Deux buts et trois assists en onze matches de championnat, voilà les statistiques de Mike Trésor Ndayishimiye, inconnu en Belgique jusqu'il y a peu. Début septembre, NEC, pensionnaire de D2, a loué l'ancien Anderlechtois à Willem II. C'est le dénouement provisoire d'un conte de fées.

Vendredi dernier, le fils de l'ancien international burundais Freddy Ndayishimiye a fait impression contre l'Ajax à la Johan Cruijff Arena. Déchaîné, notre compatriote a contribué à l'exploit de Willem II, qui s'est imposé 0-2. En convertissant un penalty, il a offert l'avantage aux siens avant de préparer le 0-2 de Damil Dankerlui (23 ans), d'une superbe action individuelle. Treezy a ainsi confirmé son excellente prestation contre le Sparta. Il avait déjà été le meilleur homme sur le terrain.

" Je lui suis reconnaissant ", déclare Ndayishimiye en kirundi, un langage bantou parlé principalement au Burundi, en Tanzanie et en RDC. Lui, c'est dieu, qui joue donc un rôle important dans sa vie. Les supporters de Tilburg, eux, éprouvent une vive reconnaissance envers le vif attaquant.

Après un bon début de saison à Nimègue il y a un peu plus d'un an, avec 6 buts en 23 matches, Trésor a même été convoité par le Bayern, qui voulait le placer dans son équipe B. Fin août, le directeur Wilco van Schaik a été contraint de renvoyer Ndayishimiye en espoirs, le joueur ayant perdu toute concentration.

Adrie Koster, l'ancien entraîneur du Club Bruges, en poste à Willem II, a bien réagi. Il a insufflé confiance à sa jeune perle et a annoncé ce week-end que le club allait lever son option d'achat. Un dernier mot : à la mi-novembre, Johan Walem, le sélectionneur des espoirs belges, a accordé dix minutes de jeu à Ndayishimiye lors de la victoire 2-3 des Diablotins sur l'Allemagne.

Deux buts et trois assists en onze matches de championnat, voilà les statistiques de Mike Trésor Ndayishimiye, inconnu en Belgique jusqu'il y a peu. Début septembre, NEC, pensionnaire de D2, a loué l'ancien Anderlechtois à Willem II. C'est le dénouement provisoire d'un conte de fées. Vendredi dernier, le fils de l'ancien international burundais Freddy Ndayishimiye a fait impression contre l'Ajax à la Johan Cruijff Arena. Déchaîné, notre compatriote a contribué à l'exploit de Willem II, qui s'est imposé 0-2. En convertissant un penalty, il a offert l'avantage aux siens avant de préparer le 0-2 de Damil Dankerlui (23 ans), d'une superbe action individuelle. Treezy a ainsi confirmé son excellente prestation contre le Sparta. Il avait déjà été le meilleur homme sur le terrain. " Je lui suis reconnaissant ", déclare Ndayishimiye en kirundi, un langage bantou parlé principalement au Burundi, en Tanzanie et en RDC. Lui, c'est dieu, qui joue donc un rôle important dans sa vie. Les supporters de Tilburg, eux, éprouvent une vive reconnaissance envers le vif attaquant. Après un bon début de saison à Nimègue il y a un peu plus d'un an, avec 6 buts en 23 matches, Trésor a même été convoité par le Bayern, qui voulait le placer dans son équipe B. Fin août, le directeur Wilco van Schaik a été contraint de renvoyer Ndayishimiye en espoirs, le joueur ayant perdu toute concentration. Adrie Koster, l'ancien entraîneur du Club Bruges, en poste à Willem II, a bien réagi. Il a insufflé confiance à sa jeune perle et a annoncé ce week-end que le club allait lever son option d'achat. Un dernier mot : à la mi-novembre, Johan Walem, le sélectionneur des espoirs belges, a accordé dix minutes de jeu à Ndayishimiye lors de la victoire 2-3 des Diablotins sur l'Allemagne.