" Nous avons suivi de près l'évolution de la situation financière de Mouscron ", lance Alain Lommers, le directeur de Mons. La disparition de l'Excel aurait permis à l'Albert de gagner une place tout en bas du classement. Au lieu de cela, un sauvetage financier a été imaginé, le match Mouscron-Mons a bien eu lieu samedi et les hommes d' EnzoScifo ont battu ceux de Christophe Dessy... " Ce sauvetage, c'est tant mieux pour Mouscron mais je me demande quand même comment il e...

" Nous avons suivi de près l'évolution de la situation financière de Mouscron ", lance Alain Lommers, le directeur de Mons. La disparition de l'Excel aurait permis à l'Albert de gagner une place tout en bas du classement. Au lieu de cela, un sauvetage financier a été imaginé, le match Mouscron-Mons a bien eu lieu samedi et les hommes d' EnzoScifo ont battu ceux de Christophe Dessy... " Ce sauvetage, c'est tant mieux pour Mouscron mais je me demande quand même comment il est possible de voir une manne pareille tomber du ciel du jour au lendemain ", dit encore Lommers. Bref, Mons est aujourd'hui condamné à la D2 mais Lommers travaille quand même sur deux budgets pour la saison prochaine : configuration D1 et calculs D2. " En D1, ce serait environ 5,5 millions, soit un million de moins que cette saison. C'est difficile de le diminuer davantage parce qu'il y aura toujours l'héritage des contrats de joueurs en cours. En D2, il faudrait se limiter à 3,5 millions. Mais ce ne sera pas simple, toujours à cause de ces contrats à honorer. "A peine plus de cinq joueurs arrivent en fin de bail : tout le reste du noyau est susceptible de rester. " Si Mons chute, nous essayerons de nous défaire d'un maximum de contrats et recruterons de nouveaux joueurs plus en phase avec les réalités financières de la D2. Ceux qui resteront gagneront toutefois moins que cette saison : leur salaire fixe sera réduit de 20 % et les primes de 25 %. C'est légal. "Il est fort possible que Dessy reste entraîneur principal. " En D2, on ne peut pas se payer à la fois un directeur sportif et un coach. Il cumulerait les deux jobs. " Mais fallait-il virer Thierry Pister, dont le bilan était meilleur que celui de Dessy ? " Le point de départ de nos problèmes, ce n'est pas Pister mais Philippe Saint-Jean ", tranche Lommers. " Pour nous, le duo Saint-Jean/Pister, c'était la tête et les jambes. Quand il ne vous reste déjà plus que les jambes après un seul match officiel, ça devient directement très compliqué. " Mons fera aussi le maximum pour se débarrasser de Frédéric Herpoel. Lommers : " Avec le salaire qu'il touche, nous avons intérêt à ce qu'il parte. " L'autre sujet chaud est le prochain départ d' AlessandroCordaro, qui a signé à Charleroi mais dont l'option a été levée par Mons : " Quand la direction du Sporting m'a dit que Cordaro lui courait après, j'ai signalé qu'il avait toujours deux ans de contrat chez nous. Je ne veux pas retenir un joueur qui n'a pas envie de rester, mais il faudra des négociations avec Charleroi et elles se feront sur la base de ces deux ans de contrat. Il n'ira donc pas pour rien dans ce club. " PIERRE DANVOYE