En D1
...

En D1DescenteLes clubs classés dernier (18e) et avant-dernier (17e) descendent en D2. Depuis cette année, aucun des deux ne peut plus se substituer à un club qui n'aurait pas obtenu la licence pro comme ce fut le cas la saison dernière encore lorsque Beveren sauva sa tête suite à la faillite du RWDM, qui n'était pas descendant sportif. Les clubs qui n'obtiennent pas la licence descendent également: en D2 s'ils ont été recalés pour raisons non-économiques (le cas ne s'est pas encore présenté mais il pourra surgir avec la licence UEFA en 2004-2005) et en D3 si des questions financières étaient la cause de leur échec, comme ce fut le cas pour Alost et Malines (et sans doute Lommel).Il y a donc deux descendants sportifs au moins auxquels viendraient s'ajouter les clubs qui se sauveraient sportivement mais qui n'obtiendraient pas la licence pro. Seuls Mons et Charleroi sont encore concernés par cette éventualité, étant pratiquement acquis que Malines et Lommel devraient être les deux descendants sportifs. Dans ce cas, le nombre de clubs en D1 serait réduit à 17 ou 16En D2Montée en D1Le champion et le vainqueur du tour final (en cas d'égalité de points et de victoires dans le tour final, c'est le club le mieux classé au général qui l'emporte). Si l'un d'eux ou les deux n'ont pas obtenu la licence pro, ils peuvent être remplacés dans la montée par le(s) club(s) classé(s) deuxième ou troisième au général en fin de championnat et ce, pour peu, bien sûr, qu'ils aient obtenu la licence qui permet de participer au championnat de D1. Si tel n'est pas le cas, il pourrait n'y avoir qu'un seul ou pas de montant en D1 et l'élite entamerait la saison 2003-2004 avec un nombre de club inférieur à 18, 17 ou 16. Descente en D3Les clubs classés dernier (18e) et avant-dernier (17e) font la culbute tandis que l'antépénultième (16e), barragiste, dispute le tour final de D3. Cette année, il n'y aura pas de descendants directs puisque Malines et Lommel descendent aux étages inférieurs (D3 pour le KVM,? pour Lommel). Le 18e et dernier classé serait donc barragiste. Il disputera alors le tour final avec les clubs de D3 pour le maintien ou la montée en D2. Les choses se compliqueront fortement si un troisième voire un quatrième club de l'élite (Mons et Charleroi sont les seuls à n'avoir pas encore obtenu le feu vert) n'obtient pas la licence pro et dégringole en D3. En théorie, cela sauve au moins le barragiste mais celui-ci est réglementairement tenu de disputer le tour final de D3. L'hypothèse n'étant pas formellement prévue par les règlements fédéraux, ce serait au comité exécutif de trancher. Le problème a déjà failli se poser la saison dernière après les naufrages d'Alost et du RWDM. Tant que le problème ne se pose pas concrètement, l'Union Belge ne tranche pas.Licence Si un club de D2 n'obtient pas la licence de foot rémunéré, il doit descendre en D3. Contrairement à la D1, il pourrait être remplacé par un descendant sportif qui aurait obtenu ladite licence. Une hypothèse toute théorique cette année-ci. Il pourrait donc y avoir des montants supplémentaires de D3 vers la D2 car l'antichambre de l'élite ne tient pas à réduire le nombre de clubs (18) en son sein. Comment ces éventuels montants seront-ils désignés? Sans doute par le tour final mais ce sera une nouvelle fois au comité exécutif de trancher. S'il décide que le classement est prépondérant, il faudra, dans ce cas de figure peu probable, disputer des barrages entre les deuxièmes ou troisièmes classés de chacune des deux séries de D3. En D3Montée en D2NB: suite au système des licences pro pour la D1 et rémunéré pour la D2, il pourrait y avoir un nombre de clubs en D3 supérieur à ce que prévoit le règlement (deux séries de 16). Là encore, le comité exécutif devrait prendre la décision qui s'impose.Les deux champions montent. L'un ou l'autre peut être remplacé par le mieux classé dans sa série, et ce jusqu'au cinquième, si l'un (ou les deux) n'a pas obtenu la licence de foot rémunéré. Monte également en D2 (ou s'y maintient), le vainqueur du tour final. Le tour final se disputent en trois journées: la première oppose en aller retour les six vainqueurs de périodes (ou les mieux classés s'il y a cumul). La deuxième oppose les trois vainqueurs et le barragiste de D2 en deux matches en aller retour. Les deux vainqueurs de cette deuxième journée s'opposent ensuite sur terrain neutre pour désigner le montant. Si celui-ci n'a pas obtenu la licence de foot rémunéré, il est remplacé dans sa promotion par le club le mieux classé dans ces playoffs et qui a obtenu le droit de jouer en D2. Descente en Promotion Les clubs classés 17 et 18es de chacune des séries. Deux de ceux-ci sont virtuels et déjà connus: le RWDM et Zuid-West dont la mise en faillite a engendré le forfait en D3. Les deux séries étant réduites cette saison à 15 clubs, il n'y aura donc que deux descendants directs, les derniers de chacune des séries. Les avant-derniers deviennent barragistes et disputeront le tour final des Promotions avec les 12 vainqueurs des périodes (ou mieux classés s'il y a cumul). Les deux lauréats montent ou restent en D3. Les 12 vainqueurs de tranches en Promotions s'affrontent lors de la première journée avec élimination directe. Lors de la deuxième journée, on forme deux poules (chacune avec trois vainqueurs de la première journée et un barragiste de D3). On dispute quatre matches et les vainqueurs s'affrontent en deux rencontres dont les deux lauréats montent ou restent en D3.En promotionMontée en D3 Les champions de chacune des séries (Turnhout en série C et Namur en D) ainsi que les deux lauréats du tour final. Descente en P1Les clubs classés 14, 15 et 16es de chacune des séries. Montée en PromotionLes champions provinciaux et les trois vice-champions des provinces les plus actives. En outre, deux montants supplémentaires viendront de la P1 brabançonne (en remplacement du RWDM) et de la P1 de Flandres Orientale (en remplacement de Zuid-West).A savoirSauf pour ce qui concerne la D1, il y aura des descendants en moins si un club a effectué la saison dernière (après le 31 mars) une cession de patrimoine punissable (ce pourrait être le cas de Verviers) ou si un club est convaincu de falsification de championnat (comme ce fut le cas de Schoten, la saison dernière). Si d'autres places sont vacantes, suite à une fusion par exemple, il y a des montants supplémentaires en cascade.Guy Lassoie