"J'ai eu l'impression d'entrer en collision avec un bus ", a déclaré Jonathan Delaplace en août, après son premier duel à l'entraînement contre son jeune collègue. Il n'exagère pas car Bernard Malanda est un junior doté d'un corps de décathlonien : 1m81, 90 kilos de muscles, avec un pourcentage de graisse de 8 à 9 %. Bram De Winne, le préparateur physique, a également été impressionné par le Belge. " Un phénomène. Pour un kinésithérapeute, masser ses cuisses constitue déjà un exercice de musculation. Son torse est également très développé. "
...

"J'ai eu l'impression d'entrer en collision avec un bus ", a déclaré Jonathan Delaplace en août, après son premier duel à l'entraînement contre son jeune collègue. Il n'exagère pas car Bernard Malanda est un junior doté d'un corps de décathlonien : 1m81, 90 kilos de muscles, avec un pourcentage de graisse de 8 à 9 %. Bram De Winne, le préparateur physique, a également été impressionné par le Belge. " Un phénomène. Pour un kinésithérapeute, masser ses cuisses constitue déjà un exercice de musculation. Son torse est également très développé. " Il tient ça de son père, senior Malanda. De Winne : " Lille, son club formateur, a fait de l'excellent travail avec lui mais sa stature est innée, comme celle de Romelu Lukaku, qui est plus rapide que Junior. Celui-ci doit mieux exploiter son explosivité dans son démarrage. C'est une question de technique de course à laquelle nous travaillons. " De même que l'ancien avant d'Anderlecht doit veiller à ne pas accroître sa masse musculaire, De Winne tient à ce que Malanda ne prenne plus de poids. " La musculation est exclue. Elle nuit à sa vitesse et à sa mobilité. Par contre, il doit réaliser des exercices de stabilisation, pour prévenir les blessures, même si l'équilibre de son corps le protège. Il n'a jamais d'élongations ni de déchirures musculaires, ce qui est surprenant dans le chef d'un joueur aussi puissant mais nous sommes prudents. L'endurance de Malanda est excellente. " Il a une VO2max de 60 alors qu'un footballeur professionnel moyen arrive entre 58 et 59. Pourtant, Junior a encore une marge de progression. Il lui arrive de craquer en fin de match, ne serait-ce que parce qu'il ne ménage pas suffisamment ses forces. À l'avenir, quand il aura acquis de l'expérience, il dosera mieux ses efforts. " Grâce à son corps en granit, Malanda est intraitable dans les duels. Francky Dury précise : " Ce n'est pas uniquement grâce à sa puissance pure mais aussi à son engagement. Quand Junior perd le ballon, il veut le récupérer immédiatement. J'aime ça. Parfois, il s'engage un peu trop vite dans un duel. Ainsi, contre Charleroi, il a pris une carte jaune pour avoir réagi trop tôt quand Ziguy Badibanga s'est élancé. " Dury ne se veut pas trop sévère : " Pour un garçon de 18 ans, il a déjà un très bon jeu de position. Il forme un bloc solide devant la défense avec Delaplace. Ce n'est pas un hasard si, lors de toutes ses titularisations nous avons encaissé très peu de buts. Il est rarement dupé et, quand il commet une faute, l'arbitre ne siffle pas à cause de la brutalité de son tacle mais plutôt parce qu'il s'est engagé avec un peu trop d'enthousiasme dans un duel. " En début de saison, l'entraîneur de Zulte Waregem a appris à Malanda comment se tenir, légèrement tourné de manière à pouvoir jouer le ballon en un temps. " Il a perdu beaucoup de ballons à Louvain parce qu'il était dos au but, au lieu de regarder celui-ci. Quand il reprenait le ballon, l'adversaire pouvait aisément s'en saisir par derrière. Depuis que je lui en ai parlé, Junior a beaucoup progressé. " L'aspect suivant ? " La vitesse d'exécution. Dans l'espace et dans le temps, en effectuant ses passes et ses tirs plus rapidement. D'autant plus qu'il n'a pas besoin de chercher son meilleur pied, puisqu'il est habile des deux. On remarque que le centre de formation de Lille a travaillé cet aspect. " Autre effet positif de sa formation à Lille, sa mentalité. " Il respire le football, il adore jouer ", poursuit Dury. " Il ne se plaint jamais. Il est le premier à emporter un sac de ballons ou un maillot qui traîne. C'est un battant, même à l'entraînement. Un autre aspect me ravit : à 18 ans, il s'exprime déjà beaucoup verbalement sur le terrain. Ce n'est pas un hasard s'il est capitaine de son équipe nationale. Enfin, il apprécie les conseils et les suit. " Malanda est sous contrat à Zulte Waregem jusqu'en juin 2015 mais ensuite, jusqu'où ses qualités peuvent-elles le mener ? " J'espère que nous pourrons le conserver mais je comprends qu'il partira peut-être déjà au terme de cette saison ", reconnaît Dury. " Il est en tout cas crucial pour son développement qu'il continue à jouer et se développe à un poste précis, soit au milieu défensif comme chez nous, soit en défense centrale comme en équipe nationale. Il doit donc choisir un club qui lui présente un projet à long terme, quitte à le louer un an ou deux, à Zulte Waregem, par exemple. Quoi qu'il en soit, Junior a tout pour réussir une belle carrière. Il allie puissance et bagage footballistique et en fait, son profil le prédestine à la PremierLeague. " PAR JONAS CRETEUR - PHOTOS: IMAGEGLOBE" Masser ses cuisses est déjà un entraînement. " Bram De Winne, kiné du Essevee