Anne -Marie Adam, vous connaissez? Depuis le décès de Johanna Turcksin, mieux connue sous son pseudonyme de Woinke Turck, cette Jettoise, âgée de 110 ans, peut se prévaloir d'être la doyenne des Belges. D'après un recensement, notre pays comptait, au 1er janvier 2002, quelque 980 centenaires, contre 540 en 1990. Selon l'Institut National des Statistiques, ces chiffres devraient passer successivement à 1.500 en 2010 et atteindre ni plus ni moins le total de 5000 au beau milieu du 21e siècle. C'est dire s'il fait bon vivre dans notre chère patrie. Pour les êtres humains, du moins. Car ce constat réjouissant ne peut malheureusement pas être étendu à nos clubs de football. Pour eux, en effet, il devient de plus en plus difficile d'atteindre le cap des 100...

Anne -Marie Adam, vous connaissez? Depuis le décès de Johanna Turcksin, mieux connue sous son pseudonyme de Woinke Turck, cette Jettoise, âgée de 110 ans, peut se prévaloir d'être la doyenne des Belges. D'après un recensement, notre pays comptait, au 1er janvier 2002, quelque 980 centenaires, contre 540 en 1990. Selon l'Institut National des Statistiques, ces chiffres devraient passer successivement à 1.500 en 2010 et atteindre ni plus ni moins le total de 5000 au beau milieu du 21e siècle. C'est dire s'il fait bon vivre dans notre chère patrie. Pour les êtres humains, du moins. Car ce constat réjouissant ne peut malheureusement pas être étendu à nos clubs de football. Pour eux, en effet, il devient de plus en plus difficile d'atteindre le cap des 100 ans. Si l'Antwerp fêtera son 123e anniversaire en 2003, toujours vaillant parmi notre élite footballistique, son compagnon de route de la Métropole, le Beerschot, fondé en 1899, a eu besoin de l'appui du Germinal Ekeren, en 1999, pour franchir sans encombres son siècle d'existence. En raison de la santé peu florissante du club du Kiel, Lokeren (lui-même émanation de Racing et du Standaard locaux, en 1970, auxquels s'est ajouté Sint-Niklaas Waasland en 2000), par l'entremise de son président et homme fort, Roger Lambrecht, devrait lui injecter un bon flux de sang neuf, cette année encore, pour peu qu'il rachète les parts de l'Ajax Amsterdam. Un feuilleton qui dure depuis des mois mais dont on ne connaît toujours pas l'épilogue. Matricule deux du football belge derrière le Great Old anversois, le Daring Club de Bruxelles, porté sur les fonts baptismaux en 1895, avait dû recevoir un baxter du Racing White en 1973 pour survivre sous la dénomination de RWDM. On le pensait passé de vie à trépas, l'été passé, mais comme le Phénix, il n'est pas interdit de penser, ou de rêver, qu'il renaisse finalement de ses cendres au cours des mois à venir. Soit sous l'appellation de Daring Brussels FC mais avec le numéro de rang du FC Strombeek, soit sous celle de RWDM tout simplement puisqu'un groupe d'irréductibles du club molenbeekois a acquis récemment le nom et le matricule 47 du club qu'il espère greffer sur celui d'une autre entité. Comme celui du FC Tirlemont, pensionnaire de D2 par exemple. Troisième club classé dans la hiérarchie de notre football, le Club Brugeois, fondé en 1898, est aussi le plus fringant, actuellement, comme en atteste sa position enviable au sommet de notre élite. Le FC Liège, numéro 4 et pensionnaire de D2 aujourd'hui, a quitté Rocourt à destination du Pairay, (où évoluait feu le FC Seraing, matricule 17) après une symbiose avec un autre monument du football liégeois: Tilleur (matricule 21). Dans la principauté, seul le Standard (matricule 16) fait mieux, lui qui s'est toujours retrouvé au plus haut échelon du football belge. En matière d'ancienneté, toutefois, il y a plus vieux mais moins fringant que lui dans la province: c'est le cas de Verviers (matricule 8) et du SC Theux (14).Parmi les anciens, rentrés eux aussi dans le rang, on citera l'Union (matricule 10) et Courtrai (19) en D3, le Cercle de Bruges (12) en D2 ainsi que deux clubs de l'élite: le SC Charleroi (fondé en 1904, matricule 22) et le FC Malines (créé la même année avec le matricule 25). A un peu plus d'un an des célébrations de leur centenaire, ces deux-là, hélas, ne se portent pas vraiment bien. Les Carolos ferment effectivement la marche en D1 tandis que les Sang et Or sont maintenus en vie de manière artificielle pour le moment. Au train où vont les choses, ces derniers pourraient peut-être survivre en D3, étage où ils retrouveraient alors l'autre représentant de la cité archiépiscopale, le Racing (matricule 24), face auquel ils livrèrent tant de derbies passionnants dans le passé.Un derby, ce serait évidemment sympathique l'année où les deux clubs malinois fêtent leurs 100 ans. Mais il perdrait quand même de son charme en D3. Et à Charleroi, où Zèbres et Dogues célèbreront eux aussi leur centenaire en 2004, le même scénario serait tout aussi déplorable.Bruno Govers