Quelles leçons avez-vous tirées de la Coupe du Monde ?

Mbark Boussoufa : Que l'aspect défensif est devenu primordial. Le beau jeu ne paie plus. Je ne sais pas si c'est une bonne chose. Ce qui est bien, en revanche, c'est que l'Espagne l'ait finalement emporté. Elle, au moins, a essayé de produire du jeu. Andrés Iniesta a offert une victoire méritée aux Espagnols. Du beau jeu, j'en ai vu trop peu chez les Néerlandais. En finale, ils ont même joué de manière brutale. Je n'aime pas cela.
...

Mbark Boussoufa : Que l'aspect défensif est devenu primordial. Le beau jeu ne paie plus. Je ne sais pas si c'est une bonne chose. Ce qui est bien, en revanche, c'est que l'Espagne l'ait finalement emporté. Elle, au moins, a essayé de produire du jeu. Andrés Iniesta a offert une victoire méritée aux Espagnols. Du beau jeu, j'en ai vu trop peu chez les Néerlandais. En finale, ils ont même joué de manière brutale. Je n'aime pas cela. J'ai bien aimé le Ghana. Avec un peu de chance, les Black Stars devenaient la première équipe africaine à atteindre les demi-finales d'une Coupe du Monde. Un penalty raté à la 120e minute, puis une élimination aux tirs au but. Cela s'est joué sur des détails, comme beaucoup de matches lors de cette Coupe du Monde. Les autres pays africains ont déçu, mais je serai indulgent pour la Côté d'Ivoire. Pour la deuxième fois d'affilée, elle avait été versée dans le groupe de la mort. Avec le Brésil et le Portugal, c'était presque impossible de terminer parmi les deux premiers. Et pourtant, elle a donné du fil à retordre à ses rivaux, malgré la blessure encourue par Didier Drogba juste avant le début du tournoi. Ce qui m'a marqué aussi, dans cette Coupe du Monde, c'est que la notion de " grand " et de " petit " pays semble avoir disparu. Il est symptomatique de constater que l'Uruguay, avec ses 3,5 millions d'habitants, ait été le meilleur des pays sud-américains, en allant plus loin que le Brésil et l'Argentine. Mon corps, mon sang, mon impulsivité... Beaucoup de choses. Mais surtout, mon éducation. J'ai beau être né aux Pays-Bas, j'ai été éduqué à la marocaine. Lorsque je rentre au Maroc, je m'y sens chez moi. Mais je me sens aussi chez moi aux Pays-Bas et en Belgique. Peut-être encore davantage en Belgique, puisque j'y réside depuis longtemps. Très tôt. A l'Ajax, déjà. Là-bas, le rendement est toujours prioritaire. Dès le plus jeune âge. C'est bien de pouvoir réaliser une action, ballon au pied, mais il faut que cela rapporte. Le beau geste n'est utile que lorsqu'il est efficace. Il faut trouver un équilibre entre le spectacle et l'efficacité. Apprendre à simplifier son jeu, c'est témoigner d'une certaine intelligence de jeu. Il faut d'abord que je sois sélectionné. Ma dernière convocation remonte à il y a six mois...