Le volcan montpelliérain a mis cinq ans à sortir cette Ligue 2 dans lequel il s'était englué. Et il a fallu le retour du mage Rolland Courbis pour arriver à ses fins. Perturbé par sa condamnation, l'ancien entraîneur de Marseille et de Bordeaux avait annoncé la couleur : quelle que soit l'issue du championnat, il arrêterait les frais après le championnat. Et il a tenu parole ! Assurant la montée de Montpellier et usé par une relation amour-haine avec l'emblématique président Louis Nicollin, il a transmis le relais à l'ancien entraîneur des Espoirs français, René Girard, un vieux briscard de la région qui dirigera cette équipe, aidée par l'inamovible conseiller du président, Michel Mézy, un autre régional de l'étape.
...

Le volcan montpelliérain a mis cinq ans à sortir cette Ligue 2 dans lequel il s'était englué. Et il a fallu le retour du mage Rolland Courbis pour arriver à ses fins. Perturbé par sa condamnation, l'ancien entraîneur de Marseille et de Bordeaux avait annoncé la couleur : quelle que soit l'issue du championnat, il arrêterait les frais après le championnat. Et il a tenu parole ! Assurant la montée de Montpellier et usé par une relation amour-haine avec l'emblématique président Louis Nicollin, il a transmis le relais à l'ancien entraîneur des Espoirs français, René Girard, un vieux briscard de la région qui dirigera cette équipe, aidée par l'inamovible conseiller du président, Michel Mézy, un autre régional de l'étape. Pourtant, de montée, il n'en fut quasiment jamais question. Certes, le président a toujours clamé haut et fort qu'il s'agissait de l'objectif à atteindre mais Montpellier a dû attendre la dernière journée pour apparaître sur le podium. " A un moment donné, j'étais persuadé qu'on ne monterait plus mais c'est à la fin du bal qu'on paie les musiciens ", explique aujourd'hui Louis Nicollin. Pour son retour au sein de l'élite, Montpellier ne compte pas changer grand-chose. Le stade de la Mosson a subi un sérieux lifting pour la Coupe du Monde de rugby 2007 et est donc fin prêt. Le centre de formation est un des meilleurs de France, comme en témoigne la victoire des Juniors à la Coupe Gambardella. Et l'effectif ne devrait pas subir de grandes modifications, les dirigeants s'employant à garder les piliers de la montée comme le gardien, Johann Carrasso, frère du gardien international de Toulouse, l'attaquant colombien Victor Hugo Montano, auteur de 15 buts et arrivé à maturité cinq ans après son arrivée en France (à Istres) ou Alberto Costa, le milieu relayeur argentin très fort sur coup franc (huit buts) et courtisé par Séville. Et pour ne pas redescendre tout de suite, Montpellier a haussé son budget de 16 à 25 millions d'euros. De quoi garder les jeunes dont le directeur délégué, Laurent Nicollin, le fils du président, dit qu'avec eux " on revient 23 ans en arrière quand la génération des Pascal Baills, Laurent Blanc et Pascal Lucchesi était apparue. " Pour les entourer, les Héraultais ont fait appel à de l'expérience, en annonçant déjà les transferts de Romain Pitau (Sochaux, 31 ans), Cyril Jeunechamp (Rennes, 33 ans) et Geoffrey Dernis (Saint-Etienne, 28 ans). SOCHAUX est arrivé à un accord avec Jérémy Bréchet, défenseur du PSV, qui avait déjà évolué dans le Doubs entre 2006 et 2008. JUNINHO, le capitaine de Lyon, qui avait annoncé son départ, a signé un contrat de deux ans avec le club qatari d'Al-Gharrafa. JEAN-ALAIN BOUMSONG a révélé dans Planète Lyon que l'approche de Claude Puel, l'entraîneur de Lyon, avait ses limites : " S'il avait maintenu son comportement du début de saison, je crois que l'OL aurait terminé la saison en jouant une place pour la Coupe Intertoto. C'était trop rigide, trop formaté. Il n'y avait pas la place pour le dialogue, l'improvisation, l'intuition. Heureusement qu'il a évolué. Je trouve cela très humble de sa part. " ANTHONY MOUNIER, jeune produit lyonnais de 21 ans, qui a percé cette saison, est tombé d'accord avec Nice pour un contrat de quatre ans. Le prix du transfert de l'attaquant avoisinerait les 3 millions d'euros. LAURENT KOSCIELNY, défenseur central de Tours (L2), courtisé par Sochaux et Lorient a choisi le club breton où il a paraphé un contrat de quatre ans. PAPE DIOUF, le président de Marseille, a été remercié par l'actionnaire majoritaire, Robert Louis-Dreyfus. Celui-ci lui avait reproché sa gestion (notamment le manque de trophées et l'inflation salariale) malgré un bilan réussi (qualification à trois reprises d'affilée en Ligue des Champions). Mais, ce qui pousse le président vers la sortie, ce sont davantage ses critiques répétées envers Vincent Labrune, président du conseil de surveillance, proche de l'actionnaire. C'est Jean-Claude Dassier, à la tête du service info de TF1 qui lui succédera. LILLE a été dans la tourmente. Alors que la lettre de démission avait été envoyée à l'entraîneur Rudi Garcia et que Paul Le Guen avait été annoncé, les dirigeants lillois ont changé d'avis, en rappelant et en prolongeant leur coach de la saison dernière . GILBERT GRESS, 67 ans, revient au club de ses premiers amours. Il a été nommé au poste d'entraîneur de Strasbourg (L2) qu'il avait déjà occupé de 1977 à 1981 et de 1991 à 1994. YVES BERTUCCI, qui fut l'entraîneur du Mans la saison dernière, devient l'adjoint d' Antoine Kombouaréau PSG. STÉPHANE VANDE VELDE