Etes-vous comme moi quand débute à la télé le match d'une grosse écurie de Champions League ? D'abord, je m'efforce - sans le son - de repérer au plus vite les onze gars alignés et leur disposition. Ensuite me taraude immanquablement la question de savoir combien je peux en citer de non-alignés ce soir-là : et si je n'en trouve pas cinq au minimum, je me dis que je suis nul... ou que l'écurie n'est pas si grosse ! Enfin seulement, et dix minutes se sont déjà passées, j'aborde rasséréné le déroulement même du match.
...

Etes-vous comme moi quand débute à la télé le match d'une grosse écurie de Champions League ? D'abord, je m'efforce - sans le son - de repérer au plus vite les onze gars alignés et leur disposition. Ensuite me taraude immanquablement la question de savoir combien je peux en citer de non-alignés ce soir-là : et si je n'en trouve pas cinq au minimum, je me dis que je suis nul... ou que l'écurie n'est pas si grosse ! Enfin seulement, et dix minutes se sont déjà passées, j'aborde rasséréné le déroulement même du match. Tous ces noms... En plus de 40 ans, de notre D1 à nos Provinciales en passant par le monde entier, des stars planétaires jusqu'à d'obscurs ex-potes cadets ou vétérans, combien de patronymes de footballeurs ont-ils été enfouis dans ce qui me sert de cerveau, et combien s'en sont-ils enfuis ? Des milliers sûrement, des dizaines de milliers peut-être, faudrait que je me risque un jour à une évaluation... En tout cas, ça m'effare parfois : au pieu, il m'arrive de rêver que mon encéphale est le disque dur de mon PC intime ! Dans ce cauchemar (car c'en est un), je clique sur Propriétés, je découvre un gâteau rond et ses portions, et ce gâteau pourri me révèle que mon disque est occupé à 90 % rien que par des noms de footballeurs ! Alors j'angoisse existentiellement, je sue sur mon oreiller des gouttes comme des ballons de foot : consterné que je suis d'avoir perdu tant de place, sous ma coupole crânienne, pour devenir moins footeux mais plus malin, ou plus généreux, ou plus amoureux... Surtout que le disque dur de ta vie, vieux Ben, tu peux toujours te brosser pour cliquer sur Delete et le reformater. Mais basta la déprime, mieux vaut faire jouette avec ce qu'on a, et j'ai des noms plein la caboche. C'est sûrement pour cela qu'aujourd'hui encore, je continue de coucher sur papier, en m'efforçant toujours que l'équipe soit balancée, les onze les plus farfelus : le onze des plus gros le jour où je pense à un footballeur vraiment gros, le meilleur onze d'ex-Rouches jouant à l'étranger, celui des gars dont le nom commence par Van Den, celui d'ex-Mauves de plus d'1,85m, de footballeurs qui ont sorti un disque, de Suédois ayant joué en Belgique, de crapules de chez crapule... Le meilleur onze avec rien que des dopés, ou des gauchers blonds, ou des droitiers roux, ou d'anciens équipiers dont les femmes étaient jolies, ou de joueurs entraînés par moi dont les pères étaient chiants, ou le onze des plus-fainéants-que-ça-tu-meurs, celui des gars qui m'ont le plus emmerdé dans ma vie même s'ils n'ont jamais joué au foot, celui des vrais potes avec lesquels j'aimerais jouer pour l'éternité au paradis ou en enfer, et bien d'autres onze encore... Les possibilités sont infinies, je ne m'arrêterai jamais. Est-ce bien raisonnable ? A mon âge, ne devrais-je pas plutôt m'inquiéter pour ma mort future ou ma prostate en devenir ? Bof ! C'est pas plus con que faire des mots croisés. D'ailleurs, j'en fais aussi. Tout ça parce qu'à Luxembourg voici quinze jours, René Vandereycken n'a pas pu résister à la tentation d'encore filer un bout de match à trois petits nouveaux supplémentaires, Killian Overmeire, Eden Hazard, Jérôme Simaeys : la marotte des essais ne cessera donc jamais,... notons au passage qu'on ne peut pas à la fois la réprouver et applaudir la sélection d'Hazard (quoique le p'tit gars me plaise), en maniant déjà les superlatifs après 23' face aux Grands-Ducaux ! Toujours est-il que cela porte le total de VDE, en 27 matches et 32 mois, à 54 joueurs alignés ! Plus qu'un, me suis-je dit, et ça fera 55,... je pourrai alors m'atteler à composer cinq onze vandereyckiens équivalents ! Du coup, je me suis demandé quel était actuellement le meilleur onze belge possible en dehors de ces 54 joueurs ayant trouvé grâce, un soir au moins, aux yeux du roi René,... je me suis même plutôt demandé s'il était encore possible d'en trouver onze ! Eh bien, oui ! Quand il y en a pour 55, il y en a pour 66, voyez l'encadré ! D'accord, le duo de pointe est peut-être un peu léger,... mais ne sommes-nous pas toujours légers en pointe ? Franchement, les gars ci-dessous BAILLY. DE ROOVER, DOLL, DESCHACHT et MULEMO. LEGEAR, WUYTENS, BASEGGIO et BLONDEL. VLEMINCKX et YULU-MATONDO. n'ont pas forcément moins de qualités que d'autres parmi les 54... Quelle richesse, donc ! Quel réservoir, ô Belgique, ô Patrie ! Comme est IMPENSABLE une non-qualification pour le Mondial de 2010 !par bernard jeunejean