Pour certains clubs, les droits de TV rapportent des sommes plus importantes que celles laissées par les supporters aux guichets. Pourtant, ces mêmes clubs multiplient les initiatives pour fidéliser leur public. Peut-être parce que sans public, pas de sponsors et pas de TV! En cette période, certains clubs organisent des journées portes ouvertes ou proposent des matches de gala avec un droit d'entrée très démocratique.
...

Pour certains clubs, les droits de TV rapportent des sommes plus importantes que celles laissées par les supporters aux guichets. Pourtant, ces mêmes clubs multiplient les initiatives pour fidéliser leur public. Peut-être parce que sans public, pas de sponsors et pas de TV! En cette période, certains clubs organisent des journées portes ouvertes ou proposent des matches de gala avec un droit d'entrée très démocratique. Pour fêter la montée de son club en First Division, Theo Paphitis, le patron de Millwall, avait décidé d'organiser une mini-tournée en Allemagne. Il conviait tous les fans des Lions à suivre leurs favoris à un prix modique de vingt mille francs. Excursions, repas, tout était prévu pour aller faire la fête de l'autre côté du Channel. Pourtant le dirigeant londonien avait oublié un détail qui a son importance : la mauvaise réputation de ses supporters et notamment de ses hooligans, des vrais de vrais, qui forment un noyau dur parmi les plus craints d'Europe. La première rencontre était prévue à Francfort. Mais quand les forces de l'ordre locales apprirent que l'Eintracht affronterait Millwall, elles opposèrent leur veto. Paphitis eut beau multiplier les initiatives de charme, rien n'y fit. La police allemande ne céda pas, consciente que cette rencontre amicale mettrait aux prises deux noyaux de supporters à hauts risques. Le président londonien eut beau prétendre que les hooligans étaient restés à la maison, les autorités de Mayence, ville où était prévu le second match, interdirent la rencontre. Cette tournée s'est révélée être un bide total. C'est alors que, se demandant comment il aurait pu remercier les fidèles, le manager du club eut une idée géniale. Mark McGhee décida tout simplement d'organiser un match opposant son équipe à... ses supporters! L'annonce de cette rencontre suscita de vives polémiques et le manager se vit traiter d'inconscient. Deux équipes de douze (!) joueurs avec changements à volonté se sont affrontées et se sont quittées sur un partage (2-2). A l'issue de la rencontre, McGhee a déclaré : "Ça c'était une vraie fête du football. Moi aussi j'ai joué et j'ai même marqué un but. Certains prétendaient que les joueurs risquaient de se blesser. Que d'idioties, aucun de nos supporters n'aurait voulu qu'une de ses idoles ne se retrouve à l'hôpital!"