En Espagne, lors d'un match de division régionale entre le Recreativo Linense et Saladillo, 19 joueurs se sont fait expulser par l'arbitre. Tout a commencé avec un premier carton rouge, ce qui a débouché sur une baston générale à laquelle se sont même mêlés les supporters. Le ref' a ensuite renvoyé tout le monde aux vestiaires pour calmer le jeu. Bref, c'était un bordel pas possible ! L'arbitre, en faisant son rapport avec son assistant, s'est fait insulter et a encore distribué quelques cartes rouges. Au moment de reprendre la partie, il s'est rendu compte qu'il n'y avait plus assez de joueurs pour continuer. Il a donc dû interrompre la rencontre.
...

En Espagne, lors d'un match de division régionale entre le Recreativo Linense et Saladillo, 19 joueurs se sont fait expulser par l'arbitre. Tout a commencé avec un premier carton rouge, ce qui a débouché sur une baston générale à laquelle se sont même mêlés les supporters. Le ref' a ensuite renvoyé tout le monde aux vestiaires pour calmer le jeu. Bref, c'était un bordel pas possible ! L'arbitre, en faisant son rapport avec son assistant, s'est fait insulter et a encore distribué quelques cartes rouges. Au moment de reprendre la partie, il s'est rendu compte qu'il n'y avait plus assez de joueurs pour continuer. Il a donc dû interrompre la rencontre. Jeudi passé, j'ai assisté à la rencontre de Ligue 2 entre Boulogne et Lens. Il faisait évidemment beaucoup trop froid pour jouer au foot. Les conditions étaient apocalyptiques. Lens s'est fait taper 3-1 par l'un de ses rivaux pour le titre - les autres étant Montpellier, Troyes ou encore Strasbourg. J'ai aussi eu la chance de voir Aruna Dindane. Il est à des années-lumière de son meilleur niveau, le pauvre ! La saison passée, il s'était pété les croisés et commence seulement maintenant à revenir. Il paraît qu'il est courtisé par de nombreux clubs anglais qui seraient prêts à payer entre 4 et 5 millions d'euros. Mais Gervais Martel, le président des Sang et Or, ne veut pas le lâcher. Si j'étais à sa place, je le vendrais immédiatement pour 1 ou 2 millions avec en prime, une boîte de chocolats et un ruban sur la tête. Honnêtement, Dindane doit encore travailler énormément pour recouvrer tous ses moyens. En 30 minutes, il n'a pas touché un ballon. Il a encore besoin d'au moins six mois de rééducation. L'idéal serait qu'un club l'achète maintenant et lui laisse quelques mois de réadaptation. Cette année, Boulogne a l'air solide. En fin de saison passée, le club s'était sauvé à la 93e minute de la dernière rencontre. Comme quoi, en foot, ça va très vite. En effet, Boulogne joue actuellement les premiers rôles en Ligue 2. L'ancien directeur sportif de Lens, Jean-Luc Lamarche, y est devenu recruteur. Et sans mauvais jeu de mots, on peut dire que ça marche ! Il a effectué de bons transferts. Plus je vieillis, plus je me dis que le mercato d'hiver, c'est vraiment n'importe quoi. Surtout quand il s'agit pour un club de transférer un avant qui empile les buts. Un tel joueur reste en général dans son équipe... Les clubs sont presque toujours obligés de se rabattre sur des éléments tels que Luigi Pieroni. Ce sont en réalité des joueurs qui ne jouent plus, non pas en raison de leurs qualités, mais à cause de problèmes relationnels avec leur entraîneur ou parce qu'ils n'ont plus envie. L'idéal est en fait de transférer des frustrés, des types qui ont faim de foot, des mecs qui ont envie de bouffer du terrain. Mais ils sont plus rares qu'on ne le pense. Et quand on nous fait croire que l'arrivée d'un joueur va profondément modifier le jeu, je ris ! C'est un peu ce que Bruges a fait croire avec la venue de Vadis Odjidja Ofoe. C'est un bon joueur, mais il n'a encore absolument rien prouvé. Le recrutement d'hiver, ce n'est que du poker. Parfois, tu fais un grand coup. Souvent, tu foires. Un transfert, ça doit se travailler sur le long terme. Comme le transfert de Tom De Sutter chez les Mauves, par exemple. Ça, c'est du vrai scouting. Mais quand j'entends que Metz, qui évolue en L2 et qui espère monter, vient de recruter Nenad Jestrovic, faut quand même pas déconner ! Le peï a 32 ans et éprouvait déjà des difficultés quand il a quitté Anderlecht. Du surréalisme... Pour l'anecdote sympa : j'ai lu qu' Arsène Wenger a invité le staff et les dirigeants de l'équipe de Schirrhein, le petit poucet des 16e de la Coupe de France, pour la rencontre Arsenal-Bolton. C'est de la solidarité entre Alsaciens. Vraiment sympa ! recueilli par tim baete par stéphane pauwels