Demi-finaliste de la FA Cup, Middlesbrough affronte ce mercredi soir le FC Séville en finale de la Coupe UEFA, à Eindhoven. Steve McClaren a succédé à Bryan Robson il y a cinq ans. Footballeur dans des divisions inférieures, McClaren est ensuite devenu l'adjoint de Sir AlexFerguson l'année qui a suivi le triplé de Manchester United (titre, Coupe et Ligue des Champion...

Demi-finaliste de la FA Cup, Middlesbrough affronte ce mercredi soir le FC Séville en finale de la Coupe UEFA, à Eindhoven. Steve McClaren a succédé à Bryan Robson il y a cinq ans. Footballeur dans des divisions inférieures, McClaren est ensuite devenu l'adjoint de Sir AlexFerguson l'année qui a suivi le triplé de Manchester United (titre, Coupe et Ligue des Champions). C'est sous la direction de McClaren que Middlesbrough est devenue une équipe de coupe. Demi-finaliste de la Cup en 2002, vainqueur de la Coupe de la Ligue en 2004, septième et donc qualifié pour l'UEFA en 2005, le voilà en finale de l'épreuve européenne. Middlesbrough n'a pas vécu une saison de tout repos. L'équipe a été menacée de relégation en championnat mais elle sait répondre aux grands rendez-vous. Elle réalise même des exploits : après 25 minutes, Middlesbrough était mené 0-3 au match retour contre le Steaua Bucarest. Puis le déclic s'est fait, Rochemback, Viduka, Boateng et Hasselbaink se sont senti pousser des ailes. Parmi la phalange, on retrouve d'autres noms qui ont fait leurs preuves ailleurs : Gareth Southgate et Ugo Ehiogu ou encore MarkSchwarzer, sans oublier Ray Parlour et Gaizka Medieta. Malgré la médiocrité du championnat, le coach est estimé. Southgate apprécie le fait qu'il écoute les autres, les membres de son staff comme les joueurs, qui ont leur mot à dire dans la tactique. Le club a aussi une bonne école des jeunes, dont il va tirer profit dans les prochaines années. Middlesbrough veut en quelque sorte devenir le Manchester United du Nord-Est. C'est pour cela que le président Steve Gibson a peu apprécié que son manager devienne le sélectionneur de l'Angleterre, pour quatre ans. Il se demande pourquoi, après le forfait de Felipe Scolari, la Fédération ne s'est pas tournée vers Arsène Wenger. Parce que David Dein, l'homme fort d'Arsenal, impliqué dans l'embauche d'un sélectionneur, ne voulait pas perdre son manager ? Les arguments en faveur de McClaren sont multiples : son expérience dans l'ombre de Ferguson à United, de Sven Goran Eriksson en équipe nationale, où il était déjà le numéro trois. Dès que les grands noms étrangers ont décliné l'offre, la connaissance du terrain qu'a McClaren a joué en sa faveur. P. T'KINT