Cela fait déjà un an qu'il a quitté Westerlo pour St-Trond via Maastricht mais le gardien Bart Deelkens, sa copine Ines et leur petit Victor habitent toujours un petit appartement à un coup franc du Kuipje. En décembre 2007, ils devraient toutefois emménager dans la maison qu'ils construisent à Laakdal sur un terrain de 14 ares : " J'aime être dehors. Le jardin est orienté au sud et donne sur ...

Cela fait déjà un an qu'il a quitté Westerlo pour St-Trond via Maastricht mais le gardien Bart Deelkens, sa copine Ines et leur petit Victor habitent toujours un petit appartement à un coup franc du Kuipje. En décembre 2007, ils devraient toutefois emménager dans la maison qu'ils construisent à Laakdal sur un terrain de 14 ares : " J'aime être dehors. Le jardin est orienté au sud et donne sur une forêt de pins. Mais je n'y installerai pas de but. Si Victor veut faire du football, il décidera seul. Et j'espère qu'il ne sera jamais gardien car il faut supporter beaucoup de choses ". Le gardien est adroit : " J'ai donné un coup de main pour la menuiserie, j'ai placé l'électricité et le chauffage. Mais je dois aussi me reposer, c'est important pour le sport. En attendant, nous économisons pas mal d'argent. Et un an, ce n'est pas grand-chose ". OK, mais pourvu qu'il ne lui arrive pas la même chose qu'au gardien de l'équipe de France Grégory Coupet qui se blessa à la main en bricolant... Deelkens fut un excellent joueur de tennis, sport qu'il a pratiqué dès l'âge de 12 ans : " J'ai même fait de la compétition mais mon amour pour le football l'a emporté. Maintenant, je ne joue plus qu'en été, pour m'amuser tout en maintenant ma condition car j'ai tendance à prendre du poids. Si je ne me surveillais pas, je pèserais 100 kg pour 1m89. Mon poids de forme, c'est 89. Cela dit, j'aime bien le côté social du tennis ". Il n'est pas rare, non plus, de le voir assister à un motocross : " Je suis un grand fan de Stefan Everts. Un personnage fantastique. Je regrette qu'il ait mit un terme à sa carrière. Ce qu'il a fait est tout bonnement incroyable. Je le connais un peu et je suis toujours très impressionné par sa simplicité. C'est un sport d'hommes et l'ambiance qui règne autour des circuits me fait penser à celle des stades ". Secrètement, il rêve de s'offrir une moto et de participer à une épreuve : " Mais à mon rythme, en ralentissant avant les bosses. Et de toute façon pas avant la fin de ma carrière ". Pour l'instant, il roule surtout en famille pour des excursions d'un jour : " A la mer, par exemple. Le matin, nous rassemblons nos affaires et nous nous mettons en route pour une promenade sur la digue et un bon petit repas. C'est ma façon de remercier Ines pour tout ce qu'elle fait pour moi ". ILKA DE BISSCHOP