Sans remonter à la nuit des temps, en tenant compte uniquement des dix dernières années (c'est-à-dire depuis son arrivée à Mouscron en 1997 jusqu'à nos jours), nous avons retrouvé la trace de 20 joueurs qui ont disputé leur premier match en D1 sous la direction d' Hugo Broos. Tous n'ont pas réussi une grande carrière, mais ils sont nombreux à être devenus des valeurs sûres. Nous n'avons volontairement pas mentionné des joueurs comme Giovanni Seynhaeve, Junior, Logan Bailly ou Steven Defour, qui avaient déjà joué quelques matches parmi l'élite précédemment même si leur carrière a réellement débuté avec lui. 20 joueurs en dix ans, cela fait une moyenne de deux par championnat. Pas mal, tout de même. L'actuel entraîneur de Genk apporte un petit commentaire pour chacun d'entre eux (entre parenthèses : âge et club de la saison dernière).
...

Sans remonter à la nuit des temps, en tenant compte uniquement des dix dernières années (c'est-à-dire depuis son arrivée à Mouscron en 1997 jusqu'à nos jours), nous avons retrouvé la trace de 20 joueurs qui ont disputé leur premier match en D1 sous la direction d' Hugo Broos. Tous n'ont pas réussi une grande carrière, mais ils sont nombreux à être devenus des valeurs sûres. Nous n'avons volontairement pas mentionné des joueurs comme Giovanni Seynhaeve, Junior, Logan Bailly ou Steven Defour, qui avaient déjà joué quelques matches parmi l'élite précédemment même si leur carrière a réellement débuté avec lui. 20 joueurs en dix ans, cela fait une moyenne de deux par championnat. Pas mal, tout de même. L'actuel entraîneur de Genk apporte un petit commentaire pour chacun d'entre eux (entre parenthèses : âge et club de la saison dernière). " Au début de sa carrière, il jouait comme attaquant mais je me suis rapidement rendu compte que son bagage technique n'était pas assez étoffé pour remplir ce rôle. Il a donc progressivement reculé sur le flanc gauche de l'entrejeu, jusqu'à l'arrière gauche. Il a commis l'erreur de quitter Mouscron trop tôt. Certes, il y avait eu une petite divergence de vue avec Jean-Pierre Detremmerie au moment du renouvellement de son contrat, mais il aurait encore dû mûrir quelque temps. Malgré tout, il a réussi la carrière que je lui prédisais : celle d'un honnête joueur de D1 ". " Polo, c'est Polo : un joueur imprévisible. Dans ses actions, mais aussi pour ses coéquipiers. C'est ce qui l'a empêché de réussir en D1 ". " Il n'était plus tout jeune lorsqu'il a débarqué à Mouscron, mais il n'avait encore joué qu'en D2 avec Courtrai. Je l'avais déjà à l'£il lorsque j'étais l'entraîneur de Bruges. J'avais directement décelé en lui les qualités d'un bon footballeur, mais il a tout de même eu besoin de quelques mois pour s'adapter à la D1. C'était le prototype même de l'infiltreur, qui jouait entre les lignes. Je pense qu'il aurait pu réussir à Bruges, sans doute pas à Anderlecht. Il a finalement réussi une très belle fin de carrière aux Pays-Bas ". " Un bon petit médian récupérateur, assez technique, mais qui avait affaire à forte concurrence à l'époque avec Steve Dugardein et Yves Vanderhaeghe. Il a été prêté au Cercle Bruges, puis à Denderleeuw ". " Son grand mérite est d'avoir retenu les leçons qu'on lui a enseignées. Lors de sa première saison, il était très fâché lorsqu'on l'avait aligné à l'arrière gauche en Réserves. On voulait simplement lui apprendre à mettre le pied. C'était clair pour tout le monde que c'était un excellent joueur, mais il ne jouait que lorsque l'équipe était en possession du ballon. Je suis persuadé qu'il avait les qualités pour réussir à Anderlecht. Lors d'un match où je l'avais aligné, il avait d'ailleurs reçu une standingovation en quittant le terrain à cinq minutes du terme. Malheureusement pour lui, il était considéré comme un joueur d'Hugo Broos, et lorsque je suis parti, il a dû s'en aller aussi ". " Arrivé en même temps que Grégoire, en provenance de Maasmechelen. C'est un Limbourgeois, je crois même qu'il avait joué en Réserves à Genk. Beaucoup de talent, mais beaucoup trop gentil ". " Comme Seynhaeve et Crv : bon joueur, mais pas assez hargneux ". " Il est parti beaucoup trop tôt dans une équipe du calibre de Tottenham. Lorsqu'il a reçu cette proposition, il m'a demandé ce que je comptais faire de lui au cas où il décidait de rester. Je lui ai répondu que je ne pouvais pas lui garantir une place de titulaire, car il y avait la concurrence de garçons comme Dugardein, Tonci Martic ou Dejan Mitrovic. Il était trop impatient et n'a pas voulu prendre le risque de devoir débuter certains matches sur le banc. A tout juste 18 ans, il s'est donc retrouvé seul dans un appartement à Londres, obligé de cirer les chaussures des stars. Ce n'est pas en Angleterre qu'il a appris à tacler : il avait déjà cette agressivité à Mouscron. Je l'avais d'ailleurs mis en garde : - Le jour où tu tomberas sur un costaud, il te cassera la jambe ! Mais il avait un trop plein d'énergie. Cela dit : il a toutes les qualités pour réussir à Bruges ". " Un milieu de terrain qui brillait à Denderleeuw, en D2, mais qui s'est révélé un peu trop court pour l'élite. Une excellente mentalité, mais un bagage trop incomplet ". " Un bon petit arrière gauche, mais trop limité pour la D1 ". " Il a tout pour réussir : la technique, le physique... Un énorme talent, mais les idées pas toujours très claires dans sa tête. Comme Kompany, il sera à bonne école en Italie, à la Fiorentina. S'il franchit ce cap-là, on en reparlera également ". " Le plus grand talent que j'ai côtoyé durant ma carrière d'entraîneur. Il est entré dans l'équipe lorsque Glen De Boeck s'est blessé. En Réserves, Vincent s'imposait déjà par son flegme, son talent, sa mentalité. Je n'ai donc pas hésité à le lancer dans le grand bain. J'étais quasiment sûr de mon coup. Si je me souviens bien, il a disputé son premier match en Coupe d'Europe à Bucarest. Son talent n'a jamais été mis en doute. Il en avait tellement qu'il avait une certaine tendance à la nonchalance, car tout était trop facile pour lui. A Hambourg, il est à bonne école et la saison difficile qu'il connaît actuellement le renforcera. La saison prochaine, on en reparlera ". " Beaucoup de talent. Son seul problème, c'est que lorsqu'il se sentait bien dans un match, il se croyait obligé d'assurer le spectacle. Peut-être est-ce dû à ses racines slaves ? Un rien trop court, peut-être, pour un club comme Anderlecht, mais il peut réussir une belle carrière malgré tout ". " Lorsque j'étais l'entraîneur d'Anderlecht, il n'était pas encore tout à fait prêt, même si je lui ai offert l'une ou l'autre occasion de s'exprimer. Il a rarement déçu, mais lorsqu'il était aligné, c'était toujours en dépannage. Face à la concurrence de Kompany et HannuTihinen derrière, de Besnik Hasi et Vanderhaeghe dans l'entrejeu, il n'avait pas assez d'arguments. Mais il est resté patient et il a fini par s'imposer. C'est un joueur utile, qui connaît ses qualités et ses défauts ". " D'énormes qualités : très rapide, doté d'un bon centre et d'un bon dribble. Il apporte souvent un plus lorsqu'il monte au jeu, mais il est sans doute trop court pour briguer une place de titulaire. Peut-être devrait-il se développer dans un club du subtop ". " Un bon défenseur central, qui a livré sept ou huit prestations très encourageantes la saison dernière, mais qui a eu la malchance de se blesser au mauvais moment. Pendant sa convalescence, l'équipe s'est formée sans lui. Avec Jean-Philippe Caillet, Eric Matoukou et TomislavMikulic qui sont devenus des titulaires incontestables, je pouvais difficilement lui trouver une place. Je lui conseille simplement de prendre patience, car je ne doute pas de ses capacités ". " J'ai longtemps hésité avant de le lancer dans le grand bain, car j'avais l'impression que c'était encore un rien trop tôt pour lui. Avec l'hécatombe de blessures, la saison dernière, j'ai été obligé de le lancer, mais je ne l'ai jamais regretté car il a saisi sa chance à deux mains. Il continue à progresser de semaine en semaine, il ne commet plus les petites erreurs de jeunesse. Son jeu de position peut encore être amélioré, mais c'est sans doute un futur grand en devenir : il a le caractère, la mentalité, la technique ". " Lui aussi est confronté à une féroce concurrence. La saison dernière déjà, il avait reçu certaines occasions de se montrer. C'est un bon petit attaquant. Mentalement, il n'est pas toujours apparu assez costaud, tant à l'entraînement qu'en match. Cela va mieux aujourd'hui. Mais il revient d'une blessure assez grave. La saison prochaine, il devrait recevoir sa chance plus régulièrement. A lui de la saisir ". " Je m'excuse de devoir le dire, mais il a pris une décision stupide. Comment, après une première saison dans le noyau A, s'est-il déjà cru en droit de demander une place de titulaire ? Je lui avais pourtant offert sa chance la saison dernière, et il l'aurait certainement encore reçue cette année-ci car il n'est pas dénué de qualités, mais une petite dizaine de matches en D1 ne l'autorisait pas à revendiquer une place fixe à 19 ans. Quitter un club comme Genk pour le... RKC Waalwijk ! Franchement, je ne comprends pas... " " Beaucoup de qualités. Pas vraiment le prototype de l'attaquant de pointe, mais plutôt un avant qui tourne autour d'un pivot. Il démontre régulièrement ses capacités en Réserve. Contre Roulers, il a inscrit son premier but en D1 alors qu'il venait de monter au jeu. C'est bon pour sa confiance. J'essaierai, peut-être même encore cette saison si les circonstances s'y prêtent, de le lancer un jour comme titulaire, mais il ne faut pas le brûler. Lui-même en est conscient et il a l'avantage d'être très bien conseillé par son père, un ancien footballeur de Waterschei ". par daniel devos