On se serait cru à Charleroi-Genk! Avant le match de Mons contre...Genk, des huissiers sont venus saisir les recettes au Tondreau. Quelques centaines d'euros...
...

On se serait cru à Charleroi-Genk! Avant le match de Mons contre...Genk, des huissiers sont venus saisir les recettes au Tondreau. Quelques centaines d'euros...Cette visite trouve son origine dans un récent jugement : le club a été condamné à payer 18 millions de francs à Jean Zarzecki, l'actuel président des Francs Borains. En 1999, Mons avait fusionné avec Jemappes-Flénu, dont le patron à l'époque était le même Zarzecki. Aujourd'hui, l'homme réclame son dû. Une procédure contestée par l'Albert. "Les comptes déposés à la Banque Nationale par Jemappes-Flénu ne faisaient mention d'aucune dette", signale Jean-Claude Verbist, le manager de Mons. "Une fois la fusion entérinée, Zarzecki a affirmé qu'il avait injecté personnellement 14 millions à Jemappes, et il a réclamé cette somme - devenue 18 millions avec les intérêts". La semaine dernière, la justice a donné raison à Zarzecki. Mais Mons va en appel. Au Tondreau, on est étonné que les huissiers se soient présentés alors que le club n'avait pas encore été informé officiellement du jugement. Et que la visite des huissiers ait été annoncée dans un quotidien, samedi matin. "L'avocat de Zarzecki est allé subtiliser le jugement au greffe du tribunal et un journaliste en a fait un article", signale Verbist. "Un journaliste... qui fait partie du conseil d'administration des Francs Borains. Nous allons déposer une plainte contre lui". La manoeuvre de Zarzecki s'explique-t-elle par sa crainte de devoir s'effacer prochainement aux Francs Borains? Les politiciens de la région souhaitent fusionner Mons et les Francs-Borains. Cela permettrait à l'Albert d'exploiter les installations de Boussu, qui appartiennent à la commune. Et Robert Urbain (bourgmestre PS de Boussu) est à fond derrière ce projet avec Elio Di Rupo. Une fusion pousserait Zarzecki vers la porte de sortie. Une autre procès pend au nez de l'Albert: Fred Breinich, licencié pour faute grave il y a quelques mois, réclame 75.000 euros. Il avait signé, à Mons, un contrat de...15 ans comme directeur technique et scout. Ce contrat lui avait été offert par Maurice Lafosse, ancien président du club et ex-bourgmestre de Mons. qui est en guerre ouverte avec Di Rupo et le président actuel, Dominique Leone. (P. Danvoye)