La 11e place finale des Zèbres en 2005-2006 a déçu, surtout après les espoirs suscités par la 5e position du championnat précédent. Il a fallu l'accession à la demi-finale de la Coupe pour sauver cette campagne. La direction continue à clamer qu'elle vise régulièrement le Top 5, reste à voir si ce sera envisageable avec un noyau qui ne semble pas avoir vraiment gagné en qualité. Le Sporting a perdu des joueurs qui ont raté leur saison (Toni Brogno, Velimir Varga) mais aussi des garçons qui ont apporté un vrai plus à certaines périodes (Loris Reina, Gérald Forschelet, Sergyi Serebren- nikov, Nasredine Kraouche) et surtout François Sterchele, auteur de 9 buts pour sa découverte de la D1. Parmi les transferts entrants, seul Cyril Théreau a déjà marqué les esprits par son opportunisme. Tim Smolders et Denis Souza de Guedes, par contre, doivent encore trouver leurs marque...

La 11e place finale des Zèbres en 2005-2006 a déçu, surtout après les espoirs suscités par la 5e position du championnat précédent. Il a fallu l'accession à la demi-finale de la Coupe pour sauver cette campagne. La direction continue à clamer qu'elle vise régulièrement le Top 5, reste à voir si ce sera envisageable avec un noyau qui ne semble pas avoir vraiment gagné en qualité. Le Sporting a perdu des joueurs qui ont raté leur saison (Toni Brogno, Velimir Varga) mais aussi des garçons qui ont apporté un vrai plus à certaines périodes (Loris Reina, Gérald Forschelet, Sergyi Serebren- nikov, Nasredine Kraouche) et surtout François Sterchele, auteur de 9 buts pour sa découverte de la D1. Parmi les transferts entrants, seul Cyril Théreau a déjà marqué les esprits par son opportunisme. Tim Smolders et Denis Souza de Guedes, par contre, doivent encore trouver leurs marques et prouver qu'ils peuvent être de vrais renforts. Jacky Mathijssen a dû pas mal bricoler depuis quelques semaines pour trouver la meilleure solution : 4-4-2, 4-3-3, 4-5-1, 3-5-2. Il devrait finalement aborder le championnat avec le concept du deuxième tour de la saison dernière : 4-3-3. Et miser sur un 4-5-1 en déplacement. Deux bonnes nouvelles dans ce secteur : Bertrand Laquait devrait finalement rester à Charleroi (on a craint son départ comme l'année dernière à la même période) et le quatre arrière (7e défense de l'an dernier) reste inchangé avec Frank Defays-Laurent Ciman-Mahamoudou Kéré-Dante Bonfim Costa. Defays demeure une valeur sûre et est de plus en plus libéré dans le jeu offensif, Ciman a explosé en 2005-2006, Kéré a confirmé que ses égarements appartenaient au passé et la prolongation du séjour de Dante (arrivé de Lille au mercato d'hiver) est la bonne surprise. Un bémol, toutefois : au niveau des bonnes solutions de remplacement, Mathijssen n'est pas gâté. L'entraîneur des Zèbres a souvent abordé les matches à domicile de la saison dernière avec un médian défensif et deux hommes devant celui-ci. Quand le résultat était favorable et qu'on approchait de la fin des rencontres, il retournait généralement le triangle pour ne plus avoir qu'un seul offensif devant deux défensifs. En déplacement, c'était le système le plus prudent qui était choisi. Dans une configuration à un seul milieu défensif, Sébastien Chabaud part comme incontournable. Il semble être revenu totalement dans le coup après la grave blessure qui l'a maintenu hors des terrains pendant tout le deuxième tour. Thibaut Detal reste son remplaçant attitré et son compère quand le coach poste deux défensifs. Devant, il y a différentes solutions pour former un duo : Fabien Camus, Majid Oulmers, Grégory Christ, Smolders. La valeur technique moyenne de ces quatre joueurs est supérieure à ce qui se fait dans les autres clubs de la même zone du classement. Le Brésilien Dante peut aussi monter dans l'entrejeu si Mathijssen opte provisoirement pour un 4-4-2, et Souza de Guedes joue alors au back gauche. En attaque, on compte quatre titulaires potentiels pour la seule place en pointe. Théreau a marqué des points en période de préparation. Orlando a plus d'une fois joué à cette place dans le passé, et un bon Orlando fait très mal. Il lui reste à trouver la régularité. Joseph Akpala a crevé l'écran en fin de saison passée. C'est un gamin plein de fraîcheur mais on ne sait pas encore ce qu'il vaut sur un championnat complet et dans des matches où il ne sera plus un simple joker. Enfin, Izzet Akgül est l'inconnue du moment. Il avait été brillant en 2004-2005 mais sa saison 2005-2006 a été pourrie par plusieurs blessures... et l'éclosion de Sterchele. Physiquement, Akgül semble aujourd'hui en ordre. Mais le mental doit encore suivre. Il a refusé le transfert que le club avait réglé pour lui en Israël et certains ont des doutes sur son état d'esprit actuel et sa motivation à refaire parler de lui avec Charleroi. Si le discours reste très ambitieux au Sporting, il faut reconnaître une évidence : vu sa situation financière (prêts bancaires à rembourser et inévitable diminution des recettes spectateurs étant donné que la convention d'achat par la Ville de 2.500 places pour chaque match ne sera pas reconduite), ce club ne pourra pas viser trop haut dans les prochaines années. Un championnat sans soucis sportifs, sans devoir batailler dans le fond du classement, serait déjà une réussite. PIERRE DANVOYE