L'incitation à la pratique sportive passe-t-elle par la culpabilisation ? Si oui, les Belges vont sous peu pratiquer à foison parce, de tous les peuples de la Gaule, ils sont dans ce cas les plus incités ! Car ça n'arrête plus depuis un bon bout de temps : on nous rabâche que nous sommes nuls et archi-nuls, sportivement et physiquement !
...

L'incitation à la pratique sportive passe-t-elle par la culpabilisation ? Si oui, les Belges vont sous peu pratiquer à foison parce, de tous les peuples de la Gaule, ils sont dans ce cas les plus incités ! Car ça n'arrête plus depuis un bon bout de temps : on nous rabâche que nous sommes nuls et archi-nuls, sportivement et physiquement ! Un jour, c'est un rapport concernant nos miliciens qui seraient champions d'Europe de l'obésité. Le lendemain, une VIP footeuse mal vieillie retire un bon coup sur la sonnette d'alarme affectée à la déliquescence de notre football. Puis le COIB prend le relais avec ses enquêteurs à lui, et il en ressort que le Belge est de plus en plus passif, fait de moins en moins de sport et bouffe de plus en plus comme un cochon. Vient alors la double jérémiade des médias : chiffre minable de participation francophone aux JO en regard de nos frères flamands, chiffre minable de médaillés belges en comparaison de nos voisins bataves. Aujourd'hui, sort une étude ULB/UCL pour nous dire que nos 10/18 ans de 2004 ont ramolli de 4 à 20 % par rapport à leurs homologues de 1994. Bref, chers compatriotes, du berceau à l'hospice en passant par l'école et la caserne, nous serions des accros de l'affalement, des kings de l'adiposité, au moins dans nos cervelles flasques : nous n'arrêtons pas de le savoir, allons-nous donc finir par nous remuer le fondement ? Non, c'est le ba-be-bi-bo-bu de la pédagogie : si tu engueules dix zigs, grands ou petits, en leur répétant qu'ils sont crassement nuls, un va réagir et les neuf autres réussiront à devenir encore plus nuls. Qu'on arrête donc un moment de nous gronder pour nos tares en condition physique, pas plus préoccupantes que celles de l'Allemand moyen, du Français moyen ou du Suisse encore plus moyen : c'est kif, vu que nous sommes dans le même bateau occidental et consommatoire... D'accord, il y a des nuances selon les " politiques publiques en matière sportive "... mais ce serait faire grand cas des politiques publiques que d'imaginer d'elles autre chose qu'un pouvoir de nuances dans le grand bizness sportif ! Tout ce climat est un peu moche pour Claude Eerdekens, le plus célèbre citoyen d'Andenne après Charles Martel et Roger Laboureur. Ce gars débarque au ministère des Sports, plus motivé que les 22 derniers finalistes de la Ligue des Champions réunis : et voilà qu'on lui brosse du sport chez nous un tableau plus noir que l'humeur d' ArunaDindane vis-à-vis d'Anderlecht ET l'humeur d' Emile vis-à-vis des Diables ! De quoi faire prendre à Eerdekens ses jambes à son cou pour retourner chez sa mère ou à la Chambre : ou friser l'apoplexie, car rien dans son curriculum sportif ne prouve qu'il sache davantage sprinter que la moyenne avachie des Belges que nous sommes... J'espère ainsi trois nuances constructrices de notre nouveau ministre. Un, qu'il montre l'exemple, en commençant par un petit jogging chaque jour que Dieu et Elio Di Rupo font. Un ministre des Sports de 56 ans doit pouvoir boucler un 10.000 mètres en 1 h 20 au début de son mandat et en 55' à la fin de celui-ci, sinon c'est un usurpateur : pour se donner du c£ur au ventre, je conseille à Claude Eerdekens d'installer sous sa lampe de chevet une photo de Jacques Rogge resté bel homme. Deux, pas de grand'messe, pas de colloque, pas de coliques, pas de chocs de cerveaux visionnaires, tout ça est déjà fait, suffit de lire, tous les v£ux pieux sont déjà concoctés ! Donc, après les Assises du Sport de Jean-PierreGrafé, après les Chantiers du Sport de RudyDemotte, pas les Nouveaux Matins du Sport d'Eerdekens : de l'action ! Trois, que Monsieur le ministre se foute comme de l'an 40 du nombre de médailles que nous ne raflerons pas aux J.O. de 2008 : mais qu'il puisse instiguer chez chacun (les gosses, les profs, les parents, les femmes, les vieux) le plaisir profond d'une pratique corporelle régulière. Et un matin viendra où tout viendra de surcroît, à commencer par ces petites bêtises triomphalistes que sont les médailles des autres... par Bernard Jeunejean" Que M. le ministre se foute du nombre de médailles que nous ne raflerons pas aux J.O. de 2008 "