant pour un professionnel. Le fait que j'ai surtout livré de bons matches contre Anderlecht et Mouscron, avec HugoBroos et GeorgesLeekens comme entraîneurs, n'est sans doute pas tout à fait dû au hasard. Ils ne font pas partie des coaches dont je garderai le meilleur souvenir, c'est sûr. Pour moi, les meilleurs furent DickAdvocaat et JohanBoskamp ".

Ce dernier intervint alors sous la forme d'un reportage enregistré. Avec son humour habituel :" -Hé Ket, alors, t'arrêtes ? Cinq ans trop tard, non ? Je te souhaite plein de bonnes choses pour l'avenir, même si je trouve que tu n'as pas retiré le maximum de ta carrière... ".

Cette phrase, Luc Nilis et Marc Degryse l'ont eue également en parlant de De Bilde. " Il était plus fort que nous ", ajoutèrent-ils.

" C'est gentil, mais c'est faux ", rétorqua De Bilde. " Pour ma part, je suis content de ce que j'ai atteint avec les moyens qui étaient les miens. Je garde surtout un excellent souvenir de ma période au PSV ".

Sacré Soulier d'Or six mois après ses débuts en D1, De Bilde est-il devenu une star trop vite ? " Il n'est jamais trop tôt mais ce n'est pas à moi de juger si on devait ou non me donner ce Soulier à ce moment-là. ".

Et puis, cette carrière qui s'achève à présent (De Bilde va s'installer à Marbella et espère tout de même encore jouer en D2 ou D3 espagnole) restera à tout jamais marquée par l'affaire KrisPorte. " J'en supporte encore les conséquences tous les jours et je sais que cela va durer toute la vie ", souligne-t-il. " Aujourd'hui encore, je regrette mon geste. Cette affaire m'a fait perdre une bonne dose de spontanéité, surtout vis-à-vis de la presse, car certains journalistes sont allés trop loin ". (P. Sintzen)

P.Sintzen

La fin de saison, pour certains, c'est aussi la fin de carrière. A la télévision, on a ainsi longuement évoqué celle de Gilles De Bilde. L'ex-Anderlechtois était ainsi l'invité du Sportweekend de la VRT, où il s'est soumis aux questions jamais tendres de FrankRaes. " Ma fin de carrière, c'est surtout dans la tête qu'elle se joue ", admet-il. " J'ai 33 ans, je suis moins fort qu'avant, je joue donc dans de moins bonnes équipes et je n'arrive plus à me motiver comme je devais l'être. Cette saison, je l'ai peut-être été cinq fois : c'est insuffisant pour un professionnel. Le fait que j'ai surtout livré de bons matches contre Anderlecht et Mouscron, avec HugoBroos et GeorgesLeekens comme entraîneurs, n'est sans doute pas tout à fait dû au hasard. Ils ne font pas partie des coaches dont je garderai le meilleur souvenir, c'est sûr. Pour moi, les meilleurs furent DickAdvocaat et JohanBoskamp ". Ce dernier intervint alors sous la forme d'un reportage enregistré. Avec son humour habituel :" -Hé Ket, alors, t'arrêtes ? Cinq ans trop tard, non ? Je te souhaite plein de bonnes choses pour l'avenir, même si je trouve que tu n'as pas retiré le maximum de ta carrière... ". Cette phrase, Luc Nilis et Marc Degryse l'ont eue également en parlant de De Bilde. " Il était plus fort que nous ", ajoutèrent-ils. " C'est gentil, mais c'est faux ", rétorqua De Bilde. " Pour ma part, je suis content de ce que j'ai atteint avec les moyens qui étaient les miens. Je garde surtout un excellent souvenir de ma période au PSV ". Sacré Soulier d'Or six mois après ses débuts en D1, De Bilde est-il devenu une star trop vite ? " Il n'est jamais trop tôt mais ce n'est pas à moi de juger si on devait ou non me donner ce Soulier à ce moment-là. ". Et puis, cette carrière qui s'achève à présent (De Bilde va s'installer à Marbella et espère tout de même encore jouer en D2 ou D3 espagnole) restera à tout jamais marquée par l'affaire KrisPorte. " J'en supporte encore les conséquences tous les jours et je sais que cela va durer toute la vie ", souligne-t-il. " Aujourd'hui encore, je regrette mon geste. Cette affaire m'a fait perdre une bonne dose de spontanéité, surtout vis-à-vis de la presse, car certains journalistes sont allés trop loin ". (P. Sintzen)P.Sintzen